Sinopharm est le premier pharmacien chinois à communiquer des chiffres concernant l'efficacité d'un vaccin en préparation. Les autorités chinoises n'en ont pas moins commencé à vacciner plus d'un million de personnes à l'aide de produits qu'elles n'ont pas encore formellement validés.

Dans un communiqué, Sinopharm a fait état d'un taux d'efficacité de 79,43% pour ce produit mis au point par le laboratoire CNBG à Pékin. Ce chiffre est inférieur à ceux des vaccins des laboratoires Pfizer/BioNTech (95%) et Moderna (94,1%). Le britannique Astrazeneca, associé à l'Université d'Oxford, a pour sa part revendiqué un taux d'efficacité de 70%, mais qui pourrait atteindre 100% avec deux doses.

La Chine, où le nouveau coronavirus a fait son apparition il y a un an, a mis d'énormes moyens dans la mise au point de vaccins, dont elle a promis de faire "un bien public mondial". Le pays, qui a pratiquement enrayé l'épidémie sur son sol, a dû mener des tests cliniques dans des pays étrangers où la circulation du virus reste intense.

Cinq vaccins chinois sont ainsi en cours d'essais cliniques de phase 3. Sinopharm n'a pas spécifiquement précisé si ces essais étaient achevés pour ce premier vacccin. Le groupe a indiqué avoir déposé une demande d'homologation de ce premier vaccin auprès des autorités chinoises.

Sinopharm est le premier pharmacien chinois à communiquer des chiffres concernant l'efficacité d'un vaccin en préparation. Les autorités chinoises n'en ont pas moins commencé à vacciner plus d'un million de personnes à l'aide de produits qu'elles n'ont pas encore formellement validés.Dans un communiqué, Sinopharm a fait état d'un taux d'efficacité de 79,43% pour ce produit mis au point par le laboratoire CNBG à Pékin. Ce chiffre est inférieur à ceux des vaccins des laboratoires Pfizer/BioNTech (95%) et Moderna (94,1%). Le britannique Astrazeneca, associé à l'Université d'Oxford, a pour sa part revendiqué un taux d'efficacité de 70%, mais qui pourrait atteindre 100% avec deux doses.La Chine, où le nouveau coronavirus a fait son apparition il y a un an, a mis d'énormes moyens dans la mise au point de vaccins, dont elle a promis de faire "un bien public mondial". Le pays, qui a pratiquement enrayé l'épidémie sur son sol, a dû mener des tests cliniques dans des pays étrangers où la circulation du virus reste intense.Cinq vaccins chinois sont ainsi en cours d'essais cliniques de phase 3. Sinopharm n'a pas spécifiquement précisé si ces essais étaient achevés pour ce premier vacccin. Le groupe a indiqué avoir déposé une demande d'homologation de ce premier vaccin auprès des autorités chinoises.