Un comité de concertation rassemblant les représentants des gouvernements fédéral et des entités fédérées consacré à la situation sanitaire se tiendra vendredi matin en présentiel, a-t-on appris jeudi auprès du cabinet du Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld), alors que le nombre de personnes hospitalisées en raison d'une contamination au Covid-19 continue à croître.

Le chef du gouvernement fédéral a convoqué ce comité de concertation (Codeco) à 09h00 au Palais d'Egmont à Bruxelles, notamment à la suite d'une demande du ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), alors que la réunion précédente remonte seulement à vendredi dernier.

M. Jambon souhaite que les activités récréatives à l'intérieur soient interdites jusqu'au 15 décembre afin de soulager les hôpitaux, où la situation, selon lui, devient intenable. Au total, 3.736 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 792 patients traités en soins intensifs, selon les chiffres publiés jeudi par l'Institut de santé publique Sciensano.

Oppositions politiques

Le monde politique doit faire preuve de constance dans les mesures prises pour lutter contre la pandémie, estimait pourtant le président de l'Open Vld, Egbert Lachaert, alors que Frank Vandenbroucke (Vooruit) plaide pour des mesures fortes.

Le ministre-président flamand, Jan Jambon, a appelé mercredi à la tenue d'un nouveau comité de concertation, alors que la réunion précédente remonte à vendredi. Il souhaite que les activités récréatives à l'intérieur soient interdites jusqu'au 15 décembre afin de soulager les hôpitaux. Le Premier ministre, Alexander De Croo, a reçu ce jeudi un rapport du GEMS, groupe d'experts qui conseille le gouvernement, et du commissaire corona, Pedro Facon. Sur cette base, il a décidé de réunir les différents gouvernements du pays pour prendre de nouvelles mesures.

"Je ne dis pas que réunir maintenant un comité de concertation n'est pas possible mais il y a aussi d'autres instruments. Annoncer qu'un secteur doit fermer, sans concertation, suscite beaucoup de réactions de colère. Je ne trouve pas que ce soit la meilleure sortie de Jan Jambon pour demander des mesures", expliquait Lachaert sur les ondes de Radio 1 (VRT).

"Faisons preuve d'un peu de constance. On ne peut pas tenir un comité de concertation tous les trois jours", ajoutait-il.

Selon lui, d'autres instances que le comité de concertation peuvent prendre des mesures, par exemple les bourgmestres qui peuvent se concerter avec les organisateurs d'événements ou interdire des événements.

Les écoles au centre de l'attention

Sur Bel-RTL, le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, a mis en garde contre la flambée des contaminations dans les écoles. Il a parlé de "chaos" dans les écoles flamandes. D'après les derniers chiffres communiqués par le ministre flamand de l'Enseignement, 115 écoles et internats néerlandophones sont aujourd'hui fermés en Flandre et à Bruxelles, contre 69 à la fin de la semaine passée. Au total, quelque 4.000 élèves sont concernés.

Du côté francophone, la ministre de l'Enseignement, Caroline Désir, se montrait rassurante mercredi. Même si les chiffres augmentent, quelque 350 classes - sur environ 45.000 - sont actuellement fermées pour cause de covid, soit 1% du total. Des signaux inquiétants apparaissent toutefois. Selon le baromètre du Segec, la coupole des écoles catholiques, les taux d'absentéisme des enseignants comme des élèves dépassent désormais les maxima atteints le 22 mars dernier, à la veille de vacances de Pâques 2021 qui avaient été anticipées d'une semaine pour des raisons sanitaires, rapportent jeudi plusieurs médias.

"Prendre des mesures qui vont vraiment à fond"

"Si on veut éviter le pire du pire, il faut des mesures fortes, y compris dans l'enseignement, le secteur événementiel", a souligné M. Vandenbroucke.

Le vice-Premier ministre socialiste laisse au Premier ministre la responsabilité de convoquer un comité de concertation. Mais, à l'entendre, la réunion ne peut déboucher sur des demi-mesures. "Il faut un paquet cohérent, clair et suffisamment fort. Si on réunit le comité de concertation, il faut prendre des mesures qui vont vraiment à fond. On est dans le pire des scénarios, avec une augmentation sans fin des contaminations", a-t-il dit.

Voici ce que proposent les experts du GEMS

- Fermeture des écoles primaires pendant 10 jours.

- L'âge minimum pour le port d'un masque devrait être abaissé à six ans.

