Trois niveaux de prestige

Guy Verstraeten
Guy Verstraeten Journaliste télé

Un splendide loft-penthouse, avec piscine, situé à Molenbeek-Saint-Jean et aménagé de A à Z par son propriétaire. Un exemple de classe et de raffinement.

Drôle de réflexe : à peine entré, on se met à consulter en pensée l’état de son compte en banque. En se disant que, peut-être, en raclant bien… Mais dès que le propriétaire se met à parler chiffres, les illusions, déjà bien fragiles, s’effondrent. Environ 2 000 euros le mètre carré, en soi, cela n’a rien d’extravagant à Bruxelles. Sauf qu’avec ses 600 mètres carrés habitables, ce loft de la rue Picard, à Molenbeek-Saint-Jean, dépasserait allègrement le million d’euros à la revente. Une revente qui n’est nullement envisagée, puisque Pierre-Marc Morissens, le propriétaire, a bien l’intention de jouir quelque temps encore du petit (?) bijou qu’il a conçu et façonné lui-même, de A à Z. Un loft acheté  » casco « , à 1 250 euros le mètre carré, dans une résidence neuve bâtie par le groupe immobilier qu’il dirige.  » Je ne suis pas architecte, mais mes vingt-cinq ans d’expérience dans le métier m’ont permis de dessiner tous les plans et de les réaliser « , confie Pierre-Marc Morissens.

Consultez les acteurs du monde de l’immobilier de prestige et ils vous le confirmeront : trouver ce qui, a priori, paraît impossible à dégoter, et les bourses se délieront. Par exemple : un appartement sur trois étages à Bruxelles, avec un ascenseur qui donne sur une terrasse de 400 mètres carrés, une magnifique piscine intérieure cernée de baies vitrées, des chambres et salles de bains à répétition, etc. Les illustrations montrent que c’est exactement ce qu’on retrouve dans ce loft-penthouse.

 » L’objectif est atteint quand les choses semblent naturellement à leur place, poursuit le propriétaire. Mais la piscine, notamment, est un véritable défi technologique : éviter les nuisances (humidité, odeurs de chlore…) n’a pas été une mince affaire.  » Pour info : 820 kilos de verre habillent la piscine, pierre angulaire de cette merveille d’habitation…

Petit bémol que d’aucuns pourraient avancer : la localisation, à moins de 100 mètres du canal de Willebroek, juste en face du site de Tour & Taxis, n’a pas forcément la meilleure réputation du monde.  » J’ai vécu presque quarante ans dans les quartiers huppés du sud de Bruxelles, et je peux vous assurer que cette zone-ci est la plus calme que j’aie connue. Sans compter qu’on est à deux pas du centre-ville et des pôles culturels les plus pointus de Bruxelles « , conclut Pierre-Marc Morissens, devant l’immense baie vitrée de sa chambre, qui donne directement sur une grande terrasse et sur l’un des frontons de Tour & Taxis. Rien que ça…

Guy Verstraeten

Partner Content