Depuis le début de la pandémie en Belgique, 1.149.869 cas d'infection au coronavirus ont été diagnostiqués.

Le nombre de nouveaux cas continue à augmenter sur la période du 3 au 9 août par rapport à la période précédente de 7 jours. Cette augmentation est lente, mais continue et reste plus marquée pour les groupes d'âge 10 - 19 et 20 - 39 ans, et ceci davantage en région Bruxelloise.

Sur la même période, 3,1 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus (-19%), portant le bilan à 25.287 morts depuis le début de la pandémie en Belgique. Les décès rapportés ont principalement eu lieu à l'hôpital.

Près de 48.000 tests en moyenne ont également été effectués quotidiennement, pour un taux de positivité de 4,2%. Le nombre de tests effectués reste le plus élevé dans les groupes d'âge des 10-19 et 20-39 ans.

Entre le 7 et le 13 août, il y a eu en moyenne 54,4 admissions à l'hôpital par jour pour cause de coronavirus, soit une hausse de 33% par rapport à la période de référence précédente. Au total, 495 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 136 patients traités en soins intensifs. Cette augmentation est plus marquée dans la région Bruxelloise.

Le taux de reproduction du virus est quant à lui de 1,22. Lorsqu'il est supérieur à 1, cet indicateur signifie que l'épidémie tend à s'accélérer. L'incidence, qui renseigne le nombre de nouveaux cas pour 100.000 habitants, atteint 213,2 sur 14 jours.

Bilan covid en infographies

Le Vif a réalisé quelques infographies pour expliquer l'évolution de la pandémie en Belgique :

Pas d'inquiétude, mais on reste vigilant

Malgré la progression constante de l'épidémie en Belgique - augmentation du nombre de cas, du nombre d'admissions à l'hôpital et du taux de reproduction du virus, il ne faut pas trop s'en préoccuper pour l'instant, estime l'épidémiologiste Yves Coppieters. Tant que le taux de mortalité n'augmente pas, pas de quoi tirer la sonnette d'alarme, même s'il "faut rester vigilant", insiste l'expert.

Selon lui, "il faut surtout comprendre les caractéristiques des personnes hospitalisées." En dressant le portrait des personnes aujourd'hui atteintes du covid - lesquelles sont vaccinées, avec quel vaccin... - cela permettra d'analyser l'efficacité vaccinale, et surtout de savoir si la situation est grave ou non.

Depuis le début de la pandémie en Belgique, 1.149.869 cas d'infection au coronavirus ont été diagnostiqués. Le nombre de nouveaux cas continue à augmenter sur la période du 3 au 9 août par rapport à la période précédente de 7 jours. Cette augmentation est lente, mais continue et reste plus marquée pour les groupes d'âge 10 - 19 et 20 - 39 ans, et ceci davantage en région Bruxelloise.Sur la même période, 3,1 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus (-19%), portant le bilan à 25.287 morts depuis le début de la pandémie en Belgique. Les décès rapportés ont principalement eu lieu à l'hôpital.Près de 48.000 tests en moyenne ont également été effectués quotidiennement, pour un taux de positivité de 4,2%. Le nombre de tests effectués reste le plus élevé dans les groupes d'âge des 10-19 et 20-39 ans.Entre le 7 et le 13 août, il y a eu en moyenne 54,4 admissions à l'hôpital par jour pour cause de coronavirus, soit une hausse de 33% par rapport à la période de référence précédente. Au total, 495 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 136 patients traités en soins intensifs. Cette augmentation est plus marquée dans la région Bruxelloise.Le taux de reproduction du virus est quant à lui de 1,22. Lorsqu'il est supérieur à 1, cet indicateur signifie que l'épidémie tend à s'accélérer. L'incidence, qui renseigne le nombre de nouveaux cas pour 100.000 habitants, atteint 213,2 sur 14 jours.Le Vif a réalisé quelques infographies pour expliquer l'évolution de la pandémie en Belgique :Malgré la progression constante de l'épidémie en Belgique - augmentation du nombre de cas, du nombre d'admissions à l'hôpital et du taux de reproduction du virus, il ne faut pas trop s'en préoccuper pour l'instant, estime l'épidémiologiste Yves Coppieters. Tant que le taux de mortalité n'augmente pas, pas de quoi tirer la sonnette d'alarme, même s'il "faut rester vigilant", insiste l'expert. Selon lui, "il faut surtout comprendre les caractéristiques des personnes hospitalisées." En dressant le portrait des personnes aujourd'hui atteintes du covid - lesquelles sont vaccinées, avec quel vaccin... - cela permettra d'analyser l'efficacité vaccinale, et surtout de savoir si la situation est grave ou non.