Vladimir Poutine © Getty

Ukraine: « Aujourd’hui, l’agresseur est la Russie, dans dix ans, ce sera peut-être la Chine »

Jeroen De Preter Rédacteur Knack

Le professeur néerlandais en Etudes européennes Paul Scheffer est non seulement spécialisé en migration, mais aussi l’auteur de considérations géopolitiques plus que jamais pertinentes. Quelles sont les causes et les conséquences de la guerre de Poutine ? « Aujourd’hui, la Russie est l’agresseur, dans dix ans, il se pourrait que ce soit la Chine ».

Scheffer a toujours pris la menace russe au sérieux. En 2018, il a publié De vorm van vrijheid (La forme de liberté), où il affirme qu’une paix durable n’est pas possible sans frontières claires. Il fait explicitement référence à la « zone grise » entre l’Union européenne et la Russie. Il cite l’écrivain, dissident et homme politique tchèque Vaclav Havel, qui a déclaré que la Russie ne sait pas vraiment « où elle commence et où elle finit ». Ce manque de clarté crée des conflits dont nous n’avons pas encore vu la fin. Poutine, déclarait Scheffer il y a quatre ans, veut rendre à la Russie « quelque chose de sa grandeur passée ». À l’époque, Scheffer avait du mal à évaluer les limites de cette ambition, « mais si vous allez à Varsovie ou à Vilnius, vous sentez une menace existentielle. »

Vous écriviez que l’Occident comprend trop peu la période traumatisante qui a suivi l’effondrement de l’Union soviétique. Il ne fait aucun doute que l’élargissement de l’OTAN a encore amplifié ce traumatisme.

Paul Scheffer : Oui, et vous pouvez aussi vous demander si, en 2008, l’insistance des Américains à vouloir élargir l’OTAN à la Géorgie et à l’Ukraine était une bonne idée. Jaap de Hoop Scheffer, le secrétaire général de l’OTAN à l’époque, a estimé qu’une limite avait été franchie. Il évoquait un entretien privé avec Poutine, dont il ressortait clairement qu’il n’accepterait jamais un tel affront. Dans cette optique, l’expansion de la sphère d’influence occidentale peut être interprétée comme une sorte de Versailles 2.0, par analogie avec le Traité de Versailles après la Première Guerre mondiale, qui a été le ferment du revanchisme allemand.

Mais on pourrait tout aussi bien mettre en garde contre un Munich 2.0, par analogie avec les Accords de Munich de 1938. Ce traité acceptait l’annexion par Hitler de la région tchèque des Sudètes. L’idée était la suivante : en cédant partiellement à Hitler, nous garantissions la paix. Nous savons ce qui s’est passé ensuite. L’analogie avec l’annexion de la Crimée est claire. Les deux approches ont leur raison d’être.

Entre ces deux analogies, il y a une équation qui n’humilie pas la Russie, mais ne la récompense pas non plus pour son agression.

Elle montre clairement à quel point une issue diplomatique est difficile. Pour éviter un Versailles 2.0, on peut penser à une Ukraine démocratique, mais neutre. Cependant, une telle issue doit, bien entendu, s’accompagner d’un commentaire en majuscules ponctué de points d’exclamation. La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a récemment déclaré que la neutralité du point de vue russe était très différente de la neutralité du point de vue ukrainien. Pour la Russie, cela signifie un droit de veto sur toutes sortes de décisions importantes concernant la politique de sécurité. En outre, Poutine a clairement indiqué à plusieurs reprises qu’une Ukraine indépendante n’avait pas le droit d’exister.

Et puis il y a cette autre question, qui touche aux Accords de Munich 2.0. Est-il acceptable pour Poutine, après avoir annexé la Crimée et le Donbass, d’annexer également la zone sud autour de Marioupol et éventuellement Odessa ? Est-ce impensable ? Et je pense que l’Ukraine et la communauté internationale ne l’accepteront pas. Les crimes de guerre tels que ceux commis à Boutcha ne doivent pas non plus être oubliés. Il pourrait en résulter un conflit gelé, assorti de sanctions internationales durables qui feraient mal non seulement à la Russie, mais aussi à nous.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky continue à dire que l’Europe ne soutient pas suffisamment l’Ukraine.

