© belgaimage

Quand le Moniteur belge manque de correction(s)

Pierre Havaux
Pierre Havaux Journaliste au Vif

Une imprécision, une formule malheureuse, un mot mal orthographié, un accent circonflexe resté dans le porte-plume ou le clavier, et c’est une disposition légale ou réglementaire qui devient fâcheusement fautive.

La qualité des textes de lois laisse de plus en plus à désirer mais les services du Moniteur belge commis à leur publication refusent de porter le chapeau. Chacun son job : l’auteur du texte serait bien avisé de revérifier consciencieusement l’épreuve qu’il fournit au journal officiel.

Car, désolé, la maison ne fait plus dans la correction :  » Etant donné que le Moniteur belge même ne dispose plus d’une section chargée de relire l’ensemble des textes en profondeur, le contrôle y est encore uniquement rudimentaire et se limite principalement à des vérifications de mise en page « , précise le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V).

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content