Des excédents au profit de la Flandre

A partir de 2012, le ministre-président Kris Peeters ne veut plus qu’ils servent à atteindre l’équilibre budgétaire de la  » SA Belgique « .

Le gouvernement flamand a bouclé le budget. Mais les mesures concrètes ne seront rendues publiques que le 21 octobre. Cette année-ci, 200 millions d’euros seront économisés, et 1,5 milliard en 2010. L’objectif consiste à renouer avec l’équilibre budgétaire en 2011. Le ministre-président Kris Peeters (CD&V) a déclaré au parlement flamand que la Flandre ne peut aller plus vite. Par les temps difficiles qui courent, l’exécutif flamand s’est en effet décidé à injecter suffisamment d’argent dans l’économie. Sont aussi exclues les économies frappant des  » secteurs vitaux  » comme l’aide aux handicapés, les soins à domicile et les crèches. Les investissements des pouvoirs publics ne reculeront pas, eux non plus. L’encadrement dans l’enseignement ne subira pas de réductions majeures. Aucun fonctionnaire ne sera licencié.

Où la Flandre va-t-elle alors trouver 1,5 milliard d’euros en 2010. On connaît déjà les départements ministériels qui devront se serrer la ceinture. Et le montant des économies à réaliser. Le ministère des Finances et du Budget est le plus touché avec 680 millions. La majeure partie de cette somme est due à la limitation de la  » jobkorting « , une ristourne d’impôts accordée aux travailleurs. L’Environnement et l’Energie devront économiser 243 millions, dont 145 millions de mesures non récurrentes. Suit l’Enseignement avec 117 millions. Comment tout cela cadre-t-il avec le budget fédéral qui vise l’équilibre en 2015 ? Le gouvernement Van Rompuy a conclu un accord avec les Régions portant sur la répartition de l’effort budgétaire pour les trois prochaines années. Dix milliards d’économies sont prévus. Le fédéral et la sécurité sociale seront mis à contribution à hauteur de 65 %, soit 6,5 milliards d’euros ; les 35 % restants, soit 3,5 milliards, seront assumés par les Régions et les communes. Comme le dit le ministre du Budget Philippe Muyters (N-VA),  » la Flandre, à elle seule, prendra à sa charge, en 2010, plus de 90 % des efforts d’austérité pour réaliser les objectifs budgétaires de l’ensemble de la Belgique « .

Mais le plus dur reste à faire à partir de 2012. A l’heure actuelle, rien n’a encore été décidé quant à la répartition des charges et aux montants de celles-ci, en 2013, 2014 et 2015. Le gouvernement flamand estime qu’il fera déjà assez en 2010 et 2011 et qu’il ne faudra pas trop compter sur lui après 2012. Autrement dit : les futurs excédents budgétaires de la Flandre profiteront au plat pays et échapperont au gouvernement fédéral.

Ewald Pironet

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content