© Getty

Vaccins Covid : les effets secondaires sont-ils réels ou imaginés?

Fatigue, perturbation du cycle menstruel, maux de tête, problèmes temporaires de mémoire… Les effets secondaires liés à la vaccination sont désormais bien connus. Mais s’ils existent, sont-ils… réels chez tout le monde ? Plusieurs études affirment que l’effet nocebo (la peur de tomber malade) peut jouer un rôle. Explications.

L’esprit humain est une chose étrange. Parfois, il semble faire ses petites affaires en dehors de toute logique. Un bon exemple est le fameux effet placebo. Des personnes malades vont mieux parce qu’elles pensent qu’une pilule va les guérir, alors que la pilule ne fait rien. Son pendant, l’effet nocebo, est moins connu. Celui-ci rend les gens malades parce qu’ils croient qu’ils ont affaire à quelque chose qui les rend malades. Officiellement, ce phénomène n’a été décrit qu’en 1983, mais les premières indications à son sujet remontent aux années 1940, lors de recherches sur la culture vaudou, qui peut pousser les gens à la mort en leur faisant peur. L’effet nocebo a depuis été décrit pour autour d’affections telles que les allergies, les douleurs musculaires, les dysfonctionnements érectiles et les troubles gastro-intestinaux.

Le nocebo est le contraire du placebo : on ne va pas mieux par espoir, mais on tombe malade par peur

En octobre 2020, Frontiers in Psychology a publié une recherche du rôle possible de l’effet nocebo dans la crise du Covid. La peur est une émotion qui peut être tout aussi contagieuse que le virus lui-même, selon le rapport. Elle peut entraver le rétablissement après une infection ou un traitement. Les personnes anxieuses souffrent davantage de l’effet nocebo, et les femmes plus que les hommes. L’isolement social est également désastreux. Une chose qui a joué un rôle plus important dans la crise du Covid que dans d’autres situations médicales à cause des mesures de quarantaine, surtout si ces personnes avaient lu des informations qui ont suscité la méfiance envers la vaccination. En 2021, des recherches publiées dans des revues telles que The Journal of Public Health et Expert Review of Clinical Pharmacology ont établi un lien entre l’effet nocebo, les campagnes de désinformation autour des vaccins Covid, et la résistance à la vaccination. Les gens y seraient surtout sensibles lorsqu’ils se sentent impuissants, entre autres à cause d’informations contradictoires. Pire, lorsque les gens s’attendent à un effet secondaire lors d’une vaccination, ils sont également moins susceptibles de bien y répondre. D’où l’importance de sensibiliser les gens sur l’effet pervers du nocebo.

Chocs internes

Il est clair que la vaccination comporte effectivement des risques concrets pour la santé. Il est vrai que des personnes sont mortes après avoir été vaccinées, mais il y en a très peu. Il existe aussi un risque minuscule de problèmes de coagulation du sang après l’injection d’un vaccin basé sur un adénovirus, notamment les vaccins d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson. Les scientifiques recherchent fébrilement le mécanisme sous-jacent et un rapport paru dans Scientific Reports indique que la surface de l’adénovirus porteur peut agir comme un aimant pour les plaquettes sanguines, ce qui peut favoriser la formation de caillots. Si cela se produit dans une zone dangereuse du corps, cela peut entraîner des problèmes de santé exceptionnellement graves.

La revue Science a, elle, publié une recherche montrant qu’après la vaccination, les personnes pouvaient présenter des symptômes de ce que l’on appelle désormais le covid long: les effets à long terme de l’infection par le coronavirus. Après une infection virale, selon l’étude, 5 à 30 % des personnes peuvent souffrir de symptômes pendant des années, même si elles étaient presque asymptomatiques.

null
null© Getty

Exceptionnellement, le syndrome peut également survenir après l’administration d’un vaccin Covid. Par exemple, certains patients ont développé une inflammation du muscle cardiaque après avoir reçu un vaccin à ARNm (de Pfizer ou Moderna) – une affection qui peut être traitée si elle est détectée à temps. D’autres personnes présentent des symptômes allant de l’arythmie cardiaque à une sorte de choc électrique interne, en passant par une faiblesse musculaire. D’autres encore ont des problèmes d’audition à long terme ou des anomalies du cycle menstruel. En réalité, les symptômes sont si variés, tant en termes de fréquence, de gravité et de durée, qu’il est difficile de trouver un dénominateur commun.