Je ne le comprends que trop bien. Néanmoins, je ne pense pas que l’Europe assiste impuissante à cette situation. En plus des sanctions économiques, il y a les fournitures d’armes, que nous pouvons intensifier. Pour un pays comme l’Allemagne, cela signifie certainement un énorme tournant historique. C’est aussi en partie grâce à ces armes que l’avancée russe a été stoppée. C’était inimaginable il y a seulement un mois. En outre, l’Europe garde les portes ouvertes pour des millions de réfugiés et peut aider à juger les crimes de guerre et à la reconstruction. La question la plus importante que je me pose est la suivante : la population est-elle préparée aux conséquences de sanctions économiques à long terme et à l’accueil de réfugiés?

Vous partez du principe que la guerre va durer longtemps ?

Quels sont les contours d’un éventuel traité de paix ? Je ne les vois pas encore. Les diplomates et les politiciens n’ont pas non plus d’idée claire de ce que pourrait être une issue.

Aura-t-on une guerre d’usure ?

Personne ne le sait. Mais la Russie ne serait pas le premier pays à se tromper dans une guerre. Cela pourrait être le Vietnam de Poutine. La question est de savoir si nous sommes préparés à une telle guerre d’usure. Notre déclaration de soutien à l’Ukraine ne peut se justifier que si nous sommes prêts à en assumer les conséquences à long terme. Je pense qu’on utilise un peu trop souvent le mot « temporaire ». Même si un accord de paix est conclu prochainement, de nombreux réfugiés ukrainiens ne rentreront pas immédiatement. Certaines villes ont été détruites et ne seront reconstruites que dans dix ans.

Il en va de même pour les conséquences économiques des sanctions et l’indépendance énergétique. Il serait bon que nos dirigeants gouvernementaux soient clairs à ce sujet, et qu’ils le soulignent également de manière symbolique. Peut-être que les dimanches sans voiture y contribueront ? Je suis assez vieux pour témoigner qu’il y a vraiment des choses pires que ça.

Jusqu’à récemment, l’Allemagne, entre autres, pensait que c’était précisément cette relation de dépendance économique avec la Russie qui garantirait la paix. L’idée sous-jacente : ceux qui se querellent avec un partenaire commercial se nuisent également à eux-mêmes.

Cette croyance souligne à nouveau notre manque d’imagination. Comme si tout le monde pensait comme l’homo economicus, et que personne n’entrerait jamais dans un conflit ayant autant de répercussions économiques. Il nous est apparemment difficile d’imaginer que quelqu’un puisse mettre en avant des intérêts autres que ceux purement économiques. Poutine a déclaré un jour que l’effondrement de l’Union soviétique était la plus grande tragédie du 20e siècle. A cet égard, cette question est plus importante que la prospérité de la Russie.

Mais en fin de compte, c’est évidemment l’illusion libérale selon laquelle la mondialisation économique apporterait la stabilité et la paix internationales qui se brise. En réalité, c’est le contraire qui se produit. La dépendance économique repose sur la stabilité internationale. Dès que cette stabilité disparaît, la démondialisation apparaît. On le voit très clairement aujourd’hui. Les entreprises quittent la Russie en masse, et acceptent les centaines de millions de pertes.

L’idée que le libre-échange crée automatiquement l’harmonie est une illusion. Nous aurions dû le savoir. Lors de l’ouverture de l’exposition universelle de 1867, l’écrivain français Victor Hugo prédisait que les lignes de chemin de fer vers Madrid, Berlin, Vienne ou Londres nous mèneraient en réalité tous à la même destination : la paix. Le jour où le premier dirigeable volera, prédisait Hugo, la dernière tyrannie sera emportée dans sa tombe. Hugo a fait ces déclarations pendant ce que l’on a appelé plus tard la première vague de la mondialisation. Son idée de mondialisation et de paix éternelle a été brutalement brisée en 1914.

