"Nous espérons que la baisse se poursuivra conformément à la tendance à la baisse du nombre de nouveaux cas", déclare M. Van Gucht. "Nous voyons la plupart des admissions à Bruxelles et à Liège. Dans certains hôpitaux bruxellois, le nombre de patients augmente, en fonction de la circulation intense du virus à Bruxelles. À Anvers, il y a une diminution".

Le nombre de cas baisse dans toutes les provinces sauf à Bruxelles

La Belgique a enregistré 505,6 nouveaux cas de Covid-19 par jour en moyenne entre le 11 et le 17 août, ce qui représente une baisse de 20% par rapport aux sept jours précédents, a indiqué vendredi la porte-parole interfédérale Covid-19 Frédérique Jacobs. "Nous sommes sur la bonne voie au niveau national", affirme-t-elle. Au total, 3.539 cas ont été diagnostiqués sur la période.

"Ces moyennes diminuent dans toutes les provinces", observe Frédérique Jacobs. À Anvers, la diminution est de -38%. En moyenne, 122 cas y ont été diagnostiqués par jour au cours de la semaine écoulée. L'incidence y repasse sous la barre des 50 nouveaux cas par 100.000 habitants, pour atteindre 45,6. La région bruxelloise connaît cependant encore une "légère augmentation" des moyennes hebdomadaires, avec 116 nouveaux cas diagnostiqués en moyenne par jour au cours des 7 derniers jours. Il s'agit d'une augmentation de 3% par rapport à la semaine précédente, indique la porte-parole. Le taux de reproduction du virus est tombé en-dessous de 1, soit à 0,88, se réjouit-elle. Cela signifie qu'une personne contaminée par le coronavirus en contamine en moyenne moins d'une autre. Ce taux reste cependant légèrement supérieur à 1 dans le Brabant flamand.

"Certaines personnes refusent toujours de partager leurs contacts"

Le centre de suivi des contacts a pu joindre en moyenne 98,5% des personnes contaminées par le coronavirus au cours du mois précédant le 19 août, a indiqué vendredi la responsable du comité interfédéral Karine Moykens. "Nous contactons maintenant les personnes infectées beaucoup plus rapidement, mais certaines restent réticentes à communiquer leurs contacts", regrette-t-elle.

Parmi les personnes à haut risque, 96,5% ont pu être contactées, dont 88,5% avec succès. Cela signifie que les 8% de personnes restant ont pu être contactées mais qu'aucune donnée pertinente n'a été obtenue. Au cours du mois dernier, les agents de terrain ont effectué 6.922 visites à domicile. La coopération a été obtenue et les contacts ont été transmis dans la moitié des cas. "Le but est uniquement d'informer les personnes qui ont été en contact avec une personne infectée et de leur envoyer un code de prescription pour réaliser un test", rappelle Karine Moykens. "Il ne suffit pas d'informer vous-mêmes ces personnes. Nous ne serons pas en mesure de leur fournir un code qui leur permet de se faire tester immédiatement." "Les collaborateurs sont extrêmement discrets avec les données collectées. Les données ne sont jamais utilisées pour des sanctions", souligne-t-elle.

"Nous espérons que la baisse se poursuivra conformément à la tendance à la baisse du nombre de nouveaux cas", déclare M. Van Gucht. "Nous voyons la plupart des admissions à Bruxelles et à Liège. Dans certains hôpitaux bruxellois, le nombre de patients augmente, en fonction de la circulation intense du virus à Bruxelles. À Anvers, il y a une diminution".Le nombre de cas baisse dans toutes les provinces sauf à Bruxelles La Belgique a enregistré 505,6 nouveaux cas de Covid-19 par jour en moyenne entre le 11 et le 17 août, ce qui représente une baisse de 20% par rapport aux sept jours précédents, a indiqué vendredi la porte-parole interfédérale Covid-19 Frédérique Jacobs. "Nous sommes sur la bonne voie au niveau national", affirme-t-elle. Au total, 3.539 cas ont été diagnostiqués sur la période. "Ces moyennes diminuent dans toutes les provinces", observe Frédérique Jacobs. À Anvers, la diminution est de -38%. En moyenne, 122 cas y ont été diagnostiqués par jour au cours de la semaine écoulée. L'incidence y repasse sous la barre des 50 nouveaux cas par 100.000 habitants, pour atteindre 45,6. La région bruxelloise connaît cependant encore une "légère augmentation" des moyennes hebdomadaires, avec 116 nouveaux cas diagnostiqués en moyenne par jour au cours des 7 derniers jours. Il s'agit d'une augmentation de 3% par rapport à la semaine précédente, indique la porte-parole. Le taux de reproduction du virus est tombé en-dessous de 1, soit à 0,88, se réjouit-elle. Cela signifie qu'une personne contaminée par le coronavirus en contamine en moyenne moins d'une autre. Ce taux reste cependant légèrement supérieur à 1 dans le Brabant flamand."Certaines personnes refusent toujours de partager leurs contacts" Le centre de suivi des contacts a pu joindre en moyenne 98,5% des personnes contaminées par le coronavirus au cours du mois précédant le 19 août, a indiqué vendredi la responsable du comité interfédéral Karine Moykens. "Nous contactons maintenant les personnes infectées beaucoup plus rapidement, mais certaines restent réticentes à communiquer leurs contacts", regrette-t-elle. Parmi les personnes à haut risque, 96,5% ont pu être contactées, dont 88,5% avec succès. Cela signifie que les 8% de personnes restant ont pu être contactées mais qu'aucune donnée pertinente n'a été obtenue. Au cours du mois dernier, les agents de terrain ont effectué 6.922 visites à domicile. La coopération a été obtenue et les contacts ont été transmis dans la moitié des cas. "Le but est uniquement d'informer les personnes qui ont été en contact avec une personne infectée et de leur envoyer un code de prescription pour réaliser un test", rappelle Karine Moykens. "Il ne suffit pas d'informer vous-mêmes ces personnes. Nous ne serons pas en mesure de leur fournir un code qui leur permet de se faire tester immédiatement." "Les collaborateurs sont extrêmement discrets avec les données collectées. Les données ne sont jamais utilisées pour des sanctions", souligne-t-elle.