"Contrôler une pandémie prend des années", déclare Erika Vlieghe. "On ne s'en rendait pas compte. Beaucoup pensaient qu'une seule saison de vaccination suffirait à nous tirer d'affaire." C'est facile à dire, maintenant que les hôpitaux se remplissent pour la quatrième fois de patients atteints de covid et que, la semaine dernière, des mesures ont été prises que nous pensions ne plus jamais avoir à subir. Mais Vlieghe sait de quoi elle parle. L'infectiologue préside le groupe d'experts GEMS, qui conseille le Comité de concertation, et elle a toujours mis en garde contre un excès de confiance. Même lorsque beaucoup d'entre nous s'imaginaient avoir retrouvé la liberté, elle restait toujours aussi prudente. À la mi-septembre, à la fin de l'été le plus pluvieux depuis des années, Vlieghe a même confié à Humo qu'elle n'avait mangé qu'une seule fois au restaurant. Les bars et les restaurants étaient pleins, mais Vlieghe continuait de rencontrer ses amis à l'extérieur, par sécurité.
...

"Contrôler une pandémie prend des années", déclare Erika Vlieghe. "On ne s'en rendait pas compte. Beaucoup pensaient qu'une seule saison de vaccination suffirait à nous tirer d'affaire." C'est facile à dire, maintenant que les hôpitaux se remplissent pour la quatrième fois de patients atteints de covid et que, la semaine dernière, des mesures ont été prises que nous pensions ne plus jamais avoir à subir. Mais Vlieghe sait de quoi elle parle. L'infectiologue préside le groupe d'experts GEMS, qui conseille le Comité de concertation, et elle a toujours mis en garde contre un excès de confiance. Même lorsque beaucoup d'entre nous s'imaginaient avoir retrouvé la liberté, elle restait toujours aussi prudente. À la mi-septembre, à la fin de l'été le plus pluvieux depuis des années, Vlieghe a même confié à Humo qu'elle n'avait mangé qu'une seule fois au restaurant. Les bars et les restaurants étaient pleins, mais Vlieghe continuait de rencontrer ses amis à l'extérieur, par sécurité.Le 17 septembre dernier, le Comité de concertation a décidé de laisser tomber le port du masque presque partout en Flandre, et dans les lieux soumis à la présentation du Covid Safe Ticket. Aujourd'hui, cette décision semble tout à fait irréfléchie. Erika Vlieghe : les masques sont littéralement tombés à ce moment-là, oui. J'étais extrêmement frustrée, car nous, les experts, nous sentions venir l'orage. Par conséquent, en octobre et novembre, il nous a fallu plusieurs semaines pour convaincre les gens que la pandémie allait vraiment de nouveau dans le mauvais sens. Aujourd'hui, nous payons le prix de cette décision. Fin juin, le GEMS a été invité à réfléchir attentivement à la position que nous adopterions en automne et en hiver. Nous avons alors rédigé un avis détaillé, où nous avons également mis en garde contre une vague d'automne et une pression sur les hôpitaux. La hauteur exacte de cette vague était inconnue à l'époque, mais nous savions qu'elle allait arriver. Le 14 septembre, nous avons rédigé un autre avis sur les masques, dans lequel nous conseillons de ne pas assouplir les règles. Ces masques constituent une protection simple et efficace. Mais à cette époque, nos opinions ne suscitaient guère d'intérêt, même dans les médias.C'est à cette époque que le président d'Open VLD, Egbert Lachaert, vous a également reproché une peur de l'abandon.En effet. Bart De Wever de la N-VA a alors estimé que la Flandre était prise en otage par les mesures de Bruxelles, alors qu'il n'y avait pratiquement plus de mesures. Début septembre, j'ai écrit à tous les présidents de parti pour leur faire part de mes préoccupations. J'ai seulement reçu une réponse de la secrétaire de Joachim Coens (CD&V) disant qu'elle allait transmettre la lettre à son président. Un journaliste a ensuite écrit dans un commentaire qu'Erika Vlieghe a toujours le droit de s'opposer aux nouveaux assouplissements, mais qu'il est désormais permis de ne plus l'écouter. Bonne chance, me suis-je dit. Je n'en étais pas très affligée. Je ne souffre pas vraiment de peur de l'abandon, j'avais suffisamment d'autres travaux. Il est utile de revenir là-dessus, car la leçon qu'il faut en tirer c'est qu'il faut mieux écouter les vérités qui