Tout sur Elia

Engie Electrabel compte arrêter tous les investissements liés à la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires. Comment interpréter cette annonce et quel avenir pour l'approvisionnement énergétique en Belgique ? Entretien avec Jan Vande Putte, responsable campagnes nucléaire et énergie chez Greenpeace.

Le gestionnaire du réseau de transport de l'électricité, Elia, a plaidé mercredi à la Chambre pour la mise en oeuvre rapide d'un "mécanisme de rémunération de capacité" (CRM), sans quoi il ne sera pas possible de sortir du nucléaire en 2025. Electrabel a quant à lui averti qu'une éventuelle prolongation de réacteurs devrait être décidée cette année pour être menée à bien dans les délais.

"Il conviendrait d'exiger de l'exploitant qu'il estime le degré de fiabilité de ses centrales dans les années à venir", a affirmé le ministre wallon de l'Energie, Jean-Luc Crucke, interrogé en commission du Parlement de Wallonie sur le risque de black-out qui menace le pays en novembre après l'arrêt inopiné de 2 centrales nucléaires.

Les 750 MW de capacité supplémentaire dégagés mercredi par la ministre fédérale de l'Energie Marie Christine Marghem (MR) ne seront pas suffisants pour contrer le risque de pénurie d'électricité au mois de novembre. Il pourrait encore manquer environ 1.000 MW de capacité pour assurer l'approvisionnement énergétique du pays, d'après les calculs du gestionnaire du réseau de transport d'électricité Elia.

Greenpeace a mené vendredi une action éclair au siège principal de la N-VA à Bruxelles. En reprenant le slogan du parti flamand "Denken. Durven. Doen." ("Penser. Oser. Agir."), l'association lui demande de ne pas repousser encore la sortie du nucléaire.

Le Premier ministre Charles Michel s'en tient à la loi de sortie du nucléaire, qui prévoit la fermeture des réacteurs actuels en 2025, a-t-il indiqué mardi en marge de l'inauguration de la nouvelle ligne à haute tension Stevin construite par Elia.

L'étude publiée mercredi par Elia est "une bonne nouvelle" car elle confirme que la Belgique peut sortir du nucléaire en 2025, a réagi depuis Bonn, où se déroule actuellement la COP23, le chef de groupe Ecolo-Groen, Jean-Marc Nollet.

Sur proposition de son ministre de l'Energie Christophe Lacroix (PS), le gouvernement wallon a adopté mardi "une solution pour gérer la bulle des certificats verts, et même pour tourner définitivement la page dans ce dossier", explique jeudi dans L'Echo celui qui a hérité en janvier de cette compétence après la démission de Paul Furlan.

Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en Belgique Elia ne prévoit pas d'activer ses réserves stratégiques ce mardi afin de faire face aux pics de consommation attendus en fin d'après-midi, a-t-il indiqué à l'agence Belga mardi matin. La situation est cependant suivie de près et "on est à la limite", reconnait une porte-parole.