Cloué dans un fauteuil roulant pendant 43 ans par erreur
Cloué dans un fauteuil roulant pendant 43 ans par erreur
Cloué dans un fauteuil roulant pendant 43 ans par erreur
Cloué dans un fauteuil roulant pendant 43 ans par erreur
Cloué dans un fauteuil roulant pendant 43 ans par erreur
Cloué dans un fauteuil roulant pendant 43 ans par erreur
Cloué dans un fauteuil roulant pendant 43 ans par erreur
Cloué dans un fauteuil roulant pendant 43 ans par erreur
05548592016-09-25 16:25:552016-09-25 16:25:55AFPPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifSantéLeVif

Cloué dans un fauteuil roulant pendant 43 ans par erreur

Un sexagénaire portugais, Rufino Borrego, a passé 43 ans dans un fauteuil roulant en raison d'une erreur de diagnostic médical, avant de pouvoir remarcher grâce à la découverte de sa véritable maladie, a rapporté dimanche le quotidien Jornal de Noticias.

yesMuriel Lefevre2016-09-25 16:26:03http://www.levif.be/actualite/sante/cloue-dans-un-fauteuil-roulant-pendant-43-ans-par-erreur/article-normal-554859.htmlhttp://m.levif.be/actualite/sante/cloue-dans-un-fauteuil-roulant-pendant-43-ans-par-erreur/article-normal-554859.htmlhttp://www.levif.be/actualite/sante/http://m.levif.be/actualite/sante/
Cloué dans un fauteuil roulant pendant 43 ans par erreur

Alors que les médecins de l'hôpital Santa Maria à Lisbonne lui avait diagnostiqué une dystrophie musculaire incurable à l'âge de 13 ans, une neurologue a corrigé l'erreur en 2010, découvrant qu'il souffrait de myasthénie congénitale.

La simple prise d'un médicament contre l'asthme, indiqué dans le traitement de cette maladie rare qui se traduit par une faiblesse musculaire, lui a permis de recouvrer l'usage de ses jambes.

Le 12 mai 2011, il a pu se rendre à pied à son bistrot habituel proche de sa maison à Alandroal dans le sud-est du Portugal: "On croyait à un miracle", raconte le propriétaire du café Arco-Iris, Manuel Melao, cité par le journal.

Aujourd'hui âgé de 61 ans, Rufino Borrego mène une vie normale et doit se soumettre seulement à deux séances de physiothérapie par an.

Il assure ne pas tenir rigueur à l'hôpital Santa Maria, d'autant que sa maladie était quasiment inconnue par le monde médical au moment du diagnostic erroné à la fin des années 60. "Je veux juste profiter de la vie", dit-il.

bh/abk

LOW77vif-leVifLereporterhttp://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlRufino BorregoManuel Melaohôpital Santa MariaLisbonnecafé Arco-Iris