© Getty

Fact-check: oui, les personnes qui lisent vivent plus longtemps

Stefanie Van den Broeck Journaliste Knack

 » Des recherches révèlent que les personnes qui lisent vivent plus longtemps.  » Nous l’avons découvert récemment dans le magazine flamand Goed Gevoel. C’est vrai, même si aucun lien causal n’a encore pu être établi.

Ce Fact Check a été rédigé sur la base des informations disponibles à la date de publication.

Dans un article dont le titre est « Lifestyle als medicijn » (Un style de vie comme médicament), publié dans le magazine flamand Goed Gevoel, le professeur émérite Réginald Deschepper (VUB) explique comment mener une vie plus saine en modifiant son ‘style de vie’. Parmi ses conseils, on peut lire: « Des recherches ont révélé que les personnes qui lisaient, non seulement se sentaient mieux, mais vivaient plus longtemps. » Lorsque nous contactons le professeur Deschepper, il nous renvoie à une étude scientifique de 2016, publiée dans le célèbre magazine scientifique Social Science & Medicine.

Les chercheurs ont utilisé les données de l’étude américaine « Health and Retirement Study », pour laquelle les participants ont été interviewés tous les deux ans entre 1992 et 2012 (ou jusqu’à leur décès). En 2001, des questions sur leurs habitudes de lecture ont été ajoutées au questionnaire. Sur la base de ces informations, les chercheurs ont sélectionné 3.635 participants, dont 59% furent classés dans la catégorie de « lecteurs de livres », c’est-à-dire qu’ils lisaient au moins 3,5 heures par semaine. Vu que ce groupe comprenait nettement plus de femmes diplômées de l’enseignement supérieur, les résultats ont été ajustés pour tenir compte de ce facteur (et de quelques autres). Les résultats furent remarquables: parmi les participants décédés entre 2001 et 2012, on comptait relativement moins de lecteurs de livres – ils avaient 20% de moins de risque de décéder. Nous parlons spécifiquement de « lecteurs de livres » et non de « lecteurs » en général, car la lecture de journaux et de magazines a eu un impact plus limité.

Rien ne prouve que vous aurez un impact positif si vous obligez les accros du petit u0026#xE9;cran u0026#xE0; lire.

C’est un fait que les personnes qui lisent vivent plus longtemps, confirme le professeur de psychologie Tom Beckers de la KU Leuven. « Mais cela ne veut pas dire qu’ils vivent plus vieux parce qu’ils lisent. Il n’est pas possible d’établir un lien de causalité sur la base de ces recherches. Mais je peux m’imaginer que ceux et celles qui disposent de plus de temps et sont moins stressés lisent davantage, et vivent peut-être aussi plus longtemps. Mais vivent-ils plus longtemps parce qu’ils lisent davantage ou parce qu’ils ont plus de temps libre ? Par ailleurs, les chercheurs affirment que ce facteur est influencé par les capacités cognitives: la lecture agit positivement sur notre mémoire, ce qui a un impact sur notre longévité. Je m’interroge sur ce lien de causalité: peut-être les personnes qui voient leurs capacités cognitives diminuer au fil des ans lisent-elles moins ? »

Les chercheurs mentionnent que les seniors passent en moyenne plusieurs heures par jour devant la télévision et souhaitent que nous les encouragions à lire davantage. Mais cela soulève aussi des questions chez Beckers. « Dans cette étude, il s’agit de personnes qui aiment lire et le font spontanément. Rien ne prouve que l’espérance de vie s’améliore si on oblige les accros du petit écran à lire davantage. Même si je tiens à souligner que la lecture a également d’autres effets positifs et qu’elle ne peut certainement pas faire de mal. »

Simon Bequoye, travailleur de la connaissance auprès de l’association Iedereen Leest, l’organisation de référence en Flandre pour la lecture et sa promotion, estime que ces conclusions doivent être analysées de manière nuancée. « Il est très difficile d’établir un lien causal direct entre la lecture, le bien-être et la santé. Mais en 2019, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a publié une étude révélant que les activités artistiques et culturelles actives ou passives – dont la lecture – avaient un impact positif sur le bien-être et la santé. Cette pratique peut même avoir un effet préventif contre certains problèmes mentaux et physiques, tant auprès des jeunes que des seniors. »

CONCLUSION

C’est un fait que les personnes qui lisent vivent plus longtemps, même si rien ne prouve qu’il existe un lien de causalité entre les deux. Nous considérons donc cette affirmation comme vraie.

Partner Content