© iStock

L’examen du pass vaccinal en France à nouveau suspendu après les déclarations polémiques de Macron

Le gouvernement vise toujours une adoption définitive en fin de semaine ou début de semaine prochaine du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, avant une entrée en vigueur au 15 janvier.

L’examen du projet de loi sur le pass vaccinal a été de nouveau suspendu en pleine nuit mercredi, comme la veille, en raison du chaos provoqué dans l’hémicycle par les propos du président Macron disant vouloir « emmerder » les non-vaccinés.

« Les conditions d’un travail serein ne sont pas réunies », a déclaré le président de séance, Marc Le Fur (LR), en annonçant que les débats reprendraient mercredi à 15H00.

Dans un entretien dans la presse, le président français a déclaré: « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie ».

Le début de l’examen du texte la veille avait déjà été marqué par un vote dans la nuit refusant la poursuite des débats. Un compromis a toutefois déjà été dégagé sur l’application du pass vaccinal aux mineurs, qui ne serait appliqué qu’à « l’âge à partir duquel un mineur peut se faire vacciner contre le Covid-19 sans l’accord parental », soit 16 ans.

Le gouvernement vise toujours une adoption définitive en fin de semaine ou début de semaine prochaine du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, avant une entrée en vigueur au 15 janvier.

Partner Content