Mient Jan Faber © Wikicommons

Décès du Néerlandais Mient Jan Faber, figure du mouvement pacifiste des années 1980 en Europe

Le Vif

L’activiste pacifiste néerlandais Mient Jan Faber, figure du mouvement pacifiste européen des années 1980, renommé à l’époque pour sa lutte pour le désarmement nucléaire, est décédé dimanche à 81 ans, a rapporté l’ONG PAX.

« L’importance de Mient Jan Faber s’étend bien au-delà de son rôle au sein du mouvement pacifiste néerlandais », a salué l’organisation dans un communiqué. « Au cours des années 1980, M. Faber était l’un des leaders incontestés du mouvement pacifiste européen » qui a « contribué à la chute du Mur » de Berlin, selon PAX, qui descend de l’association chrétienne militant pour la paix IKV que M. Faber a dirigée.

Le Néerlandais avait dans les années 1980 inlassablement fait pression auprès des autorités néerlandaises et même de l’Otan pour le désarmement nucléaire, et organisé des manifestations qui avaient rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes aux Pays-Bas. M. Faber avait aussi collaboré avec l’écrivain tchécoslovaque Vaclav Havel – qui deviendra après la chute du Mur le premier président démocrate de la Tchécoslovaquie – sur une alternative à la Guerre froide et à la division en Europe.

Le pacifiste avait plus tard été très impliqué dans la « campagne pour la vérité et la justice » des proches de victimes du massacre de Srebrenica, en 1995 en ex-Yougoslavie (8.000 morts). L’enclave avait été déclaré « zone de sécurité » de l’ONU en 1993 et se trouvait, en principe, sous la protection d’un bataillon de quelque 200 Casques bleus des Pays-Bas. L’Etat néerlandais a été jugé partiellement responsable.

Partner Content