"Nous constatons une légère hausse des hospitalisations, mais elles sont parfaitement en ligne avec les modèles des scientifiques. Il n'y a pas de raison de paniquer, mais la situation reste délicate, et nous devons rester prudents. Nous sommes conscients de la nécessité de perspectives", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo.

Bulle extérieure élargie à dix personnes

Le Comité de concertation a décidé d'élargir la bulle sociale extérieure, aujourd'hui limitée à quatre personnes, à dix personnes à partir du 8 mars. Cela signifie que l'on pourrait sortir en groupe de dix, à condition de respecter la distanciation sociale et de porter un masque. "Autoriser plus d'activités à l'extérieur nous donne la possibilité de rencontrer plus de gens", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo.

Samedi, le ministre de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, précisait sur VTM Nieuws, que traverser une maison pour se réunir dans le jardin aussi désormais autorisé.

Plan plein air

"Au mois d'avril, nous allons pouvoir faire un second pas, nous allons réellement faire entrer en vigueur le plan plein air", a déclaré Alexander De Croo. Celui-ci concernera les parcs d'attraction, les marchés, les excursions à l'extérieur ou encore les camps de vacances, dans des limites contrôlées et avec le port du masque.

Les activités de plein air organisées pourront réunir 25 enfants de moins de 13 ans en extérieur et 10 en intérieur. Pour les 13-19 ans, elles resteront limitées à 10 personnes en extérieur, a décidé le comité de concertation.

Pendant les vacances de Pâques, les activités et camps avec nuitée pour les moins de 19 ans pourront avoir lieu à condition que le groupe compte au maximum 25 personnes, encadrement non compris. Le camp pourra avoir lieu si tous les participants ont été testés avant et à la fin de celui-ci.

Réouverture de l'horéca

Au mois de mai, si la situation épidémiologique le permet, les activités à l'intérieur pourront rouvrir, notamment pour l'horeca, a poursuivi Alexander De Croo. Cela concerne les contacts sociaux, l'horeca tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, le shopping et les commerces ambulants, la culture et l'événementiel, les animations pour jeunes, les cultes, la vie associative, le sport, les soins à domicile et les fêtes foraines. Les experts du Gems ont reçu pour mission de développer et de préciser ce plan.

Enseignement

A partir du 15 mars, les activités scolaires extra muros de maximum 1 jour seront à nouveau autorisées dans l'enseignement primaire et secondaire. L'enseignement en présentiel à 100% reprendra également pour les groupes vulnérables dans l'enseignement spécialisé et l'enseignement professionnel à temps partiel. A la même date, un maximum de 20% d'enseignement en présentiel sera permis dans le supérieur.

Cinquante personnes aux enterrements

Les enterrements pourront réunir à nouveau 50 personnes, "une mesure humaine, selon De Croo.

Tests rapides

Grâce à l'utilisation de tests rapides, et d'autotests, il sera possible d'avoir plus de contacts sociaux, et de donner des perspectives à l'horeca.

Vaccination

"C'est le seul vrai plan de sortie", a affirmé Alexander De Croo. "Fin avril, toutes les personnes de plus de 65 ans auront reçu au moins une injection", a déclaré le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS).

Les différents ministres n'ont pas caché que cette réouverture progressive sera tributaire des progrès de la vaccination. D'ici la fin avril, les personnes de plus de 65 ans devraient avoir reçu au moins une première dose de vaccin, a indiqué le ministre-président wallon. Son collègue de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet, a lancé un appel aux personnes plus âgées à aller se faire vacciner. "Que les personnes les plus âgées et les plus fragiles qui reçoivent une invitation à se faire vacciner y aillent. Que l'on puisse de la sorte redonner une perspective pour notre jeunesse", a-t-il dit, appuyé par le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke.

Voyages non essentiels

L'interdiction des voyages non essentiels, dans le collimateur européen, est prolongée jusqu'au 18 avril, mais sera réévaluée le 26 mars.

Situation moins à risque en plein air

Yves Van Laethem a rappelé ce vendredi qu'il était "évident qu'en plein air la situation était moins à risque". "Toutes les recherches montrent que le risque de contamination à l'extérieur est moindre qu'à l'intérieur. La plupart de ces recherches aboutissent à un risque d'infection qui de l'ordre de 10 à 20 fois plus bas" en plein air. De plus, a-t-il souligné, les supercontaminateurs ne sont pas de bons vecteurs à l'extérieur, puisque les aérosols se diluent dans l'air. Les risques se trouvent principalement dans ce qui entoure l'activité en plein air, comme le covoiturage par exemple, a-t-il pointé.

Vendredi dernier, le comité de concertation avait tourné court. " La pression sur nos soins intensifs augmente. Le nombre de cas confirmés a augmenté d'un quart, les hospitalisations étaient de 200 hier, et elles augmentent partout, ce qui nous oblige à une très grande prudence, car ces variants sont beaucoup plus contagieux. Il ne faut pas décoller en pleine tempête. Ce serait irresponsable et irréfléchi d'assouplir maintenant", avait déclaré le Premier ministre Alexander De Croo.

Une semaine plus tard, la moyenne est de 156 admissions quotidiennes à l'hôpital pour la semaine écoulée, soit une augmentation de 23% par rapport à la période de référence précédente. Au total, 1.906 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 426 patients traités en soins intensifs. Entre le 23 février et le 1er mars, 2.358,7 nouvelles contaminations ont été dépistées en moyenne par jour, en hausse de 2% par rapport à la semaine précédente.

Contaminations à la baisse dans les jours qui viennent

Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, estime toutefois que le nombre de contaminations moyennes se stabilise depuis quelques jours et devrait repartir à la baisse dans les jours qui viennent.

