Crucke crée un « regroupement » politique autour du climat: Bouchez réagit

L’ancien ministre wallon MR du Budget renonce à la Cour constitutionnelle et souhaite tenter de fédérer des personnalités politiques issues de partis démocrates autour du climat.

Jean-Luc Crucke renonce à être candidat à la Cour constitutionnelle. Il veut créer un « regroupement » politique autour du climat, a-t-il annoncé à nos confrères de La Libre Belgique. L’ancien ministre wallon du Budget avait démissionné en janvier à la suite d’une divergence de vue avec son président de parti, Georges-Louis Bouchez, et plusieurs députés libéraux, autour de son décret fiscal.

Il avait alors annoncé qu’il serait candidat pour le MR au poste de juge à la Cour constitutionnelle. À l’approche de l’échéance pour le dépôt de candidature à ce poste, l’ex-ministre wallon, actuellement député régional wallon, indique y avoir renoncé. 

Il souhaite tenter de fédérer des personnalités politiques issues de partis démocrates autour du climat.  « La lutte contre le réchauffement climatique, le rétablissement de la biodiversité et la dignité sociale doivent faire partie de nos priorités. Il faut tenter de trouver les « C.l.é.s. » (pour Cercles libéraux, économiques et sociaux) qui nous permettent de regrouper des personnalités politiques ayant des sensibilités différentes », a-t-il expliqué au quotidien.

Présidence du MR?

Au stade actuel, Jean-Luc Crucke n’envisage pas de créer un nouveau parti politique à part entière. « Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un rassemblement de forces politiques démocrates et progressistes. Mais pour cela, encore faut-il que les hommes et femmes politiques de ce pays cessent de s’invectiver, de s’abîmer? ». « Je suis toujours au MR », a assuré jeudi M. Crucke, interrogé par La Première. « Ce n’est pas parce qu’on est libéral progressiste avec une sensibilité climatique qu’on doit rejoindre une structure ».

M. Crucke a enfin précisé qu' »à ce stade » il n’était pas candidat officiel à la présidence du MR, à l’échéance du mandat actuel du président en automne 2023. « Toutefois, il ne faut absolument rien exclure. Rien n’est impossible ».  A ses yeux, les partis politiques sont devenus une « notion désuète ».

Bouchez réagi

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a rappelé ce jeudi le devoir de loyauté d’un mandataire du MR à l’égard de son parti. « C’est la liberté de chacun« , a souligné M. Bouchez, sur les ondes de Bel-RTL ce jeudi. « Je lui souhaite le meilleur dans sa tâche de député, qu’il travaille dans le cadre du groupe MR et pour l’intérêt général ». « On doit être loyal à l’égard de sa formation politique. Je n’ai pas de doute là-dessus », a-t-il ajouté.

Le MR devra proposer une nouvelle candidature pour la Cour constitutionnelle. Une annonce devrait être faite dans les prochaines heures, selon M. Bouchez.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content