Bruxelles: nouveau métro vers le nord en projet, chantier dès 2019

13/09/16 à 21:13 - Mise à jour à 21:39

Source: Belga

Les autorités fédérales et régionales compétentes ont présenté mardi soir l'avant-projet de métro vers le nord de la capitale. Le chantier doit démarrer en 2019 pour s'achever en 2025 en passant par une étape intermédiaire de mise en métro dès 2022 de l'axe Albert Gare du Nord.

Bruxelles: nouveau métro vers le nord en projet, chantier dès 2019

La ligne M3 devrait permettre de relier Bordet à la gare du nord en dix minutes. © BELGA/Dirk Waem

Ces mêmes autorités représentées mardi par le président de Beliris Didier Reynders, les ministres bruxellois Rudi Vervoort et Pascal Smet, et le directeur général de la STIB Brieuc de Meeùs ont approuvé chacune de leur côté cet avant-projet au début de l'été.

Outre la transformation de la ligne de pré-métro existante et l'ajout d'une station "Constitution", aux abords de la gare du Midi, celui-ci prévoit le percement d'un tunnel de quelque 5 kms de long entre la gare du Nord et la gare de Bordet appelée à devenir multimodale, et la construction de sept stations aux noms restant à fixer définitivement et situées à hauteur de "Liedts", "Collignon", "Verboeckhoven", "Riga", "Tilleul", "Paix" et "Bordet". Un nouveau dépôt pour le matériel roulant est également prévu à Haren.

Le tunnel devrait être percé au départ précisément du complexe de la STIB à Haren, à l'aide d'un tunnelier de 10 mètres de diamètre, appelé à progresser à raison de 10m par jour. Selon le consortium "Bureau Métro Nord" qui a planché sur le projet, on devrait avoir excavé un million de m3 de terres d'ici l'ouverture de l'aile nord de la ligne.

Sachant que le tunnelier passera à une profondeur d'une trentaine de mètres, le projet ne nécessitera qu'une vingtaine d'expropriations, 95 % du parcours étant établi sur base de servitudes d'utilité publique consistant en une limitation du droit de propriété et qui donne droit le cas échéant à un dédommagement pour un propriétaire lésé. Les stations seront construites, selon les cas, soit via la technique des murs emboués, soit via celle de la congélation de sol, qui permettent de Couler aussi vite que possible le toit de la station pour limiter dans le temps l'impact du chantier en surface.

Les propriétaires de 481 parcelles concernées seront informés personnellement du projet.

Des sessions d'informations des riverains seront par ailleurs organisées à l'automne. Le dépôt de la demande de permis est attendu pour janvier prochain. La phase d'attribution des marchés publics de construction interviendra en 2018. La délivrance du permis et le démarrage du chantier est programmée pour 2019.

L'extension du métro vers le nord est justifiée par les autorités par la forte poussée démographique dans les quartiers qu'il est appelé à traverser et sur l'impossibilité de multiplier l'offre du réseau de tramways existant pour rencontrer la demande. La capacité du métro est cinq fois supérieure à celle du tram.

Selon le consortium à la base de l'étude, la ligne devrait permettre de relier Bordet à la gare du nord en dix minutes à peine, à une vitesse commerciale de 30km/h. Il faut actuellement une demi heure pour effectuer ce parcours en tram.

Les stations seront équipées de façades de quai, même si le métro automatique n'est pas au programme.

Deux des stations seront multimodales (Verboekhoven et Bordet). Quatre des nouvelles stations auront une connexion directe avec le réseau de tramways.

Bientôt une étude de "désirabilité socio-économique" et d'implantation pour le métro sud

Le cahier des charges en vue de la réalisation d'une étude de "désirabilité socio-économique" et d'implantation de stations potentielles de métro vers le sud de la capitale sera rédigé au cours de l'automne, a indiqué mardi soir le Vice-premier ministre fédéral Didier Reynders, président de Beliris, à l'occasion de la présentation, avec les ministres bruxellois Rudi Vervoort et Pascal Smet, de l'avant-projet de métro qui reliera la Gare du Nord à Bordet d'ici 2025.

Selon Didier Reynders, cette étude est prévue dans le cadre du dernier avenant de Beliris sur lequel les gouvernements fédéral et régional bruxellois ont marqué leur accord.

Vers le sud, le métro devrait être prolongé au delà de la place Albert, soit vers Saint-Job, soit vers Calevoet, soit vers l'Observatoire, selon des hypothèses que ce type d'étude devra précisément approfondir, a-t-il dit en substance.

M. Reynders a par ailleurs indiqué que Beliris interviendrait à hauteur de 450 millions d'euros dans la construction du métro entre la Gare du Nord et Bordet, soit l'équivalent de 52% d'un investissement estimé à 857 millions d'euros.

De son côté, le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (sp.a) a mis en exergue le coût total de la réalisation du métro vers le nord: 1,8 milliard d'euros comprenant le prolongement entre la Gare du Nord et Bordet, mais aussi la transformation du pré-métro existant entre Albert et la Gare du Nord, prise intégralement en charge par la Région bruxelloise et l'achat du matériel roulant. Au total, le contribuable interviendra dans le projet de métro vers le nord à hauteur de 72%, Beliris payant les 28% restants, a-t-il dit.

Informations et plan de ligne sur www.metro3.be

Nos partenaires