Erika Vlieghe © Diego Franssens

Erika Vlieghe: « Nous aurions dû rester plus longtemps en code orange »

Peter Casteels
Peter Casteels Journaliste freelance pour Knack

Erika Vlieghe aurait préféré que nous portions encore des masques dans les endroits bondés. Présidente du GEMS pour encore quelques semaines, elle constate que les chiffres du coronavirus remontent. « Personne n’est aussi fatiguée du coronavirus que moi ».

Oui, nous le savons : la guerre en Ukraine est bien plus passionnante que les derniers soubresauts d’un virus éteint. Mais les faits sont ce qu’ils sont, et nous ne pouvons pas les édulcorer : chaque jour, plus de 150 personnes sont encore admises à l’hôpital parce que le coronavirus les rend malades, et chaque jour, quelque 20 personnes en meurent.

Vlieghe : « Tout d’abord, je respecte totalement qu’aujourd’hui toute l’attention soit concentrée sur l’Ukraine, nos politiciens ont également besoin de tout leur espace de réflexion pour cette crise. Nous savions d’avance qu’il y aurait une flambée si nous lâchions toutes les mesures, sans pouvoir évaluer exactement l’ampleur des conséquences. A présent, nous avons aussi un nouveau variant d’Omicron, le BA.2, qui est encore plus contagieux que le premier Omicron et qui est devenu dominant. Nous ne connaissons pas encore toutes ses caractéristiques, et je suis un peu inquiète à ce sujet. Le retour de la liberté accélère la propagation des flammes. Nous devrons maintenant voir quelle quantité de bois stérile pouvant brûler il reste dans la forêt. Il y a quinze jours, nous avons vu les chiffres s’inverser : la tendance à la baisse est redevenue une tendance à la hausse. La semaine dernière, nous en avons eu la confirmation. Nous pensons qu’il s’agira d’une petite vague qui durera longtemps. Si, contrairement à nos attentes, la vague va beaucoup plus haut, nous tirerons à nouveau la sonnette d’alarme. »

J’ai été choqué d’apprendre que votre hôpital d’Anvers, parmi d’autres, reportait déjà les soins non urgents.

Erika Vlieghe : C’est dû à une combinaison de facteurs. Le nombre croissant de patients atteints de coronavirus s’ajoute aux personnes qui se retrouvent à l’hôpital pour cause de grippe et d’accidents habituels, qui sont plus fréquents lorsque les gens ne vivent plus confinés. En outre, il arrive encore régulièrement que des membres du personnel soient mis en isolement parce qu’ils sont infectés, ou qu’ils décrochent parce qu’ils sont tout simplement épuisés après deux ans. Cela rend parfois le puzzle impossible à constituer sans reporter des rendez-vous, même si c’est plus difficile à expliquer qu’une pénurie de lits en soins intensifs. Dans les vagues précédentes, c’était le seul chiffre que tout le monde fixait. C’est ce que nous entendons parfois de la part des politiciens: les soins intensifs ne sont pas encore complets, où est le problème ?

Aujourd’hui au lieu d’un chiffre, nous avons une couleur: la couleur du baromètre. Nous sommes actuellement dans la phase la plus sûre, le jaune. Aurions-nous mieux fait de rester en orange?

C’est une question très délicate, car ce baromètre est avant tout un instrument politique. Malgré tout notre enthousiasme à croire que le coronavirus, c’était fini, je pense que nous aurions mieux fait de rester en orange un peu plus longtemps. Je sais que je ne suis pas d’accord avec Pedro Facon de la Commission Corona et le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) sur ce point, mais nous aurions dû lâcher les mesures de manière plus progressive. Le groupe d’évaluation des risques (RAG) du GEMS a également averti semaine après semaine que cela allait trop vite. Je trouve personnellement très regrettable que les masques aient disparu partout. C’est un sujet très sensible, mais ces masques étaient bel et bien efficaces.

Quelles sont les règles auxquelles vous vous conformez encore ?

Je travaille dans les soins, où il y a encore évidemment beaucoup de règles. Je ne mange presque jamais avec mes collègues, et même lorsqu’il fait froid, nous veillons à ce que notre lieu de travail soit bien ventilé. Récemment, quelqu’un a essayé de me serrer la main pour la première fois, mais j’ai rapidement trouvé une alternative. Je n’embrasse qu’un nombre très limité de personnes et je garde une certaine distance avec mes amis et ma famille. Pour moi, ce n’est vraiment pas encore un retour à la normale. Récemment, j’étais assise sans masque dans un petit théâtre, ne savais pas s’il était bien ventilé, et je me sentais vraiment mal à l’aise. Vous ne me verrez pas non plus dans un café où les gens sont serrés comme des sardines. Si je vais dans un café ou un restaurant, je choisis bien ces endroits. Pendant longtemps, nous avons continué à dire aux gens : ça va mieux, mais ce n’est pas encore fini. Tout à coup, cela s’est arrêté et, la même semaine que la Russie a envahi l’Ukraine, le royaume de la liberté est arrivé. J’espère que nous resterons prudents. Personne n’est aussi fatiguée du coronavirus que moi.