- Dans l'enseignement secondaire, il ne devrait pas y avoir plus d'un jour d'enseignement physique, le reste à distance.

- Toutes les activités intérieures et les grandes activités extérieures doivent être supprimées. Les marchés de Noël peuvent être organisés dans des conditions strictes.

- L'heure de fermeture de l'Horeca devrait être avancée de 23 à 20 heures.

- Le GEMS propose de ressortir une bulle de maximum cinq contacts.

Un comité de concertation rassemblant les représentants des gouvernements fédéral et des entités fédérées consacré à la situation sanitaire se tiendra vendredi matin en présentiel, a-t-on appris jeudi auprès du cabinet du Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld), alors que le nombre de personnes hospitalisées en raison d'une contamination au Covid-19 continue à croître.Le chef du gouvernement fédéral a convoqué ce comité de concertation (Codeco) à 09h00 au Palais d'Egmont à Bruxelles, notamment à la suite d'une demande du ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), alors que la réunion précédente remonte seulement à vendredi dernier. M. Jambon souhaite que les activités récréatives à l'intérieur soient interdites jusqu'au 15 décembre afin de soulager les hôpitaux, où la situation, selon lui, devient intenable. Au total, 3.736 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 792 patients traités en soins intensifs, selon les chiffres publiés jeudi par l'Institut de santé publique Sciensano.Le monde politique doit faire preuve de constance dans les mesures prises pour lutter contre la pandémie, estimait pourtant le président de l'Open Vld, Egbert Lachaert, alors que Frank Vandenbroucke (Vooruit) plaide pour des mesures fortes.Le ministre-président flamand, Jan Jambon, a appelé mercredi à la tenue d'un nouveau comité de concertation, alors que la réunion précédente remonte à vendredi. Il souhaite que les activités récréatives à l'intérieur soient interdites jusqu'au 15 décembre afin de soulager les hôpitaux. Le Premier ministre, Alexander De Croo, a reçu ce jeudi un rapport du GEMS, groupe d'experts qui conseille le gouvernement, et du commissaire corona, Pedro Facon. Sur cette base, il a décidé de réunir les différents gouvernements du pays pour prendre de nouvelles mesures. "Je ne dis pas que réunir maintenant un comité de concertation n'est pas possible mais il y a aussi d'autres instruments. Annoncer qu'un secteur doit fermer, sans concertation, suscite beaucoup de réactions de colère. Je ne trouve pas que ce soit la meilleure sortie de Jan Jambon pour demander des mesures", expliquait Lachaert sur les ondes de Radio 1 (VRT). "Faisons preuve d'un peu de constance. On ne peut pas tenir un comité de concertation tous les trois jours", ajoutait-il. Selon lui, d'autres instances que le comité de concertation peuvent prendre des mesures, par exemple les bourgmestres qui peuvent se concerter avec les organisateurs d'événements ou interdire des événements.Sur Bel-RTL, le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, a mis en garde contre la flambée des contaminations dans les écoles. Il a parlé de "chaos" dans les écoles flamandes. D'après les derniers chiffres communiqués par le ministre flamand de l'Enseignement, 115 écoles et internats néerlandophones sont aujourd'hui fermés en Flandre et à Bruxelles, contre 69 à la fin de la semaine passée. Au total, quelque 4.000 élèves sont concernés. Du côté francophone, la ministre de l'Enseignement, Caroline Désir, se montrait rassurante mercredi. Même si les chiffres augmentent, quelque 350 classes - sur environ 45.000 - sont actuellement fermées pour cause de covid, soit 1% du total. Des signaux inquiétants apparaissent toutefois. Selon le baromètre du Segec, la coupole des écoles catholiques, les taux d'absentéisme des enseignants comme des élèves dépassent désormais les maxima atteints le 22 mars dernier, à la veille de vacances de Pâques 2021 qui avaient été anticipées d'une semaine pour des raisons sanitaires, rapportent jeudi plusieurs médias. "Si on veut éviter le pire du pire, il faut des mesures fortes, y compris dans l'enseignement, le secteur événementiel", a souligné M. Vandenbroucke. Le vice-Premier ministre socialiste laisse au Premier ministre la responsabilité de convoquer un comité de concertation. Mais, à l'entendre, la réunion ne peut déboucher sur des demi-mesures. "Il faut un paquet cohérent, clair et suffisamment fort. Si on réunit le comité de concertation, il faut prendre des mesures qui vont vraiment à fond. On est dans le pire des scénarios, avec une augmentation sans fin des contaminations", a-t-il dit.