dérangent. Il en va de même en ce qui concerne le climat, d'ailleurs. (sourires)Je retiens justement qu'en un an et demi de coronavirus, nous n'avons presque rien appris.Je ne suis pas si négative à ce sujet. Nous ne devrions vraiment pas nous punir pour avoir commis des erreurs. En tant que société, nous ne sommes pas du tout habitués à gérer des crises qui durent aussi longtemps qu'une pandémie. Elles nécessitent généralement des mesures collectives, alors que nous sommes devenus une société très individualiste. Comparez cela à une personne ayant une vie sociale très active qui tombe soudainement gravement malade. Elle restera au lit aussi longtemps qu'il le faudra, mais dès qu'elle verra une opportunité, elle sortira et reprendra le fil de son ancienne vie.Si, pendant longtemps, de nombreuses personnes ont cru que nous ne reviendrons pas dans cette situation, c'est parce que nous sommes pratiquement tous vaccinés. Comme on nous avait dit que le vaccin était le seul moyen de retourner à une vie normale, c'était la douche froide. C'est vrai. Je continue également à défendre ardemment les vaccins. Sans eux, la situation serait totalement catastrophique, mais les attentes vis-à-vis de ces vaccins étaient extrêmement élevées. Nous sommes dans une tempête parfaite. Tout d'abord, c'était téméraire d'abandonner toutes les mesures. Les pays du sud de l'Europe qui ne l'ont pas fait sont mieux lotis aujourd'hui, même si le nombre d'infections y augmente également. Deuxièmement, le variant delta a été sous-estimé. Il était déjà dominant en Europe avant l'été, mais à ce moment-là, il y avait davantage de mesures. L'été est également toujours une saison clémente pour les virus respiratoires. Ce n'est qu'en automne que le delta peut montrer son vrai visage. Et troisièmement, nous avons surestimé l'effet des vaccins sur le caractère infectieux du virus. Les vaccins protègent très bien contre les admissions à l'hôpital et les décès. Nous voyons que les personnes qui se retrouvent à l'hôpital aujourd'hui sont affaiblies ou ont plus de 65 ans. Malheureusement, le vaccin ne protège pas bien contre la transmission du virus. Ces patients à haut risque se plongés dans la société avec nous tous, comme si le vaccin les rendait intouchables. Nous en voyons les conséquences aujourd'hui.Était-il judicieux de parler du "royaume de la liberté" qu'ouvriraient les vaccins, comme l'a fait notre ministre de la Santé Frank Vandenbroucke ?Il a fait cette déclaration au coeur de l'hiver. Les citoyens, les politiciens et nous, scientifiques, avions besoin d'espoir. Nous avions besoin de perspectives, même si j'avais déjà prévenu à l'époque que les gens commençaient à rêver à voix haute d'un été de festivalsCet espoir a évidemment rendu le choc encore plus difficile à supporter.Mais je me suis sentie très libre cet été. Tous ceux qui le souhaitaient ont pu partir en vacances, les écoles ont rouvert en septembre et à peu près tout était à nouveau autorisé. Seuls le secteur de l'événementiel et les boîtes de nuit étaient encore soumis à des restrictions. C'est parce que nous avons jeté les toutes dernières mesures de septembre par-dessus bord que nous nous retrouvons à nouveau dans ce pétrin.La nouvelle série de mesures décidées vendredi dernier suffira-t-elle à réprimer la quatrième vague ?(soupir) Cela reste à voir. Il faut mettre en oeuvre les mesures, les contrôler et motiver les gens à les respecter. Dans notre vie privée, on nous demande surtout de limiter nos contacts, ou de se voir en toute sécurité. Il y avait très peu d'enthousiasme pour imposer des règles strictes dans ce domaine-là également.Auriez-vous préféré des mesures plus claires et plus strictes, comme en Autriche et aux Pays-Bas ? Chez nos voisins du nord, tout ferme à 17 heures.Avec le GEMS, nous aurions souhaité que la restauration ferme à 20 heures, mais c'est devenu 23 heures. Nous donnons des conseils en tant que scientifiques, mais la mise en oeuvre finale est du ressort des politiciens. Je me suis résignée au fait qu'ils prennent parfois des décisions qui diffèrent de nos conseils. Ils doivent prendre en compte tellement d'autres choses. Ces mesures sont à nouveau très invasives. Pour beaucoup de