© Getty Images

L’abus d’alcool pendant la pandémie pourrait engendrer des milliers de décès, selon une étude

Le Vif

Une étude publiée ce mardi pointe la crainte de milliers de décès liés à l’abus d’alcool pendant la pandémie.

La consommation d’alcool plus importante au Royaume-Uni durant la pandémie pourrait engendrer des milliers d’hospitalisations et de décès supplémentaires au cours des 20 prochaines années, ressort-il d’une étude publiée mardi par l’université de Sheffield. Les auteurs de l’étude développent cinq scénarios relatifs à l’évolution de la consommation d’alcool dans le pays. Dans le meilleur scénario, si la consommation revient à son niveau d’avant pandémie, 42.677 hospitalisations et 1.830 décès sont attendus d’ici à 2042. 

Le scénario le moins optimiste prévoit 972.382 hospitalisations et 25.192 décès liés à l’alcool sur une période de vingt ans. Une telle situation pourrait coûter 5,2 milliards de livres (soit 6,1 milliards d’euros) au NHS (National Health Service), le système de santé britannique et commanditaire de l’étude.

« Ces chiffres soulignent que l’impact de la pandémie sur notre consommation d’alcool peut engendrer des dégâts à long terme sur notre santé », explique le responsable de l’étude Colin Angus. « À une époque où les services du NHS sont déjà soumis à une énorme pression en raison des retards de traitement, cela donne une image inquiétante ».  Les régions les plus touchées sont celles qui sont financièrement faibles et où l’on observe déjà les taux les plus élevés de maladies liées à l’alcool. Les experts appellent à la mise en place d’une politique sanitaire en matière d’alcool.

Partner Content