De nombreux médecins et infirmiers qui travaillent dans les hôpitaux ne disposent pas de suffisamment de masques pour se protéger des patients atteints de coronavirus. Les masques commandés par le gouvernement n'arriveront pas. L'entreprise de Turquie qui devait livrer des masques à la Belgique fait l'objet d'une enquête pour fraude.

Dans ce contexte de crise, afin de prévenir une pénurie, imminente, de masques buccaux, le virologue Marc Van Ranst - membre du comité scientifique spécialement créé pour conseiller les autorités sur le coronavirus - appelle les citoyens à remettre les stocks qu'ils ont achetés aux hôpitaux. Il emboîte ainsi le pas au porte-parole interfédéral francophone Emmanuel André, qui lançait le même appel, dimanche soir.

Sur Twitter, le chef du département de microbiologie de la KU Leuven lance un appel solidaire: "Chers amis, vous avez acheté massivement des masques buccaux chez le pharmacien. Nos infirmières et nos médecins ont maintenant vraiment besoin de ces masques. Pourriez-vous déposer ces boîtes à la réception de l'hôpital le plus proche de chez vous ? C'est ainsi que vous aiderez réellement les personnes qui travaillent dans les soins de santé !"

Le docteur Van Ranst a ensuite précisé que "pour les citoyens qui marchent dans la rue, ces masques ne servent à rien. Pour les infirmières et les médecins qui sauvent la vie des patients du COVID19, les masques sont essentiels".

Lire aussi:Coronavirus: Alibaba envoie 500 000 masques en Belgique

Le virologue Marc Van Ranst avait déjà évoqué plus tôt dans la journée le fait que la fenêtre de livraison était en train de se fermer. "Pourtant, nous avons vraiment besoin de ces masques. Nous faisons face à un gros problème", a-t-il alerté.

Le porte-parole interfédéral covid-19 Emmanuel André avait déjà exhorté la population avec un message similaire, dimanche soir: "Chers amis qui avez acheté des masques en quantité ces dernières semaines: apportez les à vos hôpitaux et vos médecins. Ce geste citoyen les protègera, et vos soignants pourront mieux vous protéger et vous soigner."

Entretemps, la ministre de la Santé Maggie De Block dit "travailler à d'autres pistes". "Nous attendons une première cargaison limitée de masques au début de la semaine prochaine. Ceux-ci seront répartis entre nos prestataires de soin. Nous avons en outre différents contacts avec d'autres fournisseurs qui s'accélèrent à présent", affirme Maggie De Block.

La Belgique avait effectué cette commande, comprenant différents matériels de protection pour un montant de cinq millions d'euros, dans le cadre d'un achat groupé européen, il y a plusieurs semaines. Les produits étaient destinés aux généralistes et aux hôpitaux.

Un autre livraison, bien moindre, devrait arriver dans les jours à venir.

De nombreux médecins et infirmiers qui travaillent dans les hôpitaux ne disposent pas de suffisamment de masques pour se protéger des patients atteints de coronavirus. Les masques commandés par le gouvernement n'arriveront pas. L'entreprise de Turquie qui devait livrer des masques à la Belgique fait l'objet d'une enquête pour fraude. Dans ce contexte de crise, afin de prévenir une pénurie, imminente, de masques buccaux, le virologue Marc Van Ranst - membre du comité scientifique spécialement créé pour conseiller les autorités sur le coronavirus - appelle les citoyens à remettre les stocks qu'ils ont achetés aux hôpitaux. Il emboîte ainsi le pas au porte-parole interfédéral francophone Emmanuel André, qui lançait le même appel, dimanche soir.Sur Twitter, le chef du département de microbiologie de la KU Leuven lance un appel solidaire: "Chers amis, vous avez acheté massivement des masques buccaux chez le pharmacien. Nos infirmières et nos médecins ont maintenant vraiment besoin de ces masques. Pourriez-vous déposer ces boîtes à la réception de l'hôpital le plus proche de chez vous ? C'est ainsi que vous aiderez réellement les personnes qui travaillent dans les soins de santé !" Le docteur Van Ranst a ensuite précisé que "pour les citoyens qui marchent dans la rue, ces masques ne servent à rien. Pour les infirmières et les médecins qui sauvent la vie des patients du COVID19, les masques sont essentiels".Lire aussi:Coronavirus: Alibaba envoie 500 000 masques en Belgique Le virologue Marc Van Ranst avait déjà évoqué plus tôt dans la journée le fait que la fenêtre de livraison était en train de se fermer. "Pourtant, nous avons vraiment besoin de ces masques. Nous faisons face à un gros problème", a-t-il alerté.Le porte-parole interfédéral covid-19 Emmanuel André avait déjà exhorté la population avec un message similaire, dimanche soir: "Chers amis qui avez acheté des masques en quantité ces dernières semaines: apportez les à vos hôpitaux et vos médecins. Ce geste citoyen les protègera, et vos soignants pourront mieux vous protéger et vous soigner."Entretemps, la ministre de la Santé Maggie De Block dit "travailler à d'autres pistes". "Nous attendons une première cargaison limitée de masques au début de la semaine prochaine. Ceux-ci seront répartis entre nos prestataires de soin. Nous avons en outre différents contacts avec d'autres fournisseurs qui s'accélèrent à présent", affirme Maggie De Block.La Belgique avait effectué cette commande, comprenant différents matériels de protection pour un montant de cinq millions d'euros, dans le cadre d'un achat groupé européen, il y a plusieurs semaines. Les produits étaient destinés aux généralistes et aux hôpitaux. Un autre livraison, bien moindre, devrait arriver dans les jours à venir.