gens, il s'agit surtout de leurs loisirs, mais dans le secteur de la vie nocturne et de l'événementiel, beaucoup de personnes sont à nouveau au chômage. Il n'est pas mauvais de promettre un bilan après trois semaines. Personne ne garantit qu'à ce moment-là la quatrième vague sera passée, mais nous en saurons déjà beaucoup plus sur son déroulement.Combien de temps pensez-vous que les taux d'infection et d'hospitalisation vont continuer à augmenter ?Je ne peux rien dire, précisément parce que nous ne connaissons pas encore l'effet de ces mesures. Nous sommes au milieu d'une tempête qui s'est accumulée depuis la fin du mois de septembre. Pour l'instant, il est hors catégorie, et je pense que les temps seront difficiles au moins jusqu'après le Nouvel An. Dans tous les cas, les mesures telles que le port du masque, de maintien à distance et de vie nocturne avec autotests devront être maintenues tout au long de l'hiver. Il me semble toujours plus sage de lever le pied à la fin de l'hiver, plutôt qu'au début.Le 17 novembre dernier, le Comité de concertation n'a pratiquement pris aucune décision. Il a fallu une semaine et demie de plus pour que les politiciens osent à nouveau agir alors que vous voyiez arriver la tempête en septembre. Pourquoi devons-nous toujours perdre autant de temps ?Vous devriez poser cette question aux politiciens. Je dis toujours ce que j'ai à dire à tout le monde, mais je ne veux pas non plus dénigrer les politiciens. Ce sont des décisions extrêmement difficiles qu'ils doivent prendre, et les gens doivent avoir confiance en elles pour être prêts à les respecter. Les experts n'ont d'ailleurs pas toujours raison. À l'approche de l'été, nous avons également estimé que l'assouplissement des règles se faisait un peu trop rapidement, alors qu'il n'a causé que peu de problèmes.Dans quelle mesure la situation serait-elle meilleure si davantage de personnes avaient été vaccinées?Au moins 50% meilleure, et probablement plus. La moitié des patients en soins intensifs ne sont pas vaccinés. Ce sont des admissions évitables. S'ils avaient été vaccinés, ils auraient également fait en sorte que le virus ne circule pas autant dans la société. C'est pourquoi il y a aujourd'hui un tel tourbillon d'infections dans les écoles, et pourquoi il aurait été préférable que l'on prenne des mesures encore plus strictes dans l'enseignement. Les enfants n'ont pas encore été vaccinés, avec toutes les conséquences que cela implique.Bien sûr, il y a encore 340 patients en soins intensifs qui ont été vaccinés. En tant qu'experts, nous aurions également tiré la sonnette d'alarme s'il n'y en avait eu qu'un certain nombre au total. Les patients vaccinés qui sont aujourd'hui à l'hôpital continueront d'y être dans les années à venir. Ils restent vulnérables, même avec le vaccin. J'espère seulement que les chiffres vont diminuer.Qui sont les patients non vaccinés de l'hôpital ?Il y a des gens qui ne se font pas vacciner par conviction et avec qui il est très difficile de dialoguer. Mais il y a aussi des personnes qui mènent simplement une vie très chaotique et qui n'ont pas réalisé qu'elles devaient aussi être vaccinées. Ou des personnes d'origine étrangère qui vivent dans un monde complètement différent du vôtre et du mien. Entre ces deux groupes, il y a toujours des personnes qui peuvent être convaincues. Un patient m'a déjà demandé où il pouvait obtenir une dose de rappel le plus rapidement possible, alors qu'il n'avait pas eu son premier ou son deuxième vaccin. Je l'ai orienté vers le centre de vaccination avec grand plaisir. En tant que personnel de santé, nous devons traiter ce problème de la manière la plus professionnelle possible, tout comme nous aiderions un fumeur qui fait sa troisième crise cardiaque. Nous lui disons, bien sûr, qu'il serait préférable d'arrêter de fumer, mais en passant, nous réparons son coeur pour la troisième fois.La couverture vaccinale varie fortement d'une région à l'autre : la Wallonie fait moins bien que la Flandre, et à Bruxelles la situation est dramatique. Ces différences se constatent également dans les admissions à l'hôpital ?