Tout sur Open Vld

Une réunion virtuelle a rassemblé samedi matin le Conseil des ministres restreint et les présidents des 10 partis soutenant les pouvoirs spéciaux accordés à l'exécutif de Sophie Wilmès, comme il a été convenu de le faire tous les samedis matins (10h30) dans le cadre de la gestion de la crise du coronavirus. La réunion a été l'occasion de débattre d'une première série d'arrêtés royaux entrant dans le cadre de ces pouvoirs spéciaux approuvés cette semaine par les parlementaires.

Les autorités fédérale poursuivent une stratégie visant à augmenter progressivement le nombre de tests de diagnostic du Covid-19 de 2.000 à 10.000 par jour dans les prochains jours en Belgique, a annoncé mercredi le ministre fédéral Philippe De Backer, responsable de la "task force" en charge de la recherche du matériel indispensable à la lutte contre le coronavirus.

Les chargés de mission royale, Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (Open Vld), sont attendus lundi au Palais à 16h pour faire rapport au Roi. Après l'échec d'un rapprochement du PS et de la N-VA, l'heure pourrait être décisive pour la "Vivaldi", cette formule qui exclurait la N-VA et réunirait les socialistes, les libéraux, les écologistes et le CD&V. Le bureau des chrétiens-démocrates sera suivi avec un intérêt particulier: jusqu'à présent, ils refusent toute formule qui n'impliquerait pas les nationalistes flamands.

Le CD&V maintient qu'un gouvernement fédéral devra reposer sur une majorité des deux côtés de la frontière linguistique, et donc impliquer la N-VA en Flandre. "Je n'ai pas d'indication que notre point de vue a changé", a souligné jeudi le ministre Pieter De Crem (CD&V) interrogé sur Radio 1 (VRT) à propos d'un gouvernement d'urgence.