Vous qualifiez le baromètre d’instrument politique, mais il était censé servir à objectiver les choses. C’est principalement l’utilisation des unités de soins intensifs et les admissions à l’hôpital qui étaient censées indiquer dans quel code couleur nous nous trouvions. Le nombre d’admissions est toujours resté bien au-dessus du niveau requis pour le code jaune.

Un seul paramètre n’est jamais décisif. Toutes les tendances ont été longtemps à la baisse: les choses vont un peu mieux. C’était rassurant, et certainement suffisant pour passer du rouge à l’orange. Si cette tendance s’inverse, il faut en tenir compte. Malheureusement, on a poussé le bouchon trop loin, et les gens commencent à se demander ce qui se passe. Je ne veux pas créer de panique ou prêcher l’enfer et la damnation. Je ne fais que constater l’évidence : ce n’est pas encore fini. Mais toutes les mesures ont été abandonnées.

Nous avons complètement renoncé à essayer d’arrêter les infections. Quant au coronavirus, selon le journal Financial Times, il serait moins dangereux que la grippe, surtout pour les personnes vaccinées. N’est-il pas temps de lâcher prise ?

Nous ne pouvons vraiment pas prendre les infections trop à la légère. Même les personnes en bonne santé peuvent tomber malades et être confrontées à des effets secondaires imprévisibles tels que le covid long. Nous en savons encore trop peu sur ce sujet pour être totalement rassurés. Même les enfants peuvent vraiment souffrir d’une infection, il ne faut pas être trop désinvolte à ce sujet. Dieu merci, les règles les plus importantes en matière d’isolement ont été conservées. Il est vraiment essentiel que les personnes malades s’isolent. Il faut aussi être réaliste : nous savons que le virus circule beaucoup, tous les chiffres que nous voyons sont de fortes sous-estimations. L’un des effets secondaires les moins négatifs est également qu’une infection sert de protection de rappel pour les personnes, mais cela ne doit pas devenir une fin en soi.

Après la cinquième vague, j’ai été à nouveau surpris de constater que le nombre d’infections a chuté de manière aussi spectaculaire qu’il avait d’abord augmenté. Pourquoi ça ?

Pendant cette vague, nous avions, pour ainsi dire, un million d’infections par semaine. Un tel virus, bien sûr, doit continuer à trouver suffisamment de victimes pour continuer à sévir. À un certain moment, ce nombre s’épuise, et alors les chiffres commencent à baisser.

Mais est-ce que tout le monde a eu le coronavirus pendant ces semaines ?

Pas tout le monde : je n’ai pas eu le coronavirus. Maintenant, bien sûr, les personnes qui ont toujours été très prudentes sont moins capables de se protéger sans les règles. Elles courent le risque d’être infectées. Nous devons donc veiller à ce que les personnes âgées et les autres personnes vulnérables soient bien protégées. Il leur est conseillé de porter des masques FFP2 et aux personnes de leur entourage immédiat de limiter leurs contacts. Ces dernières feraient également bien de rester à l’écart si elles présentent des symptômes.

Toujours limiter ses contacts: je pense que beaucoup de gens vont rire en lisant cela.

Je ne sais pas, ça pourrait dépendre un peu de la tranche d’âge des gens. Si votre partenaire est un patient à risque vulnérable, je pense qu’il est vraiment peu judicieux d’assister à de grandes fêtes. Il est également préférable de ne pas organiser le 60e anniversaire du mariage de vos grands-parents dans une salle paroissiale mal aérée. Attendez que la fête puisse avoir lieu à l’extérieur, et tout le monde n’est pas obligé d’embrasser papy et mamy. Assurez-vous également de continuer à utiliser les autotests. Ce sont des réflexes que nous ne devons pas perdre.

Le nombre de personnes ayant subi un rappel dans l’intervalle est nettement inférieur au nombre de personnes ayant reçu leur première vaccination. Cela vous inquiète-t-il ?

Evidemment. C’est, bien sûr, une conséquence de l’idée que tout est fini. Les gens sont beaucoup moins motivés pour faire une piqûre de rappel et ne la font parfois que pour pouvoir voyager à l’étranger. Entre-temps, le groupe de travail sur la vaccination a élaboré plusieurs scénarios pour le deuxième booster, qui sera probablement administré à partir de septembre. Nous devrons réfléchir très attentivement à la manière de convaincre les gens, car le booster continuera d’être très important, surtout pour les personnes âgées et vulnérables.

