© iStock

Climat: l’Union européenne prône la coopération avec les villes américaines

Après l’annonce du retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris, l’Union européenne entend doper les coopérations sur le climat entre les collectivités locales des deux côtés de l’Atlantique, a annoncé mardi le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, saluant « l’activisme » des maires américains.

« Je suis très optimiste sur l’engagement local aux Etats-Unis contre le réchauffement climatique, grâce à des centaines de maires et de dirigeants des milieux d’affaires et en dépit du gouvernement fédéral », a déclaré à l’AFP M. Sefcovic, en marge d’un forum ministériel sur les énergies propres à Pékin.

« En Europe, nous avons engagé une 4e révolution industrielle » avec les énergies renouvelables, mais en se retirant de l’accord sur le climat, « c’est comme si la Maison Blanche voulait revenir à la deuxième révolution industrielle » du XIXe siècle, fondée sur le charbon, a-t-il ironisé.

« Mais si l’on s’en tient aux villes (américaines), aux grosses entreprises aux Etats-Unis, il est clair qu’elles resteront arrimées à l’appel de la modernité et à un avenir d’énergies propres », a insisté le commissaire chargé de l’Energie. De fait, nombre d’autorités locales ont déjà pris le contrepied de l’annonce de Donald Trump la semaine dernière en se disant décidées à redoubler d’efforts pour limiter le réchauffement climatique.

Le milliardaire new-yorkais Michael Bloomberg, ancien maire de New York, a pris la tête vendredi d’une coalition de dizaines de maires, gouverneurs et organisations prêts à s’engager pour réduire les émissions des Etats-Unis, deuxième plus gros émetteur mondial de carbone derrière la Chine.

Maros Sefcovic avait justement déjà lancé avec M. Bloomberg « une convention mondiale des maires pour le climat et l’énergie », un forum rassemblant notamment plus de 130 villes américaines: des coopérations que le haut responsable européen appelle désormais à renforcer.

Partner Content