Les causes peuvent, elles aussi, être multiples. Une théorie courante veut que le Covid long soit le résultat d’un emballement du système immunitaire de l’organisme qui commence à attaquer ses propres cellules – une réaction auto-immune. Il est également possible que des caillots sanguins se forment couramment et déclenchent des problèmes. Comme les vaccins contiennent une petite partie inoffensive du virus qui est censé stimuler le système immunitaire pour qu’il se défende, ils peuvent, dans de rares cas, provoquer les mêmes réactions négatives que le virus lui-même. Toutefois, on ne peut l’affirmer avec certitude.

Les scientifiques continuent cependant d’insister sur le fait que le risque de problèmes suite à une infection virale est toujours infiniment plus grand que le risque d’effets secondaires d’une vaccination (la différence peut atteindre un facteur de mille). Un rapport récent paru dans Nature a conclu que la vaccination réduit généralement de manière significative les risques de développer un Covid long plutôt que de le provoquer. Les personnes vaccinées qui ont été infectées par le virus après une vaccination étaient deux fois moins susceptibles de développer des symptômes de Covid long que les personnes non vaccinées. Cela peut représenter une grande différence en termes d’années de qualité de vie.

76 % des effets secondaires légers signalés après une première vaccination dus à l’effet nocebo

Même si la plupart des effets secondaires de la vaccination sont relativement modestes et inoffensifs, ce qui ne signifie pas qu’ils ne doivent pas être pris au sérieux. Il s’agit généralement de fatigue, de douleurs à la tête et aux nerfs, de variations inattendues de la pression artérielle et de problèmes temporaires de mémoire à court terme. C’est dans ce contexte qu’apparaît l’effet nocebo. Une étude publiée au début de l’année dans The Lancet Regional Health Europe a conclu qu’une « proportion substantielle » des effets secondaires enregistrés n’était pas due au vaccin lui-même, mais à un effet nocebo résultant d’une crainte légère ou nulle de la vaccination. Elle toucherait davantage de personnes ayant bénéficié de l’un des vaccins à ARNm : des vaccins basés sur une nouvelle technologie. Les auteurs ont averti que l’effet nocebo peut être si puissant qu’il peut même saper la protection offerte par un vaccin. Ils ont également déclaré que les plaintes sont souvent assez subjectives et difficiles à mesurer. La peur des aiguilles est un facteur aggravant, tout comme les réactions négatives des autres personnes au fait que vous ayez été vacciné.

Les chiffres concrets sont parus dans JAMA Network Open. Pas moins de 76 % des effets secondaires légers signalés après une première vaccination étaient dus à l’effet nocebo. Pour une deuxième vaccination, le chiffre était encore de 52 %. Ces chiffres sont élevés. Plus l’effet secondaire est faible, plus il est probable qu’il soit dû à une expérience nocebo. Le lien entre le nocebo et les plaintes physiques serait dû à l’activité des transporteurs de stimulus dans le cerveau, qui sont liés à la peur et au stress et peuvent déclencher un large éventail de réactions, notamment des problèmes cardiaques et des maux de tête. L’inverse se produit également. Une étude récente parue dans The American Journal of Preventive Medicine a conclu que pour de nombreuses personnes, une vaccination signifie simplement un coup de pouce positif à leur bien-être mental, leur donnant une résistance supplémentaire. L’histoire fonctionne donc dans les deux sens, selon le caractère du patient.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content