À Bruxelles, le système de soins de santé a été surchargé beaucoup plus tôt, à la fin de l'été, tout comme à Liège. Proportionnellement, la plupart des personnes meurent encore à Bruxelles, mais le taux d'infection est aujourd'hui plus élevé en Flandre. Cela peut sembler paradoxal, mais c'est aussi en Flandre que l'on a dit le plus explicitement que nous pouvions nous décharger de toutes les mesures parce que nous étions tous si bien vaccinés. Cela a créé un cocktail fatal de contacts dangereux.Êtes-vous favorable à la vaccination obligatoire ? Pour être honnête, je n'ai pas encore tranché. En tout cas, je ne veux pas participer à la surenchère de la presse et je voudrais d'abord entendre des éthiciens, des sociologues et des philosophes sur le sujet. En fin de compte, c'est aux politiciens de décider. Personne n'a besoin de me convaincre de l'importance d'un taux de vaccination élevé, mais je me méfie d'une polarisation accrue de la société. Dans notre pays, la vaccination volontaire est un grand succès. Nous ne devons pas mettre cela en danger en rendant le vaccin obligatoire. Peut-être qu'une telle obligation ferait finalement plus de mal que de bien.Tout le monde sera bientôt invité à faire une piqûre de rappel. Devrons-nous faire une nouvelle piqûre tous les six mois ?Nous ne savons pas. Si vous me demandez où nous serons dans six mois, je n'ai qu'une réponse générale. Une piqûre de rappel peut être utile maintenant parce que nous constatons que l'immunité diminue et que nous voyons dans des pays comme Israël qu'elle constitue un barrage contre une nouvelle vague. Nos personnes très âgées en bénéficient également aujourd'hui ; heureusement, nous ne voyons plus de grands drames dans les centres de soins résidentiels. Nous apprenons pas à pas quel est le bon calendrier de vaccination. Pour l'hépatite B, par exemple, il faut également trois injections, mais nous devrons prendre des décisions en demi-aveugle à ce sujet pendant un certain temps. Il est important de bien expliquer ces choix, afin que tout le monde s'y retrouve.Pendant longtemps, de nombreux experts n'étaient pas favorables à une injection supplémentaire pour tous. Une erreur?Au départ, l'injection supplémentaire était destinée aux groupes les plus vulnérables, et nous avons commencé à l'utiliser assez rapidement en Belgique. À cette époque, l'utilité d'un tel rappel général et l'intervalle nécessaire après l'injection précédente faisaient encore l'objet de nombreuses discussions scientifiques. Le gouvernement flamand a immédiatement plaidé en faveur d'un tel booster pour tous, comme solution urgente à la quatrième vague montante. Mais pour nous, il fallait d'autres mesures pour réduire la circulation du virus en peu de temps. Il n'est pas bon de considérer la piqûre de rappel comme un substitut à d'autres mesures à moyen terme.Actuellement, tout le monde est très préoccupé par le variant Omicron. Que savons-nous à son sujet?Pas grand-chose, à part qu'il est très inquiétant. C'est le variant alpha qui a provoqué la troisième vague en Belgique au printemps, et la quatrième vague est due au delta. C'est vraiment un dur à cuire. C'est déjà particulier qu'une variant émerge et soit capable de le concurrencer. Il semble également que ses mutations pourraient rendre les vaccins moins efficaces, ce qui nous rend encore plus nerveux. La propagation mondiale d'un tel variant ne peut pas vraiment être arrêtée, mais quelques mesures de sécurité peuvent ralentir quelque peu la progression du virus. Entre-temps, il est d'autant plus important de mettre de l'ordre chez nous.Enfin, une question qui risque de vous rendre folle : comment fêterons-nous Noël?N'oublions pas que nous sommes vraiment en meilleure position que l'année dernière, malgré tout. Nous devons certainement remercier les vaccins et la bonne couverture vaccinale, mais aussi d'autres outils tels que les autotests, les masques et les compteurs de CO2. Ils ne sont pas parfaits, mais ils réduisent le risque d'infection. Ma famille et moi faisons un autotest chaque fois que nous rendons visite à quelqu'un. Il semble peu judicieux de prévoir une fête de Noël de 50 invités, mais nous n'allons certainement pas imposer l'isolement de l'an dernier. Ce sera entre les deux, et nous avons encore du temps pour y réfléchir, non ?