En Chine, les grandes villes et même une province sont maintenant confinées. Le pays s’efforce toujours de parvenir à une circulation zéro du virus. Est-ce tenable?

Nous sommes très inquiets, car il s’agit évidemment d’une situation intenable. La Chine a toujours eu beaucoup moins d’infections grâce à la politique du zéro covid, mais cela signifie que cette population est encore largement vierge. Elle n’a pas acquis d’immunité par le biais d’infections et la couverture vaccinale est loin d’être aussi élevée qu’ici.

Les Chinois sont également souvent vaccinés avec des vaccins qui ne fonctionnent pas aussi bien que les nôtres.

En effet. Si la Chine ne parvient pas à maintenir ces confinements stricts, elle sera effectivement confrontée aux événements que nous avons déjà connus en mars 2020. Hong Kong traverse déjà une période d’enfer : les pompes funèbres y affichent complet depuis des semaines. En Europe, il ne faut donc vraiment pas crier victoire. La stratégie chinoise atteint clairement ses limites, même s’il est toujours possible que le gouvernement chinois propose un autre plan, mais l’Europe n’avait tout simplement pas de stratégie. Nous nous sommes laissés submerger par le virus, et nous sommes prompts à oublier le nombre incroyable de malades et de décès que nous avons connus. Mais même si nous avions voulu, l’Europe n’était tout simplement pas assez organisée pour imposer le zéro covid. Voyez les difficultés que nous avons rencontrées pour imposer des quarantaines plus strictes aux personnes qui traversent les frontières, comme en Chine. C’était tout simplement impossible. La Nouvelle-Zélande a réussi à mettre en place une politique de zéro covid, et cette population est aujourd’hui bien mieux vaccinée que les Chinois. Il faudra donc attendre quelques années avant de pouvoir dire quel pays a suivi la meilleure stratégie.

Le véritable test pour nous viendra à l’automne, quand il fera à nouveau plus froid. À mon avis, nous serons toujours aussi surpris par les chiffres en hausse à l’automne.

Les experts ne seront pas surpris.

Et puis des journalistes étonnés viendront vous interviewer.

Voilà pourquoi il est bien d’avoir cet entretien maintenant. (rires)

Serons-nous bien préparés ?

C’est l’exercice qui nous est proposé aujourd’hui. Nous devons encore nous habituer au rythme du virus. Tout comme il y a un moment entre septembre et novembre où je recommence à porter des chaussettes, où nous rallumons le chauffage et où nous devons gratter le givre sur les vitres de nos voitures le matin, il y a un moment chaque année où les chiffres du coronavirus remontent. Nous devons donc être prêts à agir rapidement et faire en sorte que nos opérations hospitalières, nos capacités de test et le tracing soient également immédiatement renforcés.

Le baromètre sera-t-il suffisamment solide pour nous protéger?

En tout cas, j’espère qu’il ne sera pas supprimé avant de pouvoir nous sauver, comme je l’ai entendu ouvertement préconiser. Il n’aurait alors servi que d’instrument de flexibilité, et maintenant il peut être à nouveau jeté à la poubelle. C’est très imprudent, et surtout frustrant, car des mois de discussions avec toutes les administrations et secteurs possibles ont été consacrés à ce baromètre. Le baromètre est un premier et bon outil de suivi de la situation épidémiologique, mais nous devons nous préparer à des scénarios extrêmes. Si, à l’automne apparait un autre variant qui parvient à échapper à notre immunité, nous devons bien sûr prendre des mesures plus strictes.

Entre-temps, la commission Corona et le GEMS sont dissous. Une bonne idée?

Les activités du commissariat seront intégrées dans les administrations existantes, et le 9 avril, elles cesseront d’exister. On étudie encore les possibilités de recueillir l’avis d’experts scientifiques, comme nous l’avons fait avec le GEMS. En tant qu’experts, nous garderons bien sûr les yeux ouverts et, si nécessaire, nous continuerons à ramer à contre-courant.

Pendant ce temps, plusieurs milliers d’Ukrainiens viennent ici, où la couverture vaccinale est beaucoup plus faible que dans notre pays. Comment faire face à cette situation ?

Le taux de vaccination doit être augmenté de manière drastique, oui, sinon les réfugiés auront encore plus de problèmes en plus de ceux qu’ils ont déjà. Mais cela prendra du temps. Comme pour beaucoup de Belges, cela nécessite une bonne information, une bonne communication et de la confiance. C’est quelque chose qui se construit.

La discussion sur la vaccination obligatoire a complètement disparu. Vous n’y avez jamais été favorable. Risquions-nous de nous fourvoyer?