En gardant cette histoire à l’esprit, nous aurions pu nous épargner l’illusion qu’après 1989, le monde évoluerait automatiquement vers plus de démocratie et de paix. Aujourd’hui, c’est tout le contraire qui se produit. L’ONG américaine Freedom House signale depuis 16 ans que la démocratie est en recul dans le monde. C’est une sérieuse récession.

Angela Merkel, phare de la sagesse diplomatique, a également échoué à cet égard. Elle a toujours délibérément gardé ouvertes les lignes de communication avec Poutine. Ainsi, en tant que chancelière, elle a poursuivi l’Ostpolitik de son prédécesseur Willy Brandt. Lui aussi était convaincu que l’on peut changer les régimes par le commerce et le dialogue.

Ce qui a certainement joué un rôle dans le cas de l’Allemagne, c’est son passé chargé. (réfléchit) J’ai été invité une fois, avec d’autres personnes, à parler à Merkel des questions de migration. Je me souviens très bien qu’elle nous a fait visiter le nouveau Bundeskanzleramt à Berlin et qu’elle nous a raconté son combat contre l’architecture de ce bâtiment. Maintenant que Berlin est redevenue capitale, il devait bénéficier d’une certaine aura. Mais en même temps, le bâtiment ne devait en aucun cas rappeler l’arrogance fatale du passé.

Pour la même raison, après la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne a toujours essayé de se tenir à l’écart de la politique de force, notamment dans ses relations avec la Russie, et de l’énorme dette historique qui y subsistait. À l’origine, bien sûr, l’Ostpolitik allemande était également imprégnée de l’idée que le rapprochement entraînerait un certain dégel démocratique. Mais en pratique, on a vu que, bien avant la chute du mur, la détente conduisait à parler de moins en moins des droits de l’homme. En 1985, Willy Brandt ne voulait pas rendre visite au dissident polonais Lech Walesa parce qu’il craignait de brusquer les détenteurs du pouvoir.

Paul Scheffer
Paul Scheffer© KAROLY EFFENBERGER

Donc non, l’idée que la détente et le commerce feront automatiquement évoluer les droits de l’homme dans la bonne direction n’a jamais été une analyse correcte. Havel a dit un jour que la détente entre les pays ne peut se construire que sur la détente chez soi. Si les gouvernements oppriment leurs propres citoyens, pensait Havel, tôt ou tard, cette oppression franchira la frontière. Nous le voyons maintenant en Russie.

Après 1989, nous étions convaincus que le commerce conduirait automatiquement à un dégel. Cette idée était également à l’origine de la décision d’inclure la Chine dans l’Organisation mondiale du commerce en 2001. En réalité, on a vu l’évolution inverse. Que s’est-il passé à Hong Kong depuis lors ? Et que se passera-t-il à Taiwan ? La Chine a des différends territoriaux avec ses 14 voisins. Qu’est-ce que cela nous apprend ? Réfléchissons-nous suffisamment à ce qui nous attend ?

Qu’est-ce qui nous attend ?

Derrière le conflit avec la Russie se cache un conflit avec la Chine. Je vois beaucoup de personnes dans le monde du commerce néerlandais qui disent : la dépendance économique vis-à-vis de la Chine est la même que la dépendance vis-à-vis des États-Unis. « Il suffit de faire des affaires », disent-ils, « et cela n’a rien à voir avec les droits de l’homme, l’autocratie et l’oppression des Ouïgours ». Cette déconnexion entre commerce, sécurité et démocratie témoigne d’une grande naïveté. Nous le constatons dans les relations avec la société informatique chinoise Huawei. Et si la Chine avait acheté le gestionnaire de réseau flamand Eandis, cela n’aurait certainement pas été un pas vers la stabilité internationale.

