© Getty

Le 9 mai, jour crucial pour Poutine

Muriel Lefevre

Le lundi 9 mai, le monde entier aura les yeux rivés sur lui. Il supervisera depuis la Place Rouge de Moscou le défilé militaire annuel. Mais que dira-t-il réellement ? Seul lui le sait. Voici tout de même quelques indices.

La Russie effectue ce week-end d’ultimes répétitions avant le traditionnel défilé militaire du 9 mai à Moscou célébrant la victoire sur l’Allemagne nazie en 1945. Si Poutine en a fait un évènement spectaculaire, à la production télévisuelle léchée, visant à la fois à intimider les adversaires de Moscou et à entretenir la fibre patriotique des Russes, le défilé du 9 mai n’est devenu une tradition annuelle qu’après la chute de l’URSS en 1991. La célébration principale a lieu sur la place Rouge, mais des commémorations auront aussi lieu dans des dizaines de villes de Russie. Cette année elles auront lieu dans 28 villes. Quelque 65 000 personnes, 2 400 pièces d’équipement militaire et plus de 400 avions sont concernés.

« Comme en 1945, la victoire sera à nous »

En guise de mis en bouche, le président russe Vladimir Poutine a assuré dans ses voeux du 8 mai que « comme en 1945, la victoire sera à nous », multipliant les comparaisons entre la Seconde Guerre mondiale et le conflit en Ukraine. « Aujourd’hui nos militaires, comme leurs ancêtres, se battent au coude à coude pour la libération de leur terre natale de la crasse nazie, avec la confiance que, comme en 1945, la victoire sera à nous », a affirmé M. Poutine dans ses voeux adressés dimanche aux pays de l’ancien bloc soviétique ainsi qu’aux régions séparatistes de l’est de l’Ukraine. « Aujourd’hui, le devoir commun est d’empêcher la renaissance du nazisme, qui a causé tant de souffrances aux peuples de différents pays », a-t-il ajouté, souhaitant « que les nouvelles générations soient dignes de la mémoire de leurs pères et grands-pères ». 

Vladimir Poutine © iStock

Dans ses voeux, Vladimir Poutine a par ailleurs multiplié les références aux, non seulement aux soldats, mais également aux civils du « front intérieur », « qui ont écrasé le nazisme au prix d’innombrables sacrifices ». « Malheureusement, aujourd’hui, le nazisme relève à nouveau la tête », a déclaré le président russe, dans un passage destiné aux Ukrainiens. « Notre devoir sacré est d’empêcher les héritiers idéologiques de ceux qui ont été vaincus » dans ce que Moscou nomme la « Grande Guerre patriotique », de « prendre leur revanche ». Le président a souhaité « à tous les habitants de l’Ukraine – un avenir pacifique et juste ». Un avant-goût de son discours de demain ? Possible, mais des surprises sont possibles.

Démonstration de force en pleine campagne d’Ukraine à la peine

Ces dernières années, le président Vladimir Poutine a utilisé ce défilé pour exhiber la puissance de son armée, dévoilant parfois de nouvelles armes ultramodernes. Et cette édition ne devrait pas déroger à la règle. A la répétition, des parachutistes ayant participé à l’offensive en Ukraine ont défilé sur des blindés, et devraient donc être présents lors de la parade lundi, a noté l’agence d’Etat TASS. Selon le ministère russe de la Défense, l' »avion de l’Apocalypse », un Iliouchine Il-80 spécialement conçu pour permettre au président russe de continuer à piloter le pays depuis les airs en cas de guerre nucléaire, survolera la place Rouge. Plusieurs armes pouvant tirer des missiles nucléaires, comme le système balistique intercontinental Iars RS-24 et le système Iskander, de plus courte portée, défileront également.

