Tapis rouge pour le mobile

Comme chaque année à la fin du mois de février, Cannes a accueilli pendant quatre jours le congrès mondial du GSM. Une bonne occa- sion pour découvrir les prochaines ten- dances du marché

Infos : www.3gsmworldcongress.com

Ni stars ni starlettes sur les marches du palais des Festivals, à Cannes. A la place, de gigantesques banderoles rouges décorent les façades de l’édifice :  » 3GSM World Congress 04 « . Bienvenue à la Mecque de la téléphonie mobile, l’événement où toute société active dans le secteur se doit d’être présente. Plus de 620 exposants venus de tous les coins du monde, 35 000 visiteurs professionnels préenregistrés (le grand public n’est pas invité), conférences de presse à tous les étages… Les chiffres ont de quoi donner le tournis. Sans parler des nombreux quidams qui digressent dans les travées du salon, leur mobile constamment collé à l’oreille. Des anciens modèles de téléphones portables. Les nouveaux û peur de la fauche oblige û sont encore accrochés aux stands.

De nouveaux appareils…

Comme le coréen Samsung, qui a décidé d’abandonner définitivement le monochrome, tous les cellulaires présentent, dorénavant, des écrans couleur. Une nécessité si l’on souhaite profiter de la richesse des contenus annoncés par les acteurs du marché. Du coup, les écrans s’agrandissent (souvent au détriment de la taille du clavier) et affichent plus de 260 000 couleurs. Dans le même temps, les caméras intégrées délaissent progressivement la maigre résolution de 0,3 mégapixel pour le 1,2 méga, voire les 2 mégas, dans le cas les appareils très haut de gamme. L’espace nécessaire au stockage de données continue, lui, à gonfler. Ainsi le SX1 de Siemens (deuxième constructeur sur le marché belge avec 12 % de parts de marché) comporte 4 MB de mémoire, extensible à 128 MB via une MultiMediaCard. Avec la percée des réseaux sans fil, on note l’apparition de combinés hybrides, capables d’envoyer des données par GPRS (General Packet Radio Service) ou sur réseau Wifi. Autre sujet de discussion sur la Croisette : le push to talk. Mélange de talkie-walkie et de messagerie instantanée, le service devrait permettre, depuis un GSM, de rentrer en communication de manière instantanée avec un ou plusieurs interlocuteurs. Bizarrement, le push to talk, annoncé dans notre pays par Mobistar pour la fin de l’année, devra d’abord faire ses preuves sur le marché professionnel avant d’être proposé au grand public. Etrange pour une technologie plutôt connotée  » jeune « . Mobistar a également profité du salon pour confirmer la signature d’un plantureux contrat avec la SNCB. Toute la téléphonie des chemins de fer belges (mobilophonie, lignes fixes et transferts de données) passe ainsi dans le giron du deuxième opérateur du pays. Après la gestion du réseau Irisnet à Bruxelles, la communication mobile de la Région flamande ou, dans le sud du pays, celle de l’Agence wallonne à l’exportation, c’est un nouveau client important (plus de 10 000 cartes GSM) qui abandonne Proximus. Un camouflet pour Belgacom, à quelques encablures de son entrée en Bourse.

… pour de nouveaux contenus

Dans l’avenir, qu’allons-nous bien pouvoir fabriquer avec ces GSM qui compteraient, selon le président de l’association des opérateurs GSM, plus d’un milliard d’adeptes dans le monde ? Téléphoner, bien sûr, mais surtout nous divertir et télécharger un maximum de choses… De la musique de préférence. Invité surprise de la conférence de presse d’Alcatel, le vice-président d’Universal Mobile est ainsi persuadé que les ringtones (sonneries musicales que l’on télécharge sur son GSM) et les truetones (extraits musicaux originaux) constituent les  » killer applications  » capables d’assurer l’avenir du secteur. Pour étayer ses dires, il explique que le marché de la musique sur les téléphones portables représente déjà 10 % du marché global de la musique ! Les petites sociétés spécialisées dans la fourniture de contenus multimédias montent également en puissance. Dans le lot, les producteurs de jeux (mais aussi les acteurs du X, présents sur une dizaine de stands) semblent les mieux placés pour ramasser le pactole. Anne-Laure Desclèves, responsable de la communication chez Gameloft, se félicite d’ailleurs de l’implantation du Java dans la grande majorité des cellulaires û on estime la base de téléphones compatibles Java à 200 millions d’unités.  » Ce langage de programmation nous permet de proposer rapidement sur GSM des jeux sortis sur d’autres plates-formes. Le jeu mobile devient ainsi un secteur à part entière de l’industrie du jeu vidéo et des loisirs. Il va même tirer l’ensemble du secteur avec 73,2 % de croissance prévue d’ici à 2007.  » Dans le même temps, le jeu sur PC devrait connaître un recul de 3,3 %… Autre activité à succès bien dans l’air du temps : la mise à jour de son  » blog  » (journal intime) depuis son portable.

… sans nouvelle technologie.

Faute de mieux, l’ensemble de ces informations n’est actuellement accessible qu’en GPRS (2,5 G). Pour la diffusion vidéo en direct (streaming) ou le téléchargement de vidéo, il faudra attendre l’arrivée de l’UMTS, la fameuse téléphonie de troisième génération (3G). Et encore ! Même avec la 3G, l’utilisateur a peu de chance de pouvoir visionner l’entièreté d’un film sur son GSM. La batterie ne le permettrait pas. Voilà un nouveau problème à résoudre. Sans compter, comme l’expliquait un technicien d’un grand équipementier, que  » si les services audio et vidéo sur mobiles sont prêts, le business modèle, lui, ne l’est toujours pas « . Avant de quitter Cannes, les principaux fabricants de téléphones mobiles se sont entendus sur la création d’une base de données qui pourrait recenser les numéros IMEI (International Mobile Equipment Identity) des GSM. Histoire de désactiver à distance les appareils volés.

Si, en déambulant dans les allées du salon, on perçoit bien la reprise du secteur, aucune technologie véritablement innovante n’est venue embraser le timide soleil cannois. Même les ados du coin paraissaient dubitatifs. Nokia leur avait pourtant aménagé un camion de démonstration rempli de consoles N-Gage et de boisons énergisantes. Au virtuel, ils semblaient préférer la pratique du skateboard le long de la fontaine du square Brougham, un haut lieu de la pétanque méditerranéenne. Pastis et boules. Il n’y a pas que la téléphonie mobile dans la vie… Vincent Genot

Une rubrique de Vincent Genot

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content