2011 sur son 31

Catherine Pleeck

On a aimé en 2010

L’été dernier, la rue prenait connaissance de cette lubie des créateurs : dévoiler ses dessous dessus, comme chez Dior (photo). Une tenue pas des plus faciles à adopter au quotidien. Les stylistes ont donc revu leurs ambitions à la baisse, pour 2011 : on ne repère plus que quelques soutiens-gorge bandeaux ou cette très chère culotte de grand-mère, que les moins audacieuses préféreront malgré tout cacher des regards indiscrets. Autres tendances à avoir fait un petit tour et puis s’en vont : le bermuda cycliste (on le laisse aux sportifs) et les accessoires en Plexi (pas superpratiques, les sacs complètement transparents). Quant aux pantalons slim et total looks en jeans, ils étaient moins représentés sur les podiums. Mais on doute que ces poids lourds fashion disparaissent jamais tout à fait…

On aimera encore en 2011

Phoebe Philo ne se contente pas de marquer les esprits en tant que directrice artistique de la griffe Céline (photo). Sa vision d’un nouveau minimalisme, où règnent les lignes sobres et épurées, fait des émules. En 2011, on retrouvera notamment ce classicisme réinventé chez Stella McCartney, Calvin Klein ou 3.1 Phillip Lim. La marinière tient aussi le cap, mais dans une version plus ludique : on ose toutes les couleurs, les rayures s’étirent ou se verticalisent… Même principe pour quelques imprimés (beaucoup moins nombreux), qui virent fous : baroques chez Prada, végétaux chez Jean Paul Gaultier, Just Cavalli ou House of Holland… Le blanc et les teintes poudrées ne s’évanouissent pas non plus l’an prochain, que du contraire, tout comme les contrastes masculins/féminins.

On va aimer en 2011

Pour contrebalancer la douceur des teintes poudrées, les créateurs proposent dès le printemps une avalanche de nuances flash. Vive les tons Stabilo ! On optera pour un look monochrome, à tout le moins pour les aplats de couleur. Inspiration à trouver chez Jil Sander (photo), Gucci, Prada, Nina Ricci, MaxMara… Les années 70 reviennent aussi en force, avec de longues robes fleuries, de l’optimisme, des coupes rétro… Celles qui souhaitent sonder leur côté sombre se rabattront sur Balenciaga, Jean Paul Gaultier, Chanel ou Balmain, qui explorent un vestiaire aux accents punk. Et puis, il y a cette envie d’ailleurs, incarnée cette saison par des parfums d’Orient. On les a repérés sur les podiums de Louis Vuitton, Dries Van Noten ou Haider Ackermann.

CATHERINE PLEECK

Partner Content