Au fil des questions, des intervenants bien réels prennent part au débat, comme le politologue François Gemenne. © CLIMATE SHOW

Climat: des shows à destination des jeunes

Estelle Spoto
Estelle Spoto Journaliste

A Bruxelles, une exposition et un show interactifs s’adressant en priorité aux jeunes boostent la motivation pour passer concrètement à l’action face à l’urgence climatique. Visite de The Climate Show et de Belexpo en compagnie de classe hyperenthousiastes.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

En ce matin printanier, une soixantaine d’élèves de l’institut Sainte-Marie de La Louvière ont quitté la cité des Loups pour «monter à la capitale». Accompagnés par leurs enseignantes, deux classes de quatrième et une quinzaine d’«écodélégués» – des volontaires de toutes les années qui sensibilisent l’école à la durabilité – ont rendez-vous au Palais 2 du Heysel pour assister à The Climate Show (1). Lancé début mars, ce spectacle interactif concocté par Tempora Production (les expos 14-18, c’est notre histoire ou Ceci n’est pas un corps, sur la sculpture hyperréaliste) invite les spectateurs à s’asseoir dans une sorte d’auditorium, face à trois écrans géants.

Objectif premier: démonter les freins et les mauvaises excuses derrière lesquels on se réfugie pour continuer à ne pas changer nos comportements.

Gaia, une intelligence artificielle, prend la parole pour lancer «un protocole dont le but est de lever les blocages individuels et collectifs qui empêchent votre espèce d’agir à la hauteur des circonstances». D’emblée, l’objectif premier du Show est énoncé: démonter un par un les freins et les mauvaises excuses («la science nous sauvera», «ce n’est pas à nous mais aux Chinois de faire des efforts», «il suffirait de réduire la population mondiale», etc.) derrière lesquels on se réfugie pour continuer à ne pas changer nos comportements, quitte à rester paralysés dans l’écoanxiété. Pour ce faire, Gaia sera accompagnée par Camille, une comédienne en chair et en os incarnant un sujet-test soi-disant tiré au sort dans l’assistance et qui devra prendre place dans un fauteuil à la The Voice au milieu de la salle, mais aussi en vidéo par Luna, amie de Camille dans le rôle de «l’ange», qui prône des vacances dans une ferme ardennaise en permaculture, et par Thomas, le «démon», qui opte, lui, pour un séjour farniente, en avion, aux Canaries.

Au programme, entre autres, une réflexion utile et pragmatique sur la ville d’aujourd’hui et celle de demain.
Au programme, entre autres, une réflexion utile et pragmatique sur la ville d’aujourd’hui et celle de demain. © ARNAUD GHYS

Ceci pour le volet fiction de ce Climate Show puisque, au fil des questions auxquelles les spectateurs répondent grâce à une télécommande individuelle, des intervenants bien réels prennent part au débat – le politologue belge François Gemenne, auteur principal pour le Giec, Lucie Pinson, directrice de l’ONG Reclaim Finance, ou encore Cyril Dion, réalisateur du documentaire Demain, en apportant des informations fondamentales. Répartition par continent des émissions de gaz dans les années 1960 et aujourd’hui, équivalences des deux tonnes d’émissions annuelles au maximum par habitant (objectif des accords de Paris pour 2050, soit, par an, 10 753 kilomètres en avion ou 276 repas incluant du bœuf), augmentation des financements des grandes banques aux énergies fossiles… Autant d’éléments très concrets qui ouvrent les yeux. «Il y avait des choses qu’on savait déjà, mais le show apportait beaucoup de précisions», relève Elliot, élève de 4e, à l’issue du spectacle. «Les statistiques, on ne les avait pas», confirme Chloé, écodéléguée de 5e année, pendant que le car emmène toute l’assistance au deuxième rendez-vous de la journée, Belexpo.

En mission

Direction donc le site de Tour & Taxis, et plus particulièrement le bâtiment exemplaire qui héberge Bruxelles Environnement. L’ administration de l’environnement et de l’énergie en Région de Bruxelles-Capitale y présente Belexpo (2), une exposition permanente interactive dont les participants déclenchent les modules à l’aide d’un bracelet électronique. En complément idéal au «protocole de levée des blocages» du Climate Show, les différentes missions nourrissent une réflexion utile et pragmatique sur la ville d’aujourd’hui et celle de demain, après une introduction sur une carte de Bruxelles où sont mis successivement en évidence les réseaux de transports en commun et de pistes cyclables, les magasins de vente en vrac ou de deuxième main, la présence de l’eau ou encore les espaces naturels.

Balade virtuelle en ville sur vélos d’appartement, culture sur écran de courgettes ou de radis (sans pesticides et arrosés à l’eau de pluie), chasse aux nuisances urbaines, astuces pour économiser l’énergie dans les habitations ou encore test à choix multiple pour trouver son «métier de demain» (éleveur de grillons, jardinier de toit, écoguide touristique, spécialiste en chauffage et isolation…): les ados s’ en donnent à cœur joie dans les différentes sections de l’exposition, à découvrir librement.

Une fois le temps de la visite écoulé, et après la photo souvenir dans le décor d’une marche pour le climat, les jeunes visiteurs assistent ensemble à une dernière séquence, celle consacrée aux rêves. Dans une vidéo qui amène le public à voter plusieurs fois (ici aussi, chacun a sa télécommande), quatre amis présentent leurs projets pour des vacances idéales mais aussi pour la ville du futur, produisant sa propre nourriture ou son énergie, plus verdoyante ou plus collaborative, visuels à l’appui. Une conclusion parfaitement raccord avec l’intervention finale de The Climate Show, celle de Cyril Dion: «Il faut inventer un monde où les indicateurs de succès de nos civilisations sont différents. Ce ne sera plus la croissance du PIB, mais la santé, par exemple. Chacun d’entre vous peut y participer, à la fois dans sa vie de tous les jours, dans sa façon d’acheter ou de ne pas acheter, dans sa façon de se déplacer, de manger… Vous pouvez aussi participer grâce au métier que vous faites […], choisir un métier qui participe à réinventer le monde.» A la sortie, on a vu bien des sourires sur les lèvres des jeunes Louviérois.

(1) The Climate Show, à Brussels Expo, jusqu’au 30 juin.(2) Belexpo, à Bruxelles Environnement, sur le site de Tour & Taxis, du lundi au dimanche.

Partner Content