Les centres de nos villes sont à nouveau bondés, et la plupart des passants ne portent pas de masque. La moitié du pays voyage allègrement par-delà les frontières, bien que l'année dernière cela se soit avéré être une excellente recette pour de nouveaux foyers de coronavirus. De temps en temps, un expert surgit pour avertir que ce n'est pas fini, mais les politiciens sont heureux d'ouvrir les fenêtres et les portes et de donner un peu d'air aux gens. La rapidité et le succès de la campagne de vaccination, particulièrement en Flandre, ont donné l'impression que le virus était sous contrôle. Les débats sur la suite de la lutte portent sur la rapidité avec laquelle les mesures, telles que le port obligatoire du masque, peuvent être supprimées, et sur l'opportunité d'une troisième dose de vaccin, réservée ou non aux groupes les plus vulnérables.
...

Les centres de nos villes sont à nouveau bondés, et la plupart des passants ne portent pas de masque. La moitié du pays voyage allègrement par-delà les frontières, bien que l'année dernière cela se soit avéré être une excellente recette pour de nouveaux foyers de coronavirus. De temps en temps, un expert surgit pour avertir que ce n'est pas fini, mais les politiciens sont heureux d'ouvrir les fenêtres et les portes et de donner un peu d'air aux gens. La rapidité et le succès de la campagne de vaccination, particulièrement en Flandre, ont donné l'impression que le virus était sous contrôle. Les débats sur la suite de la lutte portent sur la rapidité avec laquelle les mesures, telles que le port obligatoire du masque, peuvent être supprimées, et sur l'opportunité d'une troisième dose de vaccin, réservée ou non aux groupes les plus vulnérables.Pendant ce temps, les scientifiques spéculent sur ce qui nous attend. Il existe trois scénarios possibles. Le plus favorable est que le virus disparaisse. Le pire scénario, c'est qu'il faudra des années pour s'en débarrasser. On établit souvent le parallèle avec la grippe espagnole qui, en 1918, a fait des ravages dans une population affaiblie par la Première Guerre mondiale. Ce virus n'a jamais complètement disparu. Il a encore connu des poussées mortelles en 1928 et à partir de 1934. Cependant, à l'époque, il n'existait pas de vaccin contre ce virus. Une maladie infantile inoffensiveLa plupart des scientifiques partent du principe qu'un scénario intermédiaire est le plus probable. Dans ce scénario, le coronavirus devient temporairement quelque chose comme un virus de la grippe, qui émergera principalement en hiver sans causer de problèmes majeurs, surtout si des vaccins efficaces continuent d'être disponibles. Chaque année, il tuera des gens, mais la grippe aussi, et nous avons appris à vivre avec. Il n'y a pas de consensus sur l'ampleur du tribut que nous sommes prêts à accepter. Aucun décideur ne veut se prononcer à ce sujet. La limite sera déterminée insidieusement, principalement par le virus lui-même.Une simulation intrigante publiée dans la revue Science Advances établit un parallèle avec ce qui est arrivé à la grippe dite russe qui a frappé le monde durant l'hiver 1889-1890 et fait de nombreuses victimes. Elle a finalement muté en une maladie infantile pratiquement inoffensive, car les petits enfants étaient les seuls à ne pas avoir de résistance à cette maladie. Les recherches menées par le groupe du plus célèbre virologue de Flandre, Marc Van Ranst, ont montré il y a quelque temps qu'il ne s'agissait probablement pas d'un virus de la grippe, mais de l'un des quatre coronavirus qui circulent actuellement dans l'humanité. Malheureusement, un élément crucial du déroulement des événements à l'époque n'est pas connu : le temps qu'il a fallu à la grippe russe pour passer du statut de pandémie à celui de maladie infantile.La grande revue spécialisée Nature a consacré une analyse à la question des enfants dans la crise de coronavirus. Le variant delta du virus, hautement contagieux, qui est la principale source d'infection dans le monde depuis plusieurs semaines, touche également davantage les enfants que les variants précédents. Ils peuvent donc servir de réservoir au virus, dans lequel il peut survivre, surtout si les enfants ne sont pas vaccinés à grande échelle. Dans le pire des cas, le virus muterait de telle sorte qu'il s'adapterait mieux à la vie des enfants.Le variant delta rend également les enfants plus facilement malades après l'infection, mais les chiffres concernant l'incidence de l'hospitalisation et le risque d'effets à long terme ("long covid") chez les enfants sont très éloignés. Tout dépend de la façon dont vous définissez "gravement malade". S'il s'agit de symptômes simples, comme la fatigue, qui sont encore visibles plusieurs mois après l'infection, la fréquence de la "maladie à long terme" peut atteindre plus d'un tiers des enfants infectés. Les critiques mettent toutefois en garde contre le fait que ces symptômes sont souvent dus davantage à