Les hôpitaux bruxellois : une accalmie avant la tempête

Les places Covid-19 sont loin d'être saturées dans les hôpitaux bruxellois, qui renforcent leur capacité d'accueil en prévision de l'arrivée massive de personnes gravement infectées par le coronavirus, selon un coup de sonde effectué jeudi dans plusieurs grands hôpitaux de la région.

A l'hôpital Delta, cinq personnes testées positives au Covid-19 et 24 suspectées d'être affectées étaient dénombrées jeudi. Parmi ces patients, deux cas positifs et deux cas suspects sont pris en charge aux soins intensifs. "On a plusieurs centaines de lits disponibles étant donné que l'activité des hôpitaux a été drastiquement réduite, mais le problème se situe au niveau des places en soins intensifs", explique le directeur général administratif et financier du Centre Hospitalier Interrégional Edith Cavel (Chirec ), Dr Benoît Debande. "Il faut des respirateurs, mais aussi du personnel capable de les faire fonctionner. On est en train de faire des formations". Les places sont cependant loin d'être saturées à l'heure actuelle. "On a l'impression de connaître la mer calme avant le tsunami", continue le Dr Benoît Debande. "On voit le nombre de patients augmenter ces derniers jours. On doit être à l'aube du tsunami. On s'est organisés et on est prêts, mais on est un peu dans l'attente de la vague. L'inquiétude est de savoir quelle sera sa hauteur et il faudra tenir la longueur". Il remarque que le taux d'absentéisme monte également au sein du personnel, mais qu'il n'y a pas pour l'heure un problème de manque d'effectifs. Il précise encore que les masques sont réservés en priorité au personnel qui en ont le plus besoin en attendant que les commandes passées arrivent pour renflouer les stocks.

"Le nombre de patients positifs au coronavirus augmente progressivement, comme dans les autres hôpitaux, depuis quelques jours", estime Sylvain Bayet, chargé de communication aux cliniques universitaires Saint-Luc. "Comme le prévoit le plan PUH, le plan d'urgence hospitalier, mis en route samedi dernier, on renforce notre capacité d'accueil pour ces patients, mais la situation est sous contrôle et il n'y a pas de risque de saturation pour le moment". Jeudi, six patients étaient en soins intensifs sur quelque 50 places disponibles, auxquels s'ajoutent 15 patients dans les deux unités Covid-19". Au CHU Saint-Pierre, les patients affectés, ou suspectés de l'être, par le Covid-19 sont passés de 10 à 20 de mercredi à jeudi. Ils ont plus de 75 ans, sauf un senior un peu plus jeune qui souffre d'autres problèmes de santé. Jeudi, 11 d'entre eux étaient en soins intensifs et neufs étaient dans l'unité dédiée au virus qui dispose actuellement de 35 lits. Vendredi matin, 11 personnes confirmées pour le Covid-19 et 26 suspectées d'être infectées étaient hospitalisées à l'hôpital Erasme.

Des hôpitaux liégeois font appel aux dons

Face au manque de matériel auquel sont confrontés les hôpitaux, le CHR de la Citadelle (Liège) et le Centre Hospitalier du Bois de l'Abbaye (Seraing) lancent un appel aux dons auprès de la population.

"Nous avons actuellement besoin de masques, de gants, de gels hydroalcooliques, de grands gants de vétérinaires et de coupons de papier pour s'essuyer les mains", précise-t-on au CHR de la Citadelle. "Tout ce qui peut améliorer le confort et le bien-être de nos équipes est également le bienvenu." Une cellule spéciale a été mise sur pied pour gérer les offres qui émaneront de la population ainsi que les besoins.

Toute personne souhaitant apporter son aide est invitée à se manifester par téléphone au 04/321 55 60 ou via l'adresse e-mail conciergerie@chrcitadelle.be.

Un appel à la solidarité a également été lancé du côté du Centre Hospitalier du Bois de l'Abbaye, à Seraing. La demande, ici, porte en priorité sur du matériel de protection, des masques (chirurgicaux, de soins et FFP2), des blouses d'isolement et lunettes de protection. L'appel s'adresse au secteur de l'industrie et à diverses professions (esthéticienne, tatoueur, peintre...) où l'on pourrait disposer de ce type de matériel qui ne serait pas utile dans l'immédiat. "Il s'agit d'assurer non seulement la meilleure prise en charge possible des patients mais aussi la protection du personnel de soins et des services supports exposés en première ligne", souligne-t-on au Centre Hospitalier du Bois de l'Abbaye. Infos: 0476/76 19 38 ou par mail v.lacroix@chba.be.

Les hôpitaux du Luxembourg prêts à accueillir les patients aux urgences

L'intercommunale Vivalia, gestionnaire des quatre hôpitaux de la province de Luxembourg (Arlon, Bastogne, Libramont et Marche-en-Famenne), a pris les dispositions afin de pouvoir accueillir dès ce week-end les patients suspectés d'être infectés par le coronavirus et ce en les séparant des patients se présentant pour une autre pathologie. Un premier tri sera mis en place dès l'entrée aux urgences sur chaque site hospitalier. Le premier poste médical avancé de la province de Luxembourg, aménagé dans le cadre de la pandémie du coronavirus, est opérationnel depuis jeudi après-midi à la clinique de Bastogne où des tentes ont été installées afin de pouvoir accueillir les patients à l'entrée des urgences.

Ces postes avancés sont en cours d'aménagement sur les sites hospitaliers d'Arlon, Libramont et Marche, et un premier "pré-tri" y sera organisé notamment dans des bus habituellement dédiés à des contrôles de la médecine du travail. "Il est important de pouvoir séparer directement les patients pris en charge pour le coronavirus des autres. Tout un protocole a déjà été établi", explique le docteur Jérôme Jobé, directