À propos du variant Omicron, M. De Croo a indiqué que trois cas avaient été confirmés en Belgique, auxquels s'ajoutent six cas suspects.

Pour le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, il s'agira de "simplement faire ce qui s'impose, sur la base de faits, des conseils scientifiques et des chiffres, pas sur des tabous, des dogmes, des choses qui ont été dites".

"L'avis que nous avons reçu du Gems (groupe d'experts) constitue la base des mesures. Il faut un paquet large, complet", a-t-il plaidé. "L'objectif ne doit pas être de convoquer un quatrième Codeco."

Le rapport est arrivé sur la table des ministres, a-t-on appris à bonne source. Selon plusieurs médias, le commissariat corona et le Gems préconisent notamment la fermeture des établissements horeca à 20h00 (23h00 actuellement), la suspension des événements de plus de 200 personnes à l'extérieur et de tous les événements à l'intérieur ou encore la fermeture des écoles pendant dix jours.

La convocation d'un nouveau comité de concertation a été diversement accueilli sur les bancs de l'assemblée.

"Ce nationalisme sanitaire, ça suffit!"

"Les Codecos se suivent et se ressemblent avec des décisions trop tardives, trop légères. Pourquoi les armes dont nous disposons ne sont-elles toujours pas utlisées à 100%", s'est interrogé la députée Catherine Fonck (cdH).

"On pensait avoir tout vu au niveau de l'absurde et du chaos, mais nous vous avions clairement sous-estimés", a critiqué Sofie Merckx (PTB), appelant à des mesures de maintien du salaire pour les personnes contraintes d'observer une quarantaine.

Sophie Rohonyi (DéFI) a de son côté critiqué l'attitude du ministre-président flamand, Jan Jambon, craignant des "mesures qui suivent les volontés de la N-VA et les chiffres de sa seule Région. Ce nationalisme sanitaire, ça suffit!" M. Jambon avait en effet été le premier à réclamer un nouveau comité de concertation, une semaine seulement après le précédent.

Côté néerlandophone, les partis formant la coalition régionale (le CD&V, l'Open Vld et la N-VA) ont remis sur la table la possibilité d'instaurer un baromètre sanitaire. Cette possibilité avait été évoquée en 2020 avant d'être abandonnée. "Les gens ont besoin de ce cadre de prévisibilité", a soutenu le député Servais Verherstraeten (CD&V). "Il n'y a pas de plan à long terme", a critiqué Frieda Gijbels (N-VA), estimant qu'un baromètre "aurait vraisemblablement rendu les choses plus claires."

À propos du variant Omicron, M. De Croo a indiqué que trois cas avaient été confirmés en Belgique, auxquels s'ajoutent six cas suspects. Pour le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, il s'agira de "simplement faire ce qui s'impose, sur la base de faits, des conseils scientifiques et des chiffres, pas sur des tabous, des dogmes, des choses qui ont été dites". "L'avis que nous avons reçu du Gems (groupe d'experts) constitue la base des mesures. Il faut un paquet large, complet", a-t-il plaidé. "L'objectif ne doit pas être de convoquer un quatrième Codeco."Le rapport est arrivé sur la table des ministres, a-t-on appris à bonne source. Selon plusieurs médias, le commissariat corona et le Gems préconisent notamment la fermeture des établissements horeca à 20h00 (23h00 actuellement), la suspension des événements de plus de 200 personnes à l'extérieur et de tous les événements à l'intérieur ou encore la fermeture des écoles pendant dix jours.La convocation d'un nouveau comité de concertation a été diversement accueilli sur les bancs de l'assemblée. "Les Codecos se suivent et se ressemblent avec des décisions trop tardives, trop légères. Pourquoi les armes dont nous disposons ne sont-elles toujours pas utlisées à 100%", s'est interrogé la députée Catherine Fonck (cdH)."On pensait avoir tout vu au niveau de l'absurde et du chaos, mais nous vous avions clairement sous-estimés", a critiqué Sofie Merckx (PTB), appelant à des mesures de maintien du salaire pour les personnes contraintes d'observer une quarantaine. Sophie Rohonyi (DéFI) a de son côté critiqué l'attitude du ministre-président flamand, Jan Jambon, craignant des "mesures qui suivent les volontés de la N-VA et les chiffres de sa seule Région. Ce nationalisme sanitaire, ça suffit!" M. Jambon avait en effet été le premier à réclamer un nouveau comité de concertation, une semaine seulement après le précédent. Côté néerlandophone, les partis formant la coalition régionale (le CD&V, l'Open Vld et la N-VA) ont remis sur la table la possibilité d'instaurer un baromètre sanitaire. Cette possibilité avait été évoquée en 2020 avant d'être abandonnée. "Les gens ont besoin de ce cadre de prévisibilité", a soutenu le député Servais Verherstraeten (CD&V). "Il n'y a pas de plan à long terme", a critiqué Frieda Gijbels (N-VA), estimant qu'un baromètre "aurait vraisemblablement rendu les choses plus claires."