la peur d'être malade qu'à l'infection elle-même. Toutefois, lorsqu'il s'agit de réactions inflammatoires graves nécessitant une hospitalisation, seuls 0,14 % des enfants infectés sont concernés, selon une étude parue dans EClinicalMedicine. C'est un monde de différence.Nos concitoyens d'abord On s'accorde de plus en plus à dire que 1 % des enfants infectés souffriraient pendant assez longtemps. La discussion porte ensuite sur la question de savoir si c'est beaucoup ou peu. Elle est très importante, entre autres, pour décider si les enfants doivent être vaccinés contre le coronavirus. En Flandre, la vaccination des adolescents est un grand succès, d'autant plus qu'elle leur donne accès à des activités sociales et rendra probablement la vie scolaire plus agréable. La vaccination des enfants, qui sont encore beaucoup moins sensibles au virus que les adultes, a également donné lieu à un débat éthique sur la question de savoir si nous ne devrions pas d'abord vacciner massivement les adultes dans les pays en développement, sachant que si nous ne contrôlons pas le virus dans ces pays, d'autres variants potentiellement dangereux du virus apparaîtront. Malheureusement, il est à craindre que le principe "nos concitoyens d'abord" ne prévale ici.L'éventuelle vaccination des enfants fait partie de la discussion sur une vie scolaire normale à partir de septembre. Le consensus est que la réouverture des écoles devrait être la grande priorité, d'autant plus que pour de nombreux enfants, une école est plus qu'un lieu où l'on enseigne. Nature et Science ont toutes deux publié cet été un aperçu de l'état des connaissances scientifiques sur ce sujet sensible. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, les écoles ne semblent pas être des lieux de super propagation virale, en tout cas pas si des mesures suffisantes sont prises comme le port de masques et une ventilation adéquate des salles de classe. Les inconvénients du maintien des écoles fermées l'emporteraient largement sur ceux de leur réouverture.C'est ainsi que la discussion se déplace vers une autre question délicate : quelles mesures devons-nous maintenir afin de minimiser le risque de nouvelles épidémies du virus en général ? Une analyse parue dans New Scientist met en évidence l'imprévisibilité du comportement des gens lorsqu'on leur laisse la liberté de décider de ce qu'ils veulent faire. Il est clair que le virus fait tellement peur à de nombreuses personnes qu'elles restent automatiquement chez elles et redoublent de prudence lorsqu'elles doivent se rendre au magasin, par exemple. La poignée de main ou la bise en guise de salutation semble temporairement bannie du comportement standard.Mais que se passera-t-il quand les gens penseront que le virus est sous contrôle ? Continueront-ils à porter des masques dans les lieux bondés, d'autant plus qu'il a été démontré de manière irréfutable que ces masques sont très utiles pour prévenir la transmission virale ? Continueront-ils à observer la quarantaine s'ils présentent des symptômes d'infection, s'ils pensent que la plupart des personnes de leur entourage ont été vaccinées ? Continueront-ils à travailler à domicile s'ils sont autorisés à retourner sur leur lieu de travail, sachant que le lieu de travail a sans doute été l'élément le plus important de la propagation virale locale lors de la deuxième vague du virus ? Vont-ils tricher avec les laissez-passer et les certificats Corona, et maintenir ainsi le virus en vie plus longtemps ? Ce sont des facteurs qui permettront de déterminer si nous devons faire face à de nouvelles poussées du virus.Une vague de sortieCompte tenu de la rationalité limitée du comportement de l'individu moyen, il semble très probable que nous devrons passer par au moins une autre "vague de sortie" du virus avant de le réduire à un niveau "semblable à celui de la grippe". Certaines personnes naïves espèrent encore qu'une immunité de groupe est possible, c'est-à-dire qu'une si grande proportion de personnes est immunologiquement protégée que le virus disparaît de lui-même. Cette option a été définitivement balayée par le variant delta contagieux, par le fait que même chez nous, il y a des gens qui ne veulent pas être vaccinés, et par le manque de volonté du monde occidental d'investir dans une vaccination rapide des pays en développement.Dans une mise en garde publiée dans la revue spécialisée Virulence, les experts affirment que nous sommes dans une sorte de course aux armements avec le virus, où il n'y a pas encore de vainqueur. Grâce aux mesures de distanciation sociale et aux vaccinations, nous avons pu rester à la même hauteur que le virus, qui a doublé son pouvoir infectieux au cours de l'année écoulée grâce à l'évolution du variant alpha, puis du variante delta. Nous avons réussi à maîtriser le nombre d'hospitalisations et de décès, car les vaccins contre le virus original semblent être en mesure de contrecarrer les pires