© GETTY IMAGES

Bélarus: arrêtée à cause de ses chaussettes blanches à bandes rouges

Soraya Ghali
Soraya Ghali Journaliste au Vif/L'Express

L' »anecdote » pourrait faire rire… mais non, parce qu’elle symbolise le ridicule du pouvoir au Bélarus, « dernière dictature d’Europe », où porter les couleurs de l’opposition est sévèrement puni.

Ainsi Natalia Sivtsova-Sedushkina a été arrêtée à cause de ses chaussettes blanches à bandes rouges, couleurs de la contestation à l’égard du président Loukachenko. Elle aurait également fait le V de « Victoire » dans les rues de Minsk.

La peine: une amende d’environ 750 euros, plus d’un mois de salaire moyen. Natalia n’est pas la première à arborer ces socquettes, à tel point que l’entreprise bélarusse Mark Formelle a supprimé l’article de son catalogue. En 2021, quelque 2 700 personnes auraient déjà été condamnées pour des activités anti-Loukachenko. On peut même être arrêté pour avoir laissé une boîte rouge et blanche sur son balcon…

Lors d’importantes manifestations durement réprimées, la leader de l’opposition, exilée en Lituanie, avait appelé à porter du blanc et du rouge, couleurs du drapeau du Bélarus indépendant. Après son élection en 1995, Loukachenko avait rétabli le drapeau rouge et vert issu de l’ère soviétique.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content