Avec Belga

"Nous constatons une légère hausse des hospitalisations, mais elles sont parfaitement en ligne avec les modèles des scientifiques. Il n'y a pas de raison de paniquer, mais la situation reste délicate, et nous devons rester prudents. Nous sommes conscients de la nécessité de perspectives", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo.Bulle extérieure élargie à dix personnesLe Comité de concertation a décidé d'élargir la bulle sociale extérieure, aujourd'hui limitée à quatre personnes, à dix personnes à partir du 8 mars. Cela signifie que l'on pourrait sortir en groupe de dix, à condition de respecter la distanciation sociale et de porter un masque. "Autoriser plus d'activités à l'extérieur nous donne la possibilité de rencontrer plus de gens", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo.Samedi, le ministre de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, précisait sur VTM Nieuws, que traverser une maison pour se réunir dans le jardin aussi désormais autorisé.Plan plein air "Au mois d'avril, nous allons pouvoir faire un second pas, nous allons réellement faire entrer en vigueur le plan plein air", a déclaré Alexander De Croo. Celui-ci concernera les parcs d'attraction, les marchés, les excursions à l'extérieur ou encore les camps de vacances, dans des limites contrôlées et avec le port du masque. Les activités de plein air organisées pourront réunir 25 enfants de moins de 13 ans en extérieur et 10 en intérieur. Pour les 13-19 ans, elles resteront limitées à 10 personnes en extérieur, a décidé le comité de concertation.Pendant les vacances de Pâques, les activités et camps avec nuitée pour les moins de 19 ans pourront avoir lieu à condition que le groupe compte au maximum 25 personnes, encadrement non compris. Le camp pourra avoir lieu si tous les participants ont été testés avant et à la fin de celui-ci. Réouverture de l'horécaAu mois de mai, si la situation épidémiologique le permet, les activités à l'intérieur pourront rouvrir, notamment pour l'horeca, a poursuivi Alexander De Croo. Cela concerne les contacts sociaux, l'horeca tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, le shopping et les commerces ambulants, la culture et l'événementiel, les animations pour jeunes, les cultes, la vie associative, le sport, les soins à domicile et les fêtes foraines. Les experts du Gems ont reçu pour mission de développer et de préciser ce plan.EnseignementA partir du 15 mars, les activités scolaires extra muros de maximum 1 jour seront à nouveau autorisées dans l'enseignement primaire et secondaire. L'enseignement en présentiel à 100% reprendra également pour les groupes vulnérables dans l'enseignement spécialisé et l'enseignement professionnel à temps partiel. A la même date, un maximum de 20% d'enseignement en présentiel sera permis dans le supérieur.Cinquante personnes aux enterrementsLes enterrements pourront réunir à nouveau 50 personnes, "une mesure humaine, selon De Croo.Tests rapidesGrâce à l'utilisation de tests rapides, et d'autotests, il sera possible d'avoir plus de contacts sociaux, et de donner des perspectives à l'horeca. Vaccination"C'est le seul vrai plan de sortie", a affirmé Alexander De Croo. "Fin avril, toutes les personnes de plus de 65 ans auront reçu au moins une injection", a déclaré le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS).Les différents ministres n'ont pas caché que cette réouverture progressive sera tributaire des progrès de la vaccination. D'ici la fin avril, les personnes de plus de 65 ans devraient avoir reçu au moins une première dose de vaccin, a indiqué le ministre-président wallon. Son collègue de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet, a lancé un appel aux personnes plus âgées à aller se faire vacciner. "Que les personnes les plus âgées et les plus fragiles qui reçoivent une invitation à se faire vacciner y aillent. Que l'on puisse de la sorte redonner une perspective pour notre jeunesse", a-t-il dit, appuyé par le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke.Voyages non essentielsL'interdiction des voyages non essentiels, dans le collimateur européen, est prolongée jusqu'au 18 avril, mais sera réévaluée le 26 mars.Situation moins à risque en plein airYves Van Laethem a rappelé ce vendredi qu'il était "évident qu'en plein air la situation était moins à risque". "Toutes les recherches montrent que le risque de contamination à l'extérieur est moindre qu'à l'intérieur. La plupart de ces recherches aboutissent à un risque d'infection qui de l'ordre de 10 à 20 fois plus bas" en plein air. De plus, a-t-il souligné, les supercontaminateurs ne sont pas de bons vecteurs à l'extérieur, puisque les aérosols se diluent dans l'air. Les risques se trouvent principalement dans ce qui entoure l'activité en plein air, comme le covoiturage par exemple, a-t-il pointé.Vendredi dernier, le comité de concertation avait tourné court. " La pression sur nos soins intensifs augmente. Le nombre de cas confirmés a augmenté d'un quart, les hospitalisations étaient de 200 hier, et elles augmentent partout, ce qui nous oblige à une très grande prudence, car ces variants sont beaucoup plus contagieux. Il ne faut pas décoller en pleine tempête. Ce serait irresponsable et irréfléchi d'assouplir maintenant", avait déclaré le Premier ministre Alexander De Croo.Une semaine plus tard, la moyenne est de 156 admissions quotidiennes à l'hôpital pour la semaine écoulée, soit une augmentation de 23% par rapport à la période de référence précédente. Au total, 1.906 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 426 patients traités en soins intensifs. Entre le 23 février et le 1er mars, 2.358,7 nouvelles contaminations ont été dépistées en moyenne par jour, en hausse de 2% par rapport à la semaine précédente.Contaminations à la baisse dans les jours qui viennent Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, estime toutefois que le nombre de contaminations moyennes se stabilise depuis quelques jours et devrait repartir à la baisse dans les jours qui viennent.Avec Belga