Procès Wesphael : "il n'y a qu'une issue, l'acquittement"

06/10/16 à 09:13 - Mise à jour à 09:12

Source: Le Vif

Une joute longue, touffue, excitée : Me Mayence a lutté pendant six heures à la barre de la défense. Son client doit être acquitté, car la mort de Véronique Pirotton est due à une intoxication accidentelle. Trop d'alcool, trop de médicaments.

La plaidoirie de Me Tom Bauwens, du barreau de Bruxelles, a été le double inversé de celle de son jeune confrère de Liège, Me Diego Smessaert, à deux chiffres près. Treize pièces de puzzle, avant-hier, pour donner l'image globale de l'affaire, forcément accablante pour l'accusé, Bernard Wesphael. Hier, onze éléments destinés à graver dans l'esprit des jurés la contre-offensive de la défense après les divers "scénarios" avancés par les parties civiles et l'avocat général. Véronique Pirotton aurait été traînée de la chambre à la salle de bain, mais on n'a retrouvé aucune trace du tapis plain sur son corps (1). Pas de trace sur son visage de son contact avec l'armoire où elle a laissé du fond de teint à 20 cm du sol (2). Si agression et défense il y a eu, Bernard Wesphael, à part une gratte au poignet, est indemne (3). Pas de fibres appartenant à Wesphael sur la victime (4). Pas de traces d'objets brisés sur la prétendue scène de la bagarre (5). Difficile de se blesser à la tête en se débattant dans un lit (6). Ce n'était pas un "pull", mais un top vert qui a été retrouvé sous la couette (7). Une annexe du rapport de l'Institut national de criminologie et de criminalistique (INCC) sur les fibres, non versée au dossier, minore ses conclusions (8). Aucune fibre retrouvée sur le sachet en plastique retrouvé sur le visage de Véronique Pirotton (9). La ligne du temps établie par les policiers ressemble à une "courbe du circuit de Spa-Francorchamps (10). Les occupants de la chambre 604 ont entendu la police, mais pas la prétendue bagarre de la chambre 602 (11). Me Bauwens aurait bien continué sur sa lancée (12, 13, 14...). Mais il doit évoquer "son" dossier, le 8e carton qu'il désigne d'un geste ample derrière la cour et qui concerne la détention préventive de l'accusé.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires