D'après les informations recueillies par la Dernière Heure, l'ancien député bruxellois et chef de groupe CDH à la commune de Molenbeek Ahmed El Khannouss a été convoqué immédiatement par le comité de déontologie du CDH. Les propos tenus par le conseiller molenbeekois sont jugés inacceptables par le parti. Plusieurs membres, choqué par ces déclarations, ont par ailleurs contacté le comité de déontologie pour faire part de leur indignation. C'est notamment le cas d'Opaline Meunier, conseillière communale à Mons. "Je viens de prendre connaissance des propos honteux, indignes et bien loin de l'humanisme que nous défendons au quotidien, de M. El Khanouss. (...) Je souhaiterais que le comité d'éthique et de déontologie du parti soit saisi et se positionne sur les saillies répétées de M. El Khanouss".

C'est via une publication sur Facebook qu'Ahmed El Khannouss a défendu Mohamed Toujgani, l'imam qui vient de se voir retirer son titre de séjour et l'accès au territoire belge pour les 10 prochaines années. Une décision prise par le secrétaire d'état à l'Asile et aux Migrations Sammy Mahdi (CD&V) sur base d'informations provenant des services de sécurité indiquant "un grave danger pour la sécurité nationale". La raison ? L'imam Toujgani avait appelé, il y a plus de 10 ans, à brûler les "sionistes oppresseurs" durant la lourde période de conflits à Gaza.

Suite à cette décision, Ahmed El Khannouss a affirmé qu'il ne s'agit que de "termes crus" en ajoutant qu'il "espère que rapidement une solution soit trouvée pour mettre fin à cette mesure de déportation".

D'après les informations recueillies par la Dernière Heure, l'ancien député bruxellois et chef de groupe CDH à la commune de Molenbeek Ahmed El Khannouss a été convoqué immédiatement par le comité de déontologie du CDH. Les propos tenus par le conseiller molenbeekois sont jugés inacceptables par le parti. Plusieurs membres, choqué par ces déclarations, ont par ailleurs contacté le comité de déontologie pour faire part de leur indignation. C'est notamment le cas d'Opaline Meunier, conseillière communale à Mons. "Je viens de prendre connaissance des propos honteux, indignes et bien loin de l'humanisme que nous défendons au quotidien, de M. El Khanouss. (...) Je souhaiterais que le comité d'éthique et de déontologie du parti soit saisi et se positionne sur les saillies répétées de M. El Khanouss".C'est via une publication sur Facebook qu'Ahmed El Khannouss a défendu Mohamed Toujgani, l'imam qui vient de se voir retirer son titre de séjour et l'accès au territoire belge pour les 10 prochaines années. Une décision prise par le secrétaire d'état à l'Asile et aux Migrations Sammy Mahdi (CD&V) sur base d'informations provenant des services de sécurité indiquant "un grave danger pour la sécurité nationale". La raison ? L'imam Toujgani avait appelé, il y a plus de 10 ans, à brûler les "sionistes oppresseurs" durant la lourde période de conflits à Gaza.Suite à cette décision, Ahmed El Khannouss a affirmé qu'il ne s'agit que de "termes crus" en ajoutant qu'il "espère que rapidement une solution soit trouvée pour mettre fin à cette mesure de déportation".