L’UE s’inquiète des mouvements militaires russes près de l’Ukraine

Le Vif

L’Union européenne a exprimé son inquiétude vendredi sur des mouvements militaires russes près de la frontière avec l’Ukraine, à propos desquels Washington a demandé des explications à Moscou.

« Nous continuons à surveiller la situation et les informations que nous avons recueillies jusqu’à présent sont assez inquiétantes« , a déclaré Peter Stano, le porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, lors d’un point de presse à Bruxelles. Il a indiqué que les 27 Etats membres de l’UE échangeaient avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni à ce propos. « Nous sommes prêts à envisager des mesures si nécessaire avec ces partenaires« , a-t-il dit.

Washington a demandé mercredi de la « clarté » à la Russie sur des mouvements de troupes « inhabituels » près de la frontière russo-ukrainienne. »Nous n’avons pas de clarté sur les intentions de Moscou mais nous connaissons sa stratégie« , avait déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken lors d’une conférence de presse avec son homologue ukrainien Dmytro Kouleba.

« Notre inquiétude est que la Russie fasse la grave erreur de tenter de reproduire ce qu’elle a fait en 2014, quand elle a amassé ses forces le long de la frontière et est entrée en territoire souverain ukrainien, tout en affirmant à tort avoir été provoquée« , avait-il ajouté. L’Ukraine est en conflit avec des séparatistes prorusses dans l’est de son territoire depuis 2014, après l’annexion par la Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée.

Un responsable de l’Otan a indiqué que l’Alliance « surveille régulièrement les mouvements des forces russes. Il est important d’assurer la transparence et d’éviter toute erreur de calcul« , a-t-il dit. »La Russie ne représente de menace pour personne (…), nous nous occupons de nos propres affaires et prenons des mesures pour assurer notre sécurité si nécessaire, s’il y a des actions provocatrices de nos opposants près de nos frontières« , a répliqué vendredi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. Selon lui, « les forces de l’Otan sont très, très actives et agissent de manière audacieuse dans la proximité immédiate de nos frontières, dans l’air, sur l’eau ou sur terre« .

Interrogé jeudi pour savoir si le déploiement de forces militaires russes voulait dire que Moscou avait l’intention d’envahir l’Ukraine, l’ambassadeur russe adjoint auprès de l’ONU Dmitry Polyanskiy avait assuré que « cela n’avait jamais été planifié, jamais été fait, et que cela ne se réalisera jamais. Sauf si nous sommes provoqués bien sûr, par l’Ukraine ou par quelqu’un d’autre« . Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, qui doit s’entretenir lundi à Bruxelles avec le chef de l’Otan Jens Stoltenberg, a accusé la Russie de mener « une guerre hybride contre l’Europe (…) en utilisant différents types d’armes: le gaz, les migrants, l’intimidation et la propagande« .

« La situation est grave« , a-t-il dit à des journalistes vendredi à Kiev, s’inquiétant de « la préparation par la Russie d’une nouvelle étape de son agression contre l’Ukraine« .

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait discuté de la situation avec le président américain Joe Biden lors d’une visite à Washington cette semaine. « L’UE et les États-Unis soutiennent pleinement l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Et nous les soutenons pleinement dans leurs efforts pour moderniser leur économie et renforcer leur résilience« , avait-elle twitté mercredi.

Partner Content