© belga

Disparition des distributeurs: « Ce n’est pas aux communes à pallier le désinvestissement anormal des banques »

Christophe Leroy
Christophe Leroy Journaliste au Vif

Le ministre wallon des Pouvoirs locaux estime que les communes n’ont pas à financer le maintien de distributeur « pour pallier le désinvestissement anormal des services bancaires ».

Un distributeur de billets à cinq kilomètres de chez soi: c’est ce que promet le projet de réseau neutre Batopin (porté par Belfius, BNP Paribas Fortis, ING et KBC) censé compenser la fermeture de leurs distributeurs d’ici à 2024. Mais l’écrémage s’accélère. Ainsi, à Bernissart, une commune de 12 000 habitants, il n’est plus possible de retirer de l’argent depuis novembre dernier, si ce n’est dans un bureau de poste aux heures d’ouverture limitées.

Interrogé par le député Jori Dupont (PTB), le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Christophe Collignon (PS), estime que les communes n’ont pas à financer le maintien de distributeurs « pour pallier le désinvestissement anormal des services bancaires ». Il propose de créer des espaces publics conviviaux pour encourager leur redéploiement, grâce au plan de relance wallon, de simplifier l’octroi du permis nécessaire et d’actualiser la législation fiscale aux échelons local et régional. Suffisant?

Où retirer de l’argent?

Actuellement, plusieurs communes wallonnes ne disposent pas d’un distributeur. Le Vif a pointé où se trouvaient les endroits où l’on pouvait retirer de l’argent.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content