. © Belga

La police manque de personnel pour… engager du personnel

Le Vif

La procédure de recrutement de policiers est au point mort, malgré la pénurie de personnel au sein de la police. Deux académies de police ont décidé d’annuler leur formation, faute de candidats-inspecteurs. Le problème vient du service de recrutement de la police fédérale en manque de bras pour sélectionner les candidatures, rapportent Het Nieuwsblad et De Standaard.

Trois mille nouvelles recrues par an. C’est ce que la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), avait promis en septembre dernier. Pour atteindre cet objectif, le service de recrutement de la police fédérale devait organiser une procédure accélérée, qui ne durerait que 18 mois, suivie d’une formation d’un an dans une académie de police.

   Près de neuf mois plus tard, la réserve de recrutement peine à se remplir. « Le service de recrutement de la police fédérale, qui supervise la procédure, ne nous envoie presque plus de candidats. Nous avons annulé la classe qui devait commencer sa formation en décembre 2022. Le nombre prédéterminé de nouvelles recrues ne sera pas atteint », craint la directrice de l’académie de police de Flandre occidentale, Steve Margodt. Le son de cloche est identique à l’académie de police du Brabant flamand, où seules cinq recrues ont été acceptées.

   Le président de la Commission permanente de la police locale, Nicolas Paelinck, ne cache pas sa déception. « Il était clair dès le départ que la police fédérale ne pourrait pas répondre aux objectifs fixés. Nous avons proposé de nous occuper nous-mêmes du recrutement à l’échelon local, mais le fédéral n’a pas voulu », déplore-t-il.

   La police fédérale a admis par mail que « le recrutement en Flandre est difficile ». La pénurie de personnel au sein de son service de recrutement est bien en cause, « mais il n’y a pas de budget pour de nouveaux engagements ». Les recrues dont la formation a été annulée peuvent toujours suivre leur cursus dans d’autres provinces. 

Partner Content