. © Belga

Jehor Pyvovarov, représentant ukrainien en Belgique : « Les pays qui émettent des inquiétudes ne nous servent à rien. Il nous faut des armes »

Malgré la suprématie russe, Jehor Pyvovarov, le plus haut représentant ukrainien en Belgique, reste combatif. « Nous nous battrons jusqu’à la dernière goutte de sang ».

Jehor Pyvovarov est visiblement fatigué à l’heure où il nous parle (NDLR : le jeudi 24 février). Il est actuellement le plus haut représentant de l’Ukraine en Belgique, et sa journée a été longue. Il s’est notamment exprimé devant la Chambre des représentants, qui se réunissait sur la manière dont la Belgique doit réagir à l’invasion russe en Ukraine.

Néanmoins, il semble combatif, malgré tout. « Ces dernières heures, nous avons montré que nous pouvons nous défendre », déclare Pyvovarov. « Nous avons détruit des tanks, abattu des avions, capturé des soldats russes. Poutine pensait que nous étions faibles comme en 2014, quand il a conquis la Crimée sans aucune opposition. Nous ne sommes plus le même pays. Nos forces armées ont de l’expérience. Nous nous battrons jusqu’à la dernière goutte de sang.« 

Pyvovarov, lui-même originaire de Kiev, ne recule pas devant les comparaisons historiques. Il compare l’invasion russe en Ukraine à celle de l’Allemagne nazie en Pologne. Plus d’une fois, il appelle le président russe « Poutler », le surnom dont les Ukrainiens affublent Poutine. « Il fait littéralement la même chose qu’Hitler », souligne Pyvovarov. « Il a même attaqué exactement au même moment que l’Allemagne nazie en 1939 : à cinq heures du matin, quand tout le monde est sans défense. »

Quel est selon vous l’objectif de Poutine?

Jehor Pyvovarov : Son principal objectif est d’installer un gouvernement fantoche. Il souhaite détruire notre souveraineté, détruire nos infrastructures. Il souhaite également rouvrir le canal Dnipro, qui alimentait autrefois la Crimée en eau potable. Depuis l’annexion de la Crimée, ce canal a été bloqué. Poutine appelle cela une opération de dénazification, censé maintenir la paix. C’est une absurdité totale. C’est une guerre totale contre une nation pacifique.

L’Ukraine est-elle prête à négocier ?

Depuis aujourd’hui (24 février), nous avons coupé tout contact avec la Fédération de Russie. Il n’y a plus rien à dire. Depuis huit ans, nous demandons le dialogue. La Russie a toujours refusé. Depuis que la Russie a reconnu l’indépendance des Républiques populaires, l’accord de paix de Minsk a été détruit de facto. Le dialogue avec la Russie n’est plus possible. Nous espérons que les partenaires internationaux ramèneront ce régime détraqué à la table des négociations.

L’Ukraine est-elle satisfaite des sanctions qui ont été prises jusqu’à présent ?

Nous sommes heureux que l’Allemagne ne veuille plus exploiter Nord Stream 2. Cela a toujours été un projet géopolitique contre l’Ukraine. Ce dont l’Europe a besoin maintenant, c’est d’unité. Nous sommes déçus que certains pays de l’UE bloquent certains choix stratégiques. Nous savons que l’Allemagne, la Hongrie, l’Italie et Chypre bloquent actuellement la sortie de la Russie de SWIFT (NDLR : le système de paiement interbancaire).

Qu’attendez-vous de la Belgique?

Nous avons besoin d’armes défensives. De nombreux alliés en donnent déjà. Actuellement, la Belgique n’est prête à fournir que des casques et des gilets pare-balles. Nous demandons que la Belgique, comme beaucoup d’autres pays, fournisse des armes qui puissent protéger la vie de nos soldats. J’ai envoyé une lettre à votre ministre de la Défense pour lui demander de fournir ces armes.

Quelle était la réponse?

La réponse a été que la Belgique est prête à fournir des munitions et des vêtements de protection, mais qu’elle veut d’abord discuter au sein de l’OTAN de la possibilité de fournir des armes létales. Nous trouvons ce raisonnement étrange. Les États baltes, la République tchèque, les États-Unis et le Royaume-Uni sont membres de l’OTAN et nous ont déjà fourni des armes. Nous demandons donc gentiment à la Belgique de nous fournir ce dont nous avons besoin. Non seulement pour nous protéger, mais aussi pour protéger la Belgique. C’est une énorme erreur de calcul que de penser que cette guerre est loin. Vous ne devez pas supposer que la Belgique est à l’abri de l’agression russe.

Il y a encore des pays qui ont refusé la demande ukrainienne.

Nous comprenons le scepticisme. Il y a un mois, lorsque l’escalade a commencé, on nous a dit que la fourniture d’armes par la Russie serait considérée comme une provocation. Mais il est certainement clair à présent que la Russie a déclaré la guerre même sans ces « provocations » ? Nous aurions dû avoir un soutien concret depuis longtemps. Nous ne sommes rien avec les pays qui expriment leur inquiétude. Nous avons besoin d’armes. Nous avons entendu trop de blabla ces dernières années. Je travaillais aux Nations unies en 2014 lorsque tout s’est produit. Croyez-moi : j’ai entendu beaucoup d’inquiétudes. Il est temps de prendre des mesures concrètes. Si vous soutenez les valeurs démocratiques, vous soutenez l’Ukraine.

Pensez-vous que les sanctions auront un effet quelconque?

Les sanctions ne fonctionneront que si elles touchent l’économie. Pour la clique autour de Poutine, ces sanctions n’ont pas d’importance. Ils sont très riches et ont caché leurs milliards dans des paradis fiscaux. Plus les Russes ordinaires ressentent les conséquences de ce que fait Poutine, plus il y a de chances qu’il soit renversé. Je suis heureux que tant de Russes normaux protestent contre ce que fait Poutine.

L’Ukraine a récemment adopté une loi lui permettant de mener une guerre partisane en cas d’invasion. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Il est récemment devenu plus facile pour les citoyens d’acheter une arme à feu. Jusqu’à récemment, la détention d’armes était illégale, mais aujourd’hui, les gens sont autorisés à utiliser des fusils légers et des pistolets pour protéger leurs maisons. Il s’agit avant tout d’une mesure stratégique. Il nous donne la possibilité de protéger les endroits menacés, afin que notre armée ait plus de temps pour se déplacer.

Le gouvernement reste-t-il à Kiev ?

Évidemment. Le gouvernement ne quittera pas Kiev.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content