Dans un monde où une partie est démocratique et une partie autocratique, il n’y a pas de stabilité internationale. Aujourd’hui, l’agresseur est la Russie, dans dix ans, ce sera peut-être la Chine. La principale leçon de cette guerre doit être que l’Europe doit réduire au minimum sa dépendance vis-à-vis de régimes de ce type dans des domaines cruciaux tels que l’énergie et les technologies de l’information.

La guerre en Ukraine oblige également l’Europe à réfléchir à ses frontières. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré peu après l’invasion que l’Ukraine pourrait éventuellement rejoindre l’UE. « Ils font partie de nous et nous voulons qu’ils nous rejoignent ». Était-ce sage ?

Poser la question, c’est y répondre. Je me souviens que Guy Verhofstadt (Open VLD), lors de la révolte sur la place Maidan, a fait une promesse qui allait encore plus loin. Je comprends cette passion. Mais ce n’est pas sage. Indépendamment de la position russe, vous n’aidez pas les Ukrainiens en leur présentant quelque chose qui restera irréaliste pendant au moins 10 ou 15 ans. Il sera assez difficile dans les prochaines années de maintenir l’Union telle qu’elle est actuellement.

La guerre en Ukraine nous a fait oublier pour un temps les tentations autoritaires en Pologne et en Hongrie, mais cette question reviendra certainement. La question de savoir comment intégrer ces pays dans un ensemble qui respecte, par exemple, l’État de droit sera déjà difficile. L’idée que ces pays convergeront automatiquement vers notre modèle s’est révélée une illusion.

L’adhésion de la Pologne et de la Hongrie a-t-elle été une erreur ?

Il n’y a pas si longtemps, un débat sérieux a eu lieu sur la question de savoir si nous avions besoin d’un noyau plus petit de pays dans l’Union. Ma réponse à cette question est non. En réduisant ainsi la taille de l’Union, on rapproche la zone d’instabilité. Notre ambition doit être de renforcer l’Union à 27, y compris en matière de politique de sécurité. C’est pourquoi nous devons également entretenir des relations plus étroites avec les pays situés juste au-delà de la nouvelle frontière. Après 1989, nous avons réussi l’élargissement, mais nous n’avons pas réussi à trouver une relation durable avec des pays comme la Turquie et l’Ukraine. Ce sont précisément les promesses d’adhésion en demi-teinte qui entraînent une frustration compréhensible. Même sans être membre, nous pouvons apporter beaucoup à un pays comme l’Ukraine.

Vous avez écrit que l’expansionnisme de la Russie provoque « un sentiment de menace existentielle » dans les pays qui faisaient partie du Pacte de Varsovie. Pour l’historienne polono-américaine Anne Applebaum, ils ont de bonnes raisons de se sentir menacés. Elle pense que Poutine aspire à un retour au monde d’avant 1989.

J’ai du mal à croire – notamment au vu du fiasco actuel – qu’après l’Ukraine, Poutine attaquera également la Pologne ou une république balte. Nous devons nous préparer à une telle éventualité, mais il est irresponsable de supposer qu’une extension de la guerre est inévitable. Nous pouvons accroître notre soutien à l’Ukraine, mais une intervention militaire directe conduirait à une escalade imprévisible. Le renforcement de l’OTAN à l’est a un effet dissuasif sur son propre territoire. Et comme pendant la Guerre froide, nous avons tendance à surestimer la force de l’armée russe. De plus, on peut se demander quelle est la motivation de cette armée. Après tout, ils combattent un pays voisin avec lequel ils ont de nombreux liens historiques.

Le politologue allemand Herfried Münkler s’est posé la même question pour une raison différente. Il a déclaré qu’en Russie aussi, l' »ère post-héroïque » était arrivée. Mourir pour la patrie n’y est plus une évidence.

