Mohamed Toujgani, l'imam repentant de la mosquée Al Khalil de Molenbeek.

Un recours a été introduit contre le retrait du droit de séjour de l’imam Toujgani

L’avocat de Mohamed Toujgani, imam principal de la mosquée Al Khalil à Molenbeek, a introduit un recours devant le conseil du contentieux des étrangers contre la décision du secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Sammy Mahdi, de retirer au mois d’octobre à son client son droit de séjour, a-t-il indiqué vendredi. Il déposera également une plainte auprès du comité R, organe de contrôle des services de renseignement.

Pour justifier sa décision, le secrétaire d’État a invoqué des informations venant des services de sécurité, sans donner plus de précision. Il serait question d’un rapport de la Sûreté de l’Etat. Or, le seul rapport connu par l’avocat, Mme Georges-Henri Beauthier, est celui que contient le dossier de demande de la nationalité belge de M. Toujgani. Selon « Le Soir », ce document reproche à l’intéressé, de nationalité marocaine, d’avoir contribué à la diffusion d’idées extrémistes en Belgique, notamment par des discours antisémites. Or, le tribunal de la famille de Bruxelles n’a pas retenu ces arguments, les jugeant insuffisamment étayés.

Le contenu d’une vidéo de 2009, dans laquelle il est question d’un appel à brûler des sionistes alors que le conflit entre Israéliens et Palestiniens faisait rage à Gaza , lui est reproché. Selon la transcription fournie par l’avocat, les mots suivant ont été prononcés: « Seigneur, déverse la frayeur dans le coeur des sionistes oppresseurs. Fais que le sang des martyrs soit une arme sous les pieds de l’oppresseur et fais qu’il soit un feu ardent qui les brûle et un vent qui les fustige. Fais disparaître leurs factions et leur étendard ».

L’imam s’en est expliqué et a exprimé ses regrets, a assuré l’avocat, en précisant bien qu’il visait les « sionistes » et non les juifs. Il a d’ailleurs, durant sa carrière, participé à des collèges internationaux dans lesquels il a côtoyé des personnalités juives. « Jamais, il n’a été considéré comme anti-juif », a précisé Me Beauthier.

D’après l’avocat, la décision annoncée jeudi, assortie d’une interdiction de pénétrer sur le territoire pendant dix ans, a créé un grand émoi dans la communauté de la mosquée Al Khalil. Dans la commune, la bourgmestre de Molenbeek, Catherine Moureaux, s’est également interrogée. « Eu égard à la fonction de Président de la Ligue des imams marocains de Belgique de M. Toujgani, j’ose espérer que monsieur Mahdi dispose réellement d’un élément nouveau important pour expliquer la prise de cette décision. Personnellement, comme d’ailleurs mes services de police compétents, je n’ai pas été informée de la survenue d’un élément nouveau au sujet de monsieur Toujgani », a-t-elle dit, citée par la RTBF.

Partner Content