Joies de l'hiver sanitaire: Covid, rhume et grippe circulent parallèlement. Or les symptômes de ces trois maladies se chevauchent souvent. Dès lors, comment faire la distinction ? Autant le préciser d'emblée, il est en réalité très difficile, voire impossible, de déterminer simplement à partir des symptômes s'il s'agit d'un rhume, d'une grippe ou du covid. Néanmoins certains signes doivent plus inquiéter que d'autres. Le point.

Le rhume, en réalité une rhinopharyngite, est très fréquent dès le début de l'automne, lorsque les températures commencent à diminuer. Et ses premiers symptômes (nez qui coule, mal de gorge, toux...) ressemblent désormais à ceux du Covid. Ce qui n'a, finalement, rien de surprenant puisqu'il s'agit de symptômes typiques d'infections de la sphère ORL et que le covid et les virus responsables de la rhinopharyngite (il en existe une centaine) passent tous les deux par le nez avant de descendre vers les bronches.

Néanmoins voici trois symptômes que l'on ne retrouve que chez le covid (à de très rares exceptions près):

  • une perte subite de l'odorat et/ou du goût sans avoir le nez bouché. On peut aussi avoir des écoulements nasaux, mais sans que son nez ne soit bouché.
  • des problèmes dermatologiques de types éruptions cutanés ou purpura.
  • les diarrhées (qui sont quasi inexistantes lors d'un rhume et rares en cas de grippe).

Par contre, un simple mal de gorge peut être simplement synonyme d'angine ou de pharyngite.

Selon une enquête menée par l'Organisation mondiale de la santé auprès de 55 924 patients en Chine, les symptômes les plus courants pour le covid sont la fièvre (88 %) et la toux sèche (68 %), suivis de la fatigue (38 %), de l'expectoration de mucosités (33 %) et de l'essoufflement (19 %). Environ 1 patient sur 7 se plaint de maux de gorge, de maux de tête et de douleurs musculaires ; 1 patient sur 20 souffre de nausées ou de congestion nasale. Les diarrhées (4 %) et les crachats de sang (1 %) sont encore plus rares.

La forme légère est la plus répandue

Le diagnostic est aujourd'hui rendu encore plus difficile par le fait que, grâce à la campagne de vaccination, la forme la plus courante du Covid est sa forme légère. Les personnes infectées ne ressentent pas ou peu de symptômes. La plupart n'ont qu'une toux sèche et une fièvre légère et, parfois, des yeux un peu larmoyants.

Getty
© Getty

Période d'incubation et durée différente pour le rhume et le covid

L'incubation est de 2-3 jours pour la rhinopharyngite contre 5-8 jours pour le covid. En théorie, le système immunitaire vient à bout d'une rhinopharyngite en une semaine alors que pour le covid cela peut être plus long, voire beaucoup plus long. Par contre, comme pour le covid, il n'existe pas de médicaments contre les très nombreux virus responsables du rhume. On ne peut donc que soulager les symptômes.

Le coronavirus semble évoluer en permanence. L'apparition du variant Delta faisait également état de symptômes différents par rapport à ceux classiquement répertoriés. Le variant Omicron ne devrait pas faire exception. Il semble y avoir une différence entre les symptômes signalés par les personnes vaccinées et les personnes non vaccinées. Selon une étude à grande échelle, pour les personnes non vaccinées, les cinq symptômes les plus courants sont les maux de tête, les maux de gorge, l'écoulement nasal, la fièvre et une toux persistante. Ceux-ci correspondent au variant Delta, désormais majoritaire en Europe. Pour les personnes vaccinées, l'étude distingue les symptômes après l'injection d'une dose et de deux doses.

Chez ceux qui ont reçu une dose de vaccin, les symptômes les plus courants sont des maux de tête, un écoulement nasal, des maux de gorge, des éternuements et une toux persistante. "Non seulement l'ordre est différent, mais la fièvre n'est plus dans le top cinq et a été remplacée par un nouveau symptôme : les éternuements", note De Morgen, qui analyse les résultats des recherches. Ceux qui ont été complètement vaccinés (deux doses, ou une dose pour Johnson & Johnson) signalent des maux de tête, un écoulement nasal, des éternuements, des maux de gorge et une perte d'odorat comme symptômes les plus courants. "Cette fois, non seulement la fièvre, mais aussi la toux persistante ont disparu de la liste. La perte de l'odorat - un symptôme de la souche originelle du coronavirus - fait une réapparition. Les éternuements sont un nouveau symptôme ici aussi", résume De Morgen. "Si vous avez été vacciné et que vous commencez soudainement à éternuer beaucoup sans raison apparente, il est préférable de faire un test Corona", recommandent les chercheurs. "Les éternuements sont un des principaux vecteurs de propagation du virus", rappelle l'étude.

Et chez les enfants ?

Plus encore que chez les adultes, chez les enfants les principaux symptômes du covid peuvent faire penser à une grippe, une bronchiolite, une gastro-entérite ou même un rhume. Si l'apparition du variant Delta, plus contagieux, a déclenché plus de symptômes chez les jeunes, la majorité reste tout de même asymptomatique. En général, les symptômes des enfants restent donc souvent très discrets et peu sévères. La toux et la gêne respiratoire provoquées par le covid ne sont, par exemple, pas faciles à distinguer de celles occasionnées par une bronchiolite.