Quelques images de la répétition générale

1/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

2/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

3/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

4/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

5/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

6/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

7/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

8/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

9/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

10/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

11/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

12/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

13/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

14/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

15/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

1/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

2/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

3/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

4/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

5/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

6/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

7/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

8/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

9/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

10/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

11/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

12/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

13/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

14/15

Quelques images de la répétition générale

Quelques images de la répétition générale

15/15

Quelques images de la répétition générale

Pourquoi le défilé est si important cette année

Cette année, si les chars et militaires russes défilent comme d’habitude sur l’emblématique place Rouge, les esprits seront en Ukraine, où Moscou mène depuis fin février une offensive qui a remis en question l’image de son armée. En effet, l’intervention militaire, que nombre d’experts prédisaient comme fulgurante, est dans son troisième mois et a été marquée par des déconvenues, notamment logistiques.

Beaucoup d’observateurs supposent que Poutine veut profiter du 9 mai pour déclarer une sorte de victoire dans l' »opération militaire spéciale », comme il appelle encore la guerre en Ukraine. Proclamer la réussite de la « campagne de dénazification » de l’Ukraine le même jour que la victoire sur l’Allemagne nazie, 77 ans plus tôt lui aurait été du plus bel effet. La question est de savoir dans quelle mesure cela est encore possible. Après avoir échoué aux portes de Kiev face à des forces ukrainiennes plus motivées que prévu et armées par les Occidentaux, l’état-major russe a dû revoir ses objectifs à la baisse en resserrant l’offensive sur l’est et le sud du pays. Le mois dernier, l’enlisement de l’offensive autour de Kiev a contraint l’armée russe à se concentrer sur le Donbas, à l’est. Mais même là, l’offensive ne semble pas se dérouler comme prévu, avec des pertes considérables. Les Ukrainiens parlent de plus de 20 000 soldats russes tués.

Nul doute que M. Poutine, qui doit prononcer un discours très attendu, voudra aussi faire oublier la perte du croiseur Moskva, son navire amiral en mer Noire, qui a sombré le mois dernier. Moscou affirme qu’il a coulé après un incendie accidentel, mais Kiev assure que sa défense côtière l’a envoyé par le fond.

Enfin, Poutine sachant que ce défilé est généralement suivi de près par les capitales occidentales, aura une nouvelle occasion d’envoyer des avertissements, alors que Moscou a plusieurs fois brandi la menace nucléaire.

Mobilisation générale et escalade du conflit ?

Cette année, le défilé militaire se tiendra aussi dans un contexte où de nombreux Russes redoutent une mobilisation générale en lien avec l’Ukraine, même si le Kremlin a démenti qu’une telle mesure était prévue. Une angoisse par forcement hors propos lorsqu’on sait que la plupart des observateurs s’attendent à une guerre qui s’enlise et que les véritables offensives ne se produisent qu’à partir de l’été. Et il faudrait d’ici former de nouvelles troupes et faire basculer la population dans une véritable économie de guerre.

Poutine
Poutine

Il est aussi possible que Poutine provoque une nouvelle escalade du conflit en déclarant par exemple à l’OTAN dans son ensemble. « Je ne serais pas surpris qu’il proclame que la Russie est maintenant en guerre avec tous les nazis du monde », a ainsi dit le ministre britannique de la défense, Ben Wallace.

Lire aussi| Marioupol: baroud d’honneur des derniers combattants ukrainiens

Ce scénario serait la suite relativement logique de ce qui est martelé sur les télévisions russes depuis des semaines. A savoir que l’armée russe mène une opération militaire limitée justifiée, mais elle est gênée par les armes de l’OTAN livrées à l’Ukraine. Pour la Russie, cela signifie que l’OTAN pousse délibérément à la guerre et qu’elle n’a donc pas d’autre choix que de se défendre.

La fin de Marioupol comme cadeau ?

Avec la prise de la ville portuaire de Marioupol, dans le sud de l’Ukraine, l’argument de la dénazification pourrait également être vendu, puisque l’armée russe y a vaincu le bataillon ukrainien d’extrême droite Azov.

« L’ennemi cherche à achever les défenseurs d’Azovstal, il essaie de faire cela avant le 9 mai pour faire un cadeau à Vladimir Poutine », a mis en garde Oleksiï Arestovytch, un conseiller du président Zelensky. La Russie n’a jusqu’à présent pu revendiquer le contrôle complet que d’une ville d’importance, Kherson. Mais il reste donc la poche d’Azovstal qui refuse de céder et cela va-t-il suffire ? Rien n’est moins sûr.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content