Le Premier ministre Alexander De Croo a commencé par faire un bref bilan de la crise sanitaire, qui n'est pas bonne. "Beaucoup de gens connaissent des personnes contaminées", dit-il. Il reconnait que certains ont fait des efforts pour appliquer les mesures et les remercie. "Mais la propagation s'accélère. Les chiffres doublent, semaine après semaine. Ils montent en flèche." Il indique notamment que les chiffres sont plus importants qu'en mars et avril. Avec une mauvaise nouvelle: "dans les jours qui viennent, les nouvelles seront mauvaises." Il est donc important de prendre des mesures, les plus simples possible, pour limiter les contacts.

"Il faut faire tout notre possible pour que les hôpitaux et le personnel soignant puissent faire leur travail normalement. Et pas seulement avec les patients Covid. Nos enfants doivent continuer à aller à l'école, les entreprises doivent fonctionner, on ne peut pas laisser les gens en isolement", explique le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke.

"Nous avons une mission: faire baisser les chiffres." C'est pourquoi des mesures supplémentaires sont prises, à partir du 19 octobre. Les voici:

- La bulle de contact sera limitée à une seule personne. Cela concerne les contacts rapprochés. On peut quand même inviter quatre personnes, en gardant distances et gestes barrières. Ces personnes doivent être toujours les mêmes, au moins pendant 15 jours.

- Le télétravail devient la norme, lorsqu'il est possible. Si ce n'est pas le cas, ou si le travailleur doit aller au bureau, les personnes doivent pouvoir travailler en toute sécurité.

- Les marchés et les petites foires (jusqu'à 200 personnes) peuvent rester ouverts, en respectant les règles. Mais les marchés de Noël, marchés aux puces, brocantes, par exemple, ne seront pas possibles.

- Les cafés et les restaurants doivent fermer un mois, avec une évaluation dans 15 jours. Un soutien important pour l'horeca sera organisé. Il sera néanmoins possible d'aller chercher des plats à emporter dans un restaurant, mais avant 22h.

- Les réceptions après des funérailles pourront avoir lieu avec 40 personnes maximum.

- Les nightshops fermeront à 22h. Il y aura également une interdiction de vente d'alcool à partir de 20h.

- Il y a aura un couvre-feu jusqu'à 5h du matin. Il entre en vigueur dans la nuit de lundi à mardi. Les déplacements urgents et nécessaires (raisons médicales, assistance à personne en difficulté, travail) seront néanmoins permis.

- Les activités où il n'y a pas de protocole, c'est 40 personnes maximum.

- Pour les secteurs sportif, culturel et autres, un nouveau protocole sera mis au point dans le courant de la semaine. Jusque-là, les règles actuellement en vigueur restent d'application.

"Ces mesures sont sévères et peuvent paraitre injustes. Mais le virus aussi est injuste, et touche les personnes vulnérables", explique le Premier. "Les semaines prochaines seront difficiles. Mais c'est pour éviter le pire. C'est maintenant qu'il faut agir. (...) Nous faisons un pas en arrière, pas évident, pour pouvoir faire ensuite un pas en avant". Alexander De Croo s'adresse également aux secteurs fortement impactés par les mesures. "Nous n'allons pas vous abandonner dans cette période difficile". Des mesures de soutien déjà en place vont être prolongées.

Le baromètre est défini mais pas encore complet. Il y aura des niveaux d'alerte, en fonction des contaminations et des hospitalisations. Quand le baromètre sera bien défini, le gouvernement sera en mesure de nous en indiquer les conséquences en fonction des niveaux d'alerte.

Le Premier ministre Alexander De Croo a commencé par faire un bref bilan de la crise sanitaire, qui n'est pas bonne. "Beaucoup de gens connaissent des personnes contaminées", dit-il. Il reconnait que certains ont fait des efforts pour appliquer les mesures et les remercie. "Mais la propagation s'accélère. Les chiffres doublent, semaine après semaine. Ils montent en flèche." Il indique notamment que les chiffres sont plus importants qu'en mars et avril. Avec une mauvaise nouvelle: "dans les jours qui viennent, les nouvelles seront mauvaises." Il est donc important de prendre des mesures, les plus simples possible, pour limiter les contacts. "Il faut faire tout notre possible pour que les hôpitaux et le personnel soignant puissent faire leur travail normalement. Et pas seulement avec les patients Covid. Nos enfants doivent continuer à aller à l'école, les entreprises doivent fonctionner, on ne peut pas laisser les gens en isolement", explique le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke. "Nous avons une mission: faire baisser les chiffres." C'est pourquoi des mesures supplémentaires sont prises, à partir du 19 octobre. Les voici:- La bulle de contact sera limitée à une seule personne. Cela concerne les contacts rapprochés. On peut quand même inviter quatre personnes, en gardant distances et gestes barrières. Ces personnes doivent être toujours les mêmes, au moins pendant 15 jours. - Le télétravail devient la norme, lorsqu'il est possible. Si ce n'est pas le cas, ou si le travailleur doit aller au bureau, les personnes doivent pouvoir travailler en toute sécurité. - Les marchés et les petites foires (jusqu'à 200 personnes) peuvent rester ouverts, en respectant les règles. Mais les marchés de Noël, marchés aux puces, brocantes, par exemple, ne seront pas possibles. - Les cafés et les restaurants doivent fermer un mois, avec une évaluation dans 15 jours. Un soutien important pour l'horeca sera organisé. Il sera néanmoins possible d'aller chercher des plats à emporter dans un restaurant, mais avant 22h. - Les réceptions après des funérailles pourront avoir lieu avec 40 personnes maximum. - Les nightshops fermeront à 22h. Il y aura également une interdiction de vente d'alcool à partir de 20h. - Il y a aura un couvre-feu jusqu'à 5h du matin. Il entre en vigueur dans la nuit de lundi à mardi. Les déplacements urgents et nécessaires (raisons médicales, assistance à personne en difficulté, travail) seront néanmoins permis. - Les activités où il n'y a pas de protocole, c'est 40 personnes maximum. - Pour les secteurs sportif, culturel et autres, un nouveau protocole sera mis au point dans le courant de la semaine. Jusque-là, les règles actuellement en vigueur restent d'application."Ces mesures sont sévères et peuvent paraitre injustes. Mais le virus aussi est injuste, et touche les personnes vulnérables", explique le Premier. "Les semaines prochaines seront difficiles. Mais c'est pour éviter le pire. C'est maintenant qu'il faut agir. (...) Nous faisons un pas en arrière, pas évident, pour pouvoir faire ensuite un pas en avant". Alexander De Croo s'adresse également aux secteurs fortement impactés par les mesures. "Nous n'allons pas vous abandonner dans cette période difficile". Des mesures de soutien déjà en place vont être prolongées. Le baromètre est défini mais pas encore complet. Il y aura des niveaux d'alerte, en fonction des contaminations et des hospitalisations. Quand le baromètre sera bien défini, le gouvernement sera en mesure de nous en indiquer les conséquences en fonction des niveaux d'alerte.