effets de l'infection par le variant delta. On peut donc espérer que les nouveaux variants du virus ne changeront pas radicalement la donne, d'autant que de nouveaux variants de vaccins sont également en préparation. Personne ne sait où se trouve la ligne d'arrivée de la course.Malgré le flot de rapports sur l'affaiblissement de l'immunité après une infection ou une vaccination, des nouvelles rassurantes ont été publiées dans la littérature scientifique ces dernières semaines : notre résistance au coronavirus semble bien se maintenir, tant après une infection qu'après une vaccination. Il va de soi que la protection accumulée par les anticorps dans le sang commence à s'estomper au bout de quelques mois, mais Science et Nature ont toutes deux souligné que la "mémoire" du système immunitaire d'une vaccination ou d'une infection par un coronavirus reste probablement intacte pendant des années. Elle peut même durer toute la vie - les patients atteints du coronavirus qui a brièvement frappé l'humanité en 2003 ont encore des anticorps actifs dans leur sang dix-sept ans après les faits. La mémoire augmente les chances d'une réponse rapide en cas de nouvelle infection.La vaccination ne protégera pas complètement tout le monde, et le système immunitaire de chaque individu n'est pas aussi efficace, mais la teneur des messages des deux revues scientifiques est positive : ils supposent que la plupart des gens peuvent développer une immunité à long terme contre le virus. L'immunité acquise contre une variante du virus semble également être efficace contre d'autres variants, du moins en partie, ce qui peut être suffisant pour éviter des symptômes graves et des hospitalisations. La réaction de notre système immunitaire contre les variants de coronavirus est, selon les termes de Science, "d'une puissance impressionnante".En outre, selon Nature, les scientifiques sont sur la piste d'un "super anticorps" efficace non seulement contre un large éventail de variantes du coronavirus actuel, mais aussi contre des virus apparentés. On pense qu'il s'agit d'une partie de la protéine que le virus utilise pour infecter les cellules, qui n'avait pas été détectée auparavant, car elle était bien cachée. Cette découverte est peut-être un tremplin pour la mise au point d'un super-vaccin efficace contre une grande variété de virus. Il est heureux que le coronavirus puisse se multiplier si rapidement que, pour se maintenir, il n'a pas besoin d'interventions pour contourner nos défenses - c'est le cas du virus du sida contre lequel il n'existe toujours pas de vaccin.Deuxième contaminationLes recherches montrent qu'une seconde infection de la même personne par le coronavirus est rare, même dans les endroits où la vaccination n'est pas encore répandue. Une étude menée dans des maisons de soins résidentielles britanniques a révélé que 2 % des résidents étaient infectés une seconde fois. Selon les résultats publiés dans The Lancet Healthy Longevity, aucune de ces personnes n'a dû être hospitalisée. Une deuxième infection est généralement beaucoup moins grave que la première.Mais l'étude a été menée avant que le variant delta ne conquière le monde. Un rapport récent paru dans Science sur l'expérience d'Israël - le numéro un mondial de la vaccination rapide - donne à réfléchir : malgré la couverture vaccinale élevée, le nombre d'admissions à l'hôpital pour cause d'infection au coronavirus augmente rapidement. Les personnes âgées qui ont été vaccinées l'hiver dernier sont particulièrement vulnérables. Le variant delta met à l'épreuve leur résistance faiblissante.Les maisons de retraite resteront un talon d'Achille dans la lutte contre le coronavirus. La résistance des personnes diminue avec l'âge, et l'effet de la vaccination est plus faible chez les personnes dont la résistance est réduite. Les gestionnaires de maisons de retraite devront donc réfléchir soigneusement aux risques qu'ils sont prêts à prendre pour leurs résidents. Nulle part ailleurs, l'équilibre entre le bien-être social d'une part et le risque d'infections graves d'autre part n'est plus précaire que dans les maisons de repos.Heureusement, nous pouvons compter sur la communauté scientifique pour ne pas s'endormir sur nos lauriers maintenant que nous sommes en bonne voie pour contenir le coronavirus. Des signes concrets indiquent que des médicaments efficaces sont en cours de développement, ce qui permettra au moins d'éviter l'hospitalisation des personnes vulnérables infectées. Il y a également une recherche fébrile de médicaments antiviraux polyvalents qui peuvent également être utilisés pour traiter les infections par de nouveaux virus. Car il est clair que nous devrons rester vigilants. Vigilants aux foyers de variants du coronavirus actuel et de nouveaux virus. La virologie restera une composante essentielle de l'être humain. Nous devrons non seulement apprendre à vivre avec les virus, mais aussi avec les virologues.