Premier discours de Charles III à la tête du Commonwealth : voici les déclarations marquantes du monarque

Le roi Charles III a souligné lundi le rôle du Commonwealth face aux « questions les plus pressantes de notre époque » au premier rang desquelles le changement climatique, lors de son premier discours en tant que monarque à la tête de cette organisation.

Que ce soit sur le changement climatique et la perte de biodiversité, l’éducation, la santé ou la coopération économique, le Commonwealth peut jouer un rôle indispensable face aux questions les plus pressantes de notre époque », a déclaré Charles III lors de l’office religieux célébré à l’occasion du jour du Commonwealth à l’abbaye de Westminster.

L’organisation, qui regroupe 56 pays, pour la plupart d’ex-colonies britanniques, est une association « non seulement de valeurs communes, mais d’objectif commun et d’action conjointe », a souligné Charles, 74 ans, devenu roi avec la mort de sa mère Elizabeth II le 8 septembre dernier.

« La myriade de connexions entre nos nations durent et nous enrichissent depuis plus de sept décennies », a poursuivi le souverain. « Notre engagement pour la paix, le progrès et les opportunités se maintiendra pour bien d’autres encore », a-t-il fait valoir.

Le monarque a été accueilli par des manifestants antimonarchistes, qui ont brandi des pancartes portant l’inscription « Pas mon roi » en lettres noires sur fond jaune en face de l’abbaye. C’est dans l’édifice que Charles sera couronné le 6 mai.

Parmi les membres du Commonwealth figurent 15 royaumes, (comprenant le Royaume-Uni, l’Australie, les Bahamas, le Canada, la Nouvelle-Zélande ou encore la Jamaïque) dont le monarque est chef d’État. Dans certains de ces pays, l’idée de devenir une république, comme l’a déjà fait la Barbade, fait son chemin.

Partner Content