Un test n'est préconisé pour les enfants que s'il y a des symptômes (fièvre, gêne respiratoire, toux, problèmes digestifs) et/ou s'il y a eu un contact avec un cas avéré.

Getty
© Getty

On conseille par contre de surveiller la toux et le nez qui coule chez les jeunes enfants, car cela peut aussi être la bronchiolite. Chaque année, c'est 30 % des enfants de moins de deux ans qui sont affectés par cette maladie qui est une infection virale respiratoire qui touche les bronchioles, situées à l'extrémité des bronches. Elle se manifeste par une respiration rapide et sifflante. Cette maladie est la plupart du temps bénigne, mais peut demander, dans certains cas, une hospitalisation, particulièrement chez les tout petits.

Joies de l'hiver sanitaire: Covid, rhume et grippe circulent parallèlement. Or les symptômes de ces trois maladies se chevauchent souvent. Dès lors, comment faire la distinction ? Autant le préciser d'emblée, il est en réalité très difficile, voire impossible, de déterminer simplement à partir des symptômes s'il s'agit d'un rhume, d'une grippe ou du covid. Néanmoins certains signes doivent plus inquiéter que d'autres. Le point.Le rhume, en réalité une rhinopharyngite, est très fréquent dès le début de l'automne, lorsque les températures commencent à diminuer. Et ses premiers symptômes (nez qui coule, mal de gorge, toux...) ressemblent désormais à ceux du Covid. Ce qui n'a, finalement, rien de surprenant puisqu'il s'agit de symptômes typiques d'infections de la sphère ORL et que le covid et les virus responsables de la rhinopharyngite (il en existe une centaine) passent tous les deux par le nez avant de descendre vers les bronches. Néanmoins voici trois symptômes que l'on ne retrouve que chez le covid (à de très rares exceptions près):Par contre, un simple mal de gorge peut être simplement synonyme d'angine ou de pharyngite. Le diagnostic est aujourd'hui rendu encore plus difficile par le fait que, grâce à la campagne de vaccination, la forme la plus courante du Covid est sa forme légère. Les personnes infectées ne ressentent pas ou peu de symptômes. La plupart n'ont qu'une toux sèche et une fièvre légère et, parfois, des yeux un peu larmoyants. Le coronavirus semble évoluer en permanence. L'apparition du variant Delta faisait également état de symptômes différents par rapport à ceux classiquement répertoriés. Le variant Omicron ne devrait pas faire exception. Il semble y avoir une différence entre les symptômes signalés par les personnes vaccinées et les personnes non vaccinées. Selon une étude à grande échelle, pour les personnes non vaccinées, les cinq symptômes les plus courants sont les maux de tête, les maux de gorge, l'écoulement nasal, la fièvre et une toux persistante. Ceux-ci correspondent au variant Delta, désormais majoritaire en Europe. Pour les personnes vaccinées, l'étude distingue les symptômes après l'injection d'une dose et de deux doses. Chez ceux qui ont reçu une dose de vaccin, les symptômes les plus courants sont des maux de tête, un écoulement nasal, des maux de gorge, des éternuements et une toux persistante. "Non seulement l'ordre est différent, mais la fièvre n'est plus dans le top cinq et a été remplacée par un nouveau symptôme : les éternuements", note De Morgen, qui analyse les résultats des recherches. Ceux qui ont été complètement vaccinés (deux doses, ou une dose pour Johnson & Johnson) signalent des maux de tête, un écoulement nasal, des éternuements, des maux de gorge et une perte d'odorat comme symptômes les plus courants. "Cette fois, non seulement la fièvre, mais aussi la toux persistante ont disparu de la liste. La perte de l'odorat - un symptôme de la souche originelle du coronavirus - fait une réapparition. Les éternuements sont un nouveau symptôme ici aussi", résume De Morgen. "Si vous avez été vacciné et que vous commencez soudainement à éternuer beaucoup sans raison apparente, il est préférable de faire un test Corona", recommandent les chercheurs. "Les éternuements sont un des principaux vecteurs de propagation du virus", rappelle l'étude.Plus encore que chez les adultes, chez les enfants les principaux symptômes du covid peuvent faire penser à une grippe, une bronchiolite, une gastro-entérite ou même un rhume. Si l'apparition du variant Delta, plus contagieux, a déclenché plus de symptômes chez les jeunes, la majorité reste tout de même asymptomatique. En général, les symptômes des enfants restent donc souvent très discrets et peu sévères. La toux et la gêne respiratoire provoquées par le covid ne sont, par exemple, pas faciles à distinguer de celles occasionnées par une bronchiolite. Un test n'est préconisé pour les enfants que s'il y a des symptômes (fièvre, gêne respiratoire, toux, problèmes digestifs) et/ou s'il y a eu un contact avec un cas avéré.On conseille par contre de surveiller la toux et le nez qui coule chez les jeunes enfants, car cela peut aussi être la bronchiolite. Chaque année, c'est 30 % des enfants de moins de deux ans qui sont affectés par cette maladie qui est une infection virale respiratoire qui touche les bronchioles, situées à l'extrémité des bronches. Elle se manifeste par une respiration rapide et sifflante. Cette maladie est la plupart du temps bénigne, mais peut demander, dans certains cas, une hospitalisation, particulièrement chez les tout petits.