. © getty

Pourquoi il est essentiel de se protéger contre les piqûres de moustique

Celine Bouckaert
Celine Bouckaert Journaliste au Vif

Que l’on parte en voyage dans le Sud ou que l’on décide de rester en Belgique, il fort probable que les moustiques viennent perturber les vacances. Il est pourtant essentiel de s’en prémunir, pas seulement pour éviter les boursouflures, et les démangeaisons, mais surtout pour prévenir les maladies, particulièrement dans certaines contrées. 

Ainsi, les moustiques tigres, vecteurs potentiels de maladies pour l’homme, gagnent du terrain en Europe. Ces dernières années, les chercheurs de l’IMT (l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers) ont détecté la présence de moustiques tigres, de moustiques des forêts asiatiques et d’autres moustiques exotiques sur les aires d’autoroute, dans les entreprises d’importation de pneus et de bambous de la chance et les terrains industriels.

A l’origine, le moustique tigre provient de l’Asie du Sud-Est, mais maintenant il s’est installé dans certaines parties d’Europe, d’Amérique et d’Afrique, en raison principalement du transport mondial de marchandises, du réchauffement climatique et de sa grande capacité d’adaptation.

Aujourd’hui, le moustique tigre est établi dans de nombreux départements français, une grande partie de l’Espagne, en Italie, en Grèce, en Croatie, en Bosnie-Herzégovine, en Albanie, dans certaines régions d’Allemagne etc. En Belgique, le moustique tigre n’est pas encore établi, mais « introduit ».

Evaluer le risque de transmission

« Nous retrouvons régulièrement ces moustiques en Belgique mais pour l’instant, cette espèce (les moustiques tigres, Aedes albopictus, NDLR) ne s’y est pas encore implantée », affirme Isra Deblauwe, entomologiste à l’IMT (l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers). « Si ces moustiques s’installent chez nous, il sera important de suivre leurs populations de très près, afin de pouvoir évaluer le risque de transmission de virus ».

Les moustiques tigres sont en effet l’un des vecteurs les plus importants des virus de la dengue, du Zika et du chikungunya, mais ils peuvent également transmettre le virus du Nil occidental. En outre, le moustique tigre est très agressif lorsqu’il cherche à se nourrir. « A l’heure actuelle, ces maladies ne sont pas endémiques en Belgique, mais sont parfois apportées par des voyageurs », explique Sciensano.

L’Institut de santé publique invite d’ailleurs les citoyens belges à ouvrir l’œil et à notifier la présence de moustiques tigres le territoire. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de « MEMO+ », une nouvelle phase du projet MEMO (Monitoring Exotic MOsquitoes) lancé par IMT et destiné à observer la présence de moustiques exotiques en Belgique et l’impact de celle-ci sur la santé publique.

Ils sont invités à signaler la présence de ces petits insectes, reconnaissables à leurs rayures blanches et noires, en envoyant une photo sur le site https://surveillancemoustiques.be. Le mieux étant de « chercher dans les milieux humides comme les petites flaques d’eau stagnante que l’on trouve dans des pneus de voiture, pots de fleurs, gouttières et tonneaux d’eau de pluie car c’est à ces endroits que le moustique tigre dépose ses œufs », conseille encore Sciensano.

Paludisme

Les moustiques tigres ne sont pas la seule espèce porteuse de maladies dangereuses. Début juillet, une femme vivant près de l’aéroport de Zaventem a contracté le paludisme suite à la piqûre d’un moustique se trouvant dans un avion reliant l’Afrique et la Belgique.

Il s’agit du quatrième cas décelé en trois ans à proximité de l’aéroport, selon l’Agence flamande pour les soins et la santé. Un moustique se trouvant dans un avion reliant l’Afrique et la Belgique est responsable de l’infection. « La fréquence du nombre de cas est un peu plus élevée que la normale », déclare Joris Moonens de l’agence. « Nous voyons environ un cas par an, donc cela reste rare. Il est trop tôt pour parler d’une tendance, mais nous gardons tout de même un œil dessus. »

 Un couple était mort à la suite d’un cas d’importation de la malaria il y a deux ans. Un employé de l’aéroport est tombé malade de la même infection l’année dernière. Des informations supplémentaires concernant la reconnaissance des symptômes du paludisme sont données aux médecins généralistes de la région, selon Joris Moonens.

Comment éviter les piqûres de moustiques

Evitez les activités en plein air aux moments où les moustiques sont les plus actifs : au crépuscule et la nuit.

Portez des vêtements qui couvrent les bras, les jambes et les pieds

Privilégiez les vêtements larges et de couleur claire

Utilisez un répulsif anti-moustique à l’efficacité prouvée. En juin dernier, Test Achats révélait qu’un produit antimoustique sur trois était totalement inefficace, notamment les bracelets antimoustiques destinés aux enfants.

A l’intérieur, installez des moustiquaires aux fenêtres et aux trous d’aération.

Les ventilateurs peuvent dissuader les moustiques, tout comme la climatisation vu que les moustiques n’aiment pas la chaleur, ils sont à combiner avec d’autres mesures.

Dormez sous une moustiquaire, de préférence traitée avec un insecticide.

Utilisez un insecticide si nécessaire (aérez bien la pièce si vous y êtes)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content