Iphigénie à Splott ne vous emmènera pas là où vous le croyez... © Debby Termonia

L’agenda des festivals des arts de la scène cet été: notre sélection

Estelle Spoto
Estelle Spoto Journaliste

La rédaction vous partage son agenda, non exhaustif, des événements à ne pas manquer cet été en arts de la scène.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

ROYAL FESTIVAL DE SPA
à Spa, du 10 au 21 août

Un épithète plein de noblesse, plus de soixante ans d’existence et une implantation dans une des plus plaisantes cités belges, indissolublement liée au bien-être et noyée dans la nature: voilà pour l’aura du festival spadois. Quant au programme, il ne manque pas d’allure. On y retrouve quelques-uns des musts des saisons dernières: le bouleversant Iphigénie à Splott, où brille Gwendoline Gauthier en jeune Galloise paumée entourée de musiciens, l’irrésistible Du paddle à Biarritz, adaptation du roman de Fabcaro portée par Itsik Elbaz sur un père à la dérive, ou encore la True Story du stand-upper au parcours pas banal – entre Rwanda, Belgique et Canada – Inno JP.

Jacqueline Bir transmettra, dans A German Life, le témoignage de l’ancienne secrétaire de Goebbels.
Jacqueline Bir transmettra, dans A German Life, le témoignage de l’ancienne secrétaire de Goebbels. © Alice Piemme

L’ événement spadois affiche deux créations: Strange Beauty, un spectacle belgo-coréen où le metteur en scène Yo-sup Bae fait dialoguer les arts, à découvrir hors de la ville, près de la source de la Géronstère, et Acting, «leçon de théâtre et leçon de vie» écrite par l’homme de théâtre et réalisateur Xavier Durringer et mise en scène par Alexis Goslain.

L’ Amour vainqueur, opérette inspirée des frères Grimm, ravira les enfants.
L’ Amour vainqueur, opérette inspirée des frères Grimm, ravira les enfants. © Christophe Raynaud de Lage

Une dose de cirque parsème aussi le programme, avec, en ouverture des festivités, les acrobaties aériennes du Cheptel Aleïkoum et ses Princesses tout droit sorties des contes de fées d’ici et d’ailleurs et qui planent sur de la musique rock en live. Il y aura encore du théâtre de rue avec un dragon cracheur de feu et un couple de bricoleurs dignes de Jacques Tati, des lectures, de la magie (Carabistouilles, Viktor Vincent), un petit parfum d’ Avignon avec la création de son toujours actuel directeur Olivier Py, L’Amour vainqueur, l’impératrice du théâtre belge francophone Jacqueline Bir dans A German Life, des after party… C’est certain, ça va pétiller.

FESTIVAL AU CARRÉ
à Mons, du 1er au 10 juillet

Après une longue période d’absence (la dernière édition date de 2019) due à la pandémie, le Festival au Carré revient enchanter Mons. Particularité de cette édition: le festival déborde largement de son Carré des arts pour s’exporter un peu partout, avec une prédilection pour les espaces extérieurs et les ambiances bucoliques. Rendez-vous notamment dans le parc du Beffroi, au jardin du Mayeur ou sur le site restauré de la cascade d’Hyon.

Poucet, conte pour individus fêlés (à partir de 8 ans), mêle jeu d’acteur et marionettes. © Fabrice Mertens

Outre la première belge de La Vie est une fête des Chiens de Navarre, dont on reparlera, et les multiples concerts (Amadou et Mariam, La Jungle, Kokoko! , Triggerfinger…), l’événement propose, entre autres, une plongée poético-musicale dans l’univers de Jacques Prévert (Jacques), la vraie vie du petit Poucet devenu grand, l’inénarrable duo de clowns Okidok et le nouveau délire de la compagnie française 26 000 couverts, Véro 1re, reine d’Angleterre.

FESTIVAL D’AVIGNON
à Avignon, du 7 au 26 juillet

Piloté pour la dernière fois par Olivier Py avant sa prise en main, en septembre, par le génial Portugais Tiago Rodrigues, le festival d’Avignon, le plus grand des festivals des arts vivants au monde (OFF compris, bien sûr) présente pour sa 76e édition une affiche en équilibre. Equilibre entre les genres, les disciplines, les générations et les origines, entre les valeurs sûres et les découvertes.

Dans l’affiche foisonnante du IN, on relève en particulier La Tempesta, adaptation du classique shakespearien par l’esthète italien Alessandro Serra, qui avait offert à Liège son somptueux Macbettu (déjà d’après Shakespeare) en dialecte sarde. Autre chouchou, le chorégraphe français François Chaignaud défendra son spectacle créé au Kunstenfestivaldesarts: Tumulus , hybride de danse et de chant en collaboration avec Geoffroy Jourdain et ses Cris de Paris. Autre chorégraphe de l’Hexagone très en vue, Amala Dianor sera présent avec deux spectacles: Emaphakathini et Via Injabulo, tous deux intégrant des danseurs sud- africains de la compagnie Via Katlehong.

Le spectacle belge Flesh cartographiera la chair humaine sous toutes ses coutures. © Hubert Amiel

Parmi les grands noms internationaux, le cinéaste et metteur en scène Kirill Serebrennikov représentera, dans un contexte politique tendu, le patrimoine artistique russe avec sa version du Moine noir de Tchekhov. Kae Tempest donnera à entendre les textes de son album The Line Is A Curve, accompagnée aux claviers par Hinako Omori. Quant à l’Iranien Amir Reza Koohestani, il investira le gymnase du lycée Mistral avec son adaptation du roman d’ Anna Seghers, Transit.

Impossible de terminer ce rapide tour d’horizon sans mentionner la délégation belge. Outre Jan Martens dans la cour d’honneur, la turbulente Miet Warlop dévoilera One Song, le quatrième chapitre de Histoire(s) du théâtre de Milo Rau, et côté Fédération Wallonie-Bruxelles, le duo Sophie Linsmaux-Aurelio Mergola (compagnie Still Life) effeuillera les quatre chapitres de leur compilation sans paroles autour du corps, du paraître et du fake, Flesh, créée aux Tanneurs en février dernier.

À VOIR

Stand up festival, les 29 et 30 juin au Théâtre de Liège

Après une première tentative réussie l’an dernier, Liège remet le stand-up à l’honneur au cours de deux soirées sous forme de plateaux d’humoristes, l’une encadrée par Inno JP et l’autre par Dena.

Festival VTS, du 30 juin au 10 juillet à Stavelot

Théâtre pour petits et grands, humour, danse et fanfare se côtoient à l’abbaye de Stavelot. On vous recommande le poignant Nourrir l’humanité – Acte 2, sur la crise et les espoirs du monde agricole.

Festival Bruxellons! du 11 juillet au 27 septembre à Bruxelles

L’événement au château du Karreveld s’articule une nouvelle fois autour d’une comédie musicale à regarder et écouter sous les étoiles: Elisabeth, sur la vie de l’impératrice autrichienne Sissi.

Chassepierre, les 20 et 21 août à Chassepierre

Le Festival international des arts de la rue reprend du poil de la bête et fête sa revanche sur le Covid avec une affiche hypergénéreuse. Avec, entre autres, Carré Curieux, Les Batteurs de pavés et la compagnie Scopitone.

Partner Content