La consigne sur les canettes (enfin) sur la bonne voie de la concrétisation

Le Vif

Les lignes bougent sur la question de l’introduction d’une consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique tant au nord qu’au sud du pays. Après de multiples tergiversations, « la question n’est plus de savoir si on va mettre en place cette consigne mais selon quelles modalités on va le faire », s’est félicité mardi le chef de groupe des Engagés au parlement wallon, François Desquesnes, dont le parti défend la consigne depuis plusieurs années.

« Il y a pour la première fois un alignement des partis politiques et des trois Régions pour la consigne. C’est une première étape et c’est une victoire », a-t-il affirmé alors que le sujet était à nouveau sur la table de la commission environnement de l’assemblée régionale où était présenté le rapport de la visite aux Pays-Bas effectuée par plusieurs députés sur la problématique du consignement.


« Les éléments basculants recueillis lors de ce voyage ont permis de convaincre les derniers réticents. La suite, c’est désormais de s’assurer que la mise en oeuvre de cette mesure sera rapide et efficace », a poursuivi François Desquesnes.

« La question de la consigne évolue pas à pas, méthodiquement et avec cohérence » en concertation avec toutes les Régions, a pour sa part affirmé la ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier.
En avril dernier, celle-ci avait annoncé le lancement d’une « analyse de faisabilité » pour objectiver l’impact de la mise en oeuvre éventuelle de ce système.

« L’une des solutions concrètes à la malpropreté publique »


« Ce marché public touche à sa fin. Il permettra d’avoir de premiers éléments d’analyse d’ici la fin de l’année », a rappelé la ministre en se réjouissant par ailleurs de la récente prise de position de son homologue flamande Zuhal Demir.

Constatant que les efforts fournis jusqu’à présent pour lutter contre les déchets sauvages ne suffisent pas, la ministre Demir a plaidé pour que les autorités du nord du pays s’entendent rapidement sur une forme de consigne sur les canettes et bouteilles en plastique.


« Elle rejoint ainsi la position défendue par Alain Maron à Bruxelles » qui voit « l’outil de la consigne comme l’une des solutions concrètes à la malpropreté publique », a conclu Céline Tellier.

Partner Content