Cette discussion reviendra sans doute avec la prochaine vague. Je n’ai jamais été en faveur de la vaccination obligatoire pour tous, et certainement pas à un stade aussi précoce, lorsque l’on travaille avec un nouveau vaccin. Les premiers essais ont donné suffisamment de signes positifs pour lancer des campagnes volontaires, ce qui s’est évidemment produit. À l’avenir, il n’y aura que davantage de vaccins et d’antiviraux différents. J’espère donc que cela permettra de dépassionner un peu le débat. Mais, évidemment, certaines personnes ne pourront jamais être convaincues.

Jusqu’à l’automne, il se peut que nous soyons aussi indifférents à propos du coronavirus que de la grippe, alors que les médecins comme vous espèrent depuis longtemps que suite à l’effet corona, nous prendrons aussi la grippe plus au sérieux. Ce virus tue également beaucoup de personnes chaque année.

Ces deux dernières années, nous avons effectivement constaté qu’avec des mesures, nous pouvons également réduire efficacement le nombre de personnes qui meurent de la grippe. La question est de savoir si nous sommes prêts à poursuivre ces mesures. Nous avons aussi tiré beaucoup d’enseignements sur d’autres problèmes de santé, comme la pollution atmosphérique, mais il est compréhensible qu’une certaine lassitude s’installe. Lors des épidémies précédentes, il y a eu encore beaucoup de décès lorsque tout le monde en avait assez et pensait peut-être que tout était fini. La première explosion en Ukraine, et les premiers décès, ont suscité beaucoup d’attention. Aujourd’hui, ces victimes sont aussi des statistiques et l’attention se relâche déjà.

Vous n’avez pas peur qu’une meilleure ventilation soit à peu près la seule chose que nous retirerons de cette pandémie ?

Même cela reste un travail en cours, car nous sommes encore loin de ce que nous devons faire. Je suis très heureux que la Commission ait vraiment fait avancer ce dossier, mais nous aurons encore d’autres améliorations à apporter. Nos vaccins, bien sûr, et même si tout le monde ne sera pas d’accord avec moi : les masques. Ils n’auraient jamais dû être aussi diabolisés. Nous n’aurons peut-être bientôt plus d’autre choix que de les réintroduire, y compris dans les écoles.

Fin 2021, le Manifeste d’hiver exprimait les mêmes critiques que celles entendues peu après le début de la pandémie. La politique était trop axée sur la lutte contre le virus et la protection des hôpitaux, tandis que des questions importantes telles que le bien-être mental des jeunes en particulier étaient ignorées.

Je suis la première à admettre que des erreurs ont été commises, mais en même temps, je pense que ce débat est mené avec trop peu de nuances. Il devient aussi très vite émotionnel, comme si seuls les hôpitaux étaient pris en compte et jamais les retombées psychologiques. C’est tout simplement faux. Bien sûr, dès le premier jour, nous nous sommes dit : bon sang, comment faire en sorte que la société tienne? Comme dans une guerre, nous avons effectivement passé la première année à lutter contre les attaques du virus, mais même en mai 2020 – deux mois après le début de la pandémie – un groupe de travail sur la santé mentale a été mis en place. Les problèmes les plus urgents ont alors été abordés, car pendant le confinement, de nombreuses consultations avec des psychologues ont même été arrêtées.

(avec emportement) Les fausses contradictions de ce débat m’ont particulièrement dérangé : comme si les problèmes de bien-être mental pouvaient être résolus en levant simplement toutes les mesures sanitaires. Ce n’est pas le cas, bien sûr, car cela aurait prolongé la pandémie encore plus.

Une autre critique, c’est que nous avons renoncé à beaucoup trop de libertés que nous ne reverrons peut-être pas. Joachim Pohlmann, membre de la N-VA, s’est étonné dans Knack qu’après les attaques terroristes de Bruxelles, les soldats n’aient pas été autorisés à contrôler les documents d’identité, alors que les serveurs étaient autorisés à le faire pour contrôler notre Covid Safe Ticket.

Je comprends beaucoup mieux cette critique. Mais pour autant que je sache, aucun groupe d’experts n’a jamais écrit un avis pour que les serveurs demandent des pièces d’identité. Il s’agit de la mise en oeuvre de la politique, et je pense que cela doit faire l’objet d’une discussion au Parlement. Il appartenait aux hommes politiques de décider jusqu’où ils voulaient aller dans l’abandon de nos droits fondamentaux.

Le GEMS cesse d’exister. Avez-vous reçu des remerciements d’Alexander De Croo ?

Pas récemment, non, mais cet homme a d’autres préoccupations. Le GEMS, nous avons reçu un remerciement du roi et de la reine. Nous en étions très heureux. Mais bien sûr, nous ne sommes pas encore partis. (rires)

Partner Content