Je n’oserais pas dire ça. Ce que je sais, c’est que nous, Européens, nous nous sous-estimons systématiquement. Nous aimons dépeindre l’Europe comme un « musée ». On dit que notre résilience s’amenuise. J’ai fait des recherches sur le regard du reste du monde là-dessus, et je suis arrivé à la conclusion qu’il y a quelque chose comme une vitalité cachée en Europe. En dehors de l’Europe, l’image dominante est celle d’un continent doté d’un État de droit fort, d’inégalités relativement limitées, d’une grande capacité de pacification et d’une culture universitaire et urbaine florissante. Cela aurait pu et dû être fait plus tôt, mais nous faisons également appel à cette résilience aujourd’hui dans notre attitude envers la Russie et, ces dernières années, dans la manière dont nous avons fait face à la pandémie.

La pandémie de coronavirus n’a-t-elle pas révélé notre faiblesse ?

La pandémie nous a obligés à prendre des mesures de très grande envergure. A certains moments, nous avons fermé la société. Pourtant, cela n’a pas entraîné de dislocation sociale. On dit parfois que nous sommes devenus de simples consommateurs. C’est peut-être vrai en temps de paix, mais quand il s’agit de choses importantes – voir la pandémie, mais aussi la guerre en Ukraine – une société apparaît soudainement, capable de plus que nous ne le pensions et qui veut être une communauté de valeurs.

Avec la réserve que nous devons nous poser la question de savoir si nous allons maintenir notre réponse à la guerre en Ukraine. Allons-nous continuer à payer le prix des sanctions économiques quand cela fait vraiment mal ? Serons-nous toujours aussi généreux envers les réfugiés dans un an ? Zelensky craint que l’Occident ne s’habitue. Ça m’a fait penser à Havel. Il a écrit un jour que le totalitarisme est une attaque contre l’histoire : à un certain point, il n’y a plus rien de nouveau à rapporter. C’était la solitude de l’Est. Le dramaturge Havel l’a compris, et l’acteur Zelensky l’a compris.

Les critiques notent que l’Occident était moins généreux envers les réfugiés syriens.

J’ai vérifié. Depuis la dernière crise des réfugiés, les Pays-Bas ont accueilli environ 100 000 Syriens. Nous n’avons pas encore atteint ces chiffres. Pendant la crise de 2015, j’ai visité au moins 60 lieux d’accueil de réfugiés. Partout, je voyais, pour ainsi dire, plus de bénévoles que de réfugiés. Cette plus grande générosité s’observe évidemment en Pologne. Ce n’est pas surprenant. C’est un pays voisin, qui a en outre un lien historique très fort avec l’Ukraine. (montre une carte de l’entre-deux-guerres) Regardez, avant la Seconde Guerre mondiale, Lviv, par exemple, était en Pologne. À cette époque, 14% de la population polonaise était composée d’Ukrainiens.

Au cours de notre entretien, vous avez mentionné à plusieurs reprises le fossé entre la Pologne et les États membres occidentaux. La guerre semble réduire cet écart, du moins temporairement. Se pourrait-il qu’à plus long terme, le conflit profite à l’intégration ?

Je n’exclus pas la possibilité que les Polonais, mais aussi les Hongrois, aient récemment pris un peu plus conscience de la nécessité de la protection de l’Union. Cette prise de conscience peut contribuer à les rendre plus disposés à accepter les obligations légales de l’adhésion à l’UE en plus des avantages matériels. Bien que je ne me fais pas d’illusions sur Orban. En tout état de cause, lorsque ce conflit sera terminé, il faudra à nouveau parler de la tentation autoritaire et de l’État de droit dans ces pays. Si vous connaissez l’histoire, vous savez que le chemin sera long. Il a fallu une génération pour réunir la France et l’Allemagne. Il faudra une autre génération pour approfondir l’intégration entre les États de l’Ouest et de l’Est. Pour l’instant, je pense que nous avons atteint la limite d’un nouvel élargissement.

Partner Content