ile aux serpents © AFP

Pourquoi l’île aux Serpents est-elle un point stratégique en mer Noire?

Le Vif

Confetti émergeant au-dessus des flots, l’île aux Serpents est un point stratégique en mer Noire, permettant à la fois de faire planer de lourdes menaces mais également particulièrement exposé.

Dès le premier jour du conflit en Ukraine, les Russes l’ont attaqué pour s’en emparer. Cela a donné lieu à cet épisode, monté en épingle par la propagande de Kiev, où des garde-côtes ukrainiens avaient lancé par radio au croiseur russe Moskva, coulé depuis, d’aller se « faire foutre », conférant à ce caillou un poids symbolique venant s’ajouter à son intérêt stratégique.

La semaine dernière, les Ukrainiens ont affirmé avoir bombardé l’île et détruit une batterie russe, nouvelle illustration de son importance.

Une plateforme de tir et un riche domaine maritime

L’île de quelques hectares offre en effet une plateforme de tir menaçant partout alentour. Elle est à une cinquantaine de kilomètres de l’embouchure du Danube, l’un des principaux fleuves d’Europe et importante voie commerciale, à une centaine de kilomètres d’Odessa et permet théoriquement de frapper tout le littoral Ukrainien. 

Elle est à moins de 200 kilomètres du grand port roumain de Constanta et 300 kilomètres de la grande base russe de Crimée à Sébastopol.

En temps de paix, l’île offre un large domaine maritime et les richesses qui vont avec, notamment des hydrocarbures. 

La Roumanie et l’Ukraine ont d’ailleurs dû aller en justice pour régler le contentieux les opposant pour le contrôle de ces ressources. La Cour internationale de justice a finalement tranché en 2009 et décidé que l‘île était ukrainienne.

Un point d’appui

Dans cette guerre, « c’est un point fondamental, stratégique, qu’il faudra surveiller : ça bloque l’accès aéromaritime à toute la frange côtière ukrainienne, cela fait peser une menace sur l’embouchure du Danube », explique le capitaine de vaisseau Eric Lavault, porte-parole de la Marine française.

Sur une telle plateforme, les Russes « peuvent mettre du matériel de défense anti-aérienne, de défense anti-navire, mais aussi des systèmes de missile à moyenne portée en complément de la puissance de feu des navires de la flotte de la mer Noire, c’est un point d’appui qui permet d’être plus en confiance sur les approches des côtes ukrainiennes« , selon Igor Delanoë, directeur adjoint de l’Observatoire franco-russe à Moscou et spécialiste de la marine russe.

Mais d’un autre côté « l’île est vulnérable », analyse Michael Petersen du Naval War college américain. « Tout occupant peut se faire attaquer, et c’est difficile de protéger une île si petite« .

« Si jamais les Ukrainiens reprennent un peu de respiration, il y a un coup à monter. Cela peut être un bon sujet d’engagement de forces spéciales », estime Eric Lavault.

Partner Content