Cette hausse intervientaprès l'annonce la veille de nouvelles coupes drastiques des livraisons via le gazoduc Nord Stream annoncées par le géant gazier russe Gazprom.

Le prix du gaz européen poursuit son envol pour atteindre un prix record depuis mars

Le Vif

Le gaz naturel européen dépasse les 190 euros le MWh, une première depuis mars.

Les prix du gaz européen poursuient leur envol ce mardi, atteignant un plus haut niveau depuis le record historique de mars, après l’annonce la veille de nouvelles coupes drastiques des livraisons via le gazoduc Nord Stream annoncées par le géant gazier russe Gazprom.

Vers 11h ce mardi, le TTF néerlandais, la référence du gaz naturel en Europe, évoluait à 189,75 euros le mégawattheure (MWh), peu après avoir dépassé les 190 euros le MWh, renouant ainsi avec ses niveaux du début de l’invasion russe de l’Ukraine.

Gazprom a annoncé qu’il réduirait dès mercredi drastiquement, à 33 millions de m³ quotidiens, les livraisons de gaz russe à l’Europe via Nord Stream, arguant de la nécessité de maintenance d’une turbine. Cette nouvelle coupe réduit à environ 20% la capacités du gazoduc, contre quelque 40% actuellement, alors que les nations européennes s’efforcent de reconstituer leurs réserves à l’approche de l’hiver.

« Les stocks européens sont loin d’avoir atteint le niveau requis de 90% et l’on craint de plus en plus que la Russie n’utilise le gaz naturel comme une arme pour obtenir des concessions de la part de l’Occident » dans le cadre de l’invasion de l’Ukraine, rappelle Tamas Varga, analyste chez PVM Energy.

Diminuer la demande

La Commission européenne avait proposé la semaine dernière de diminuer de 15% la demande européenne de gaz à partir du mois d’août, afin de surmonter la chute des livraisons russes. La Russie représentait jusqu’à l’an dernier quelque 40% des importations gazières de l’UE. Côté pétrole, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre prenait 1,45%, à 106,67 dollars.

Impact collatéral

Les inquiétudes concernant l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe ont un impact collatéral sur les prix du pétrole, explique Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades, « car une compression potentielle du gaz fourni à l’Europe est susceptible d’augmenter la demande de pétrole et d’autres carburants connexes tels que le diesel ».

« L’offre physique restreinte, exacerbée par la réduction de l’approvisionnement en gaz par la Russie, est à l’origine des gains » du brut, affirme également Stephen Innes, de chez SPI.

L’analyste souligne l’élargissement de l’écart des prix du Brent et du WTI (entre 8 et 9 dollars désormais), « signe d’un resserrement plus important en Europe qu’aux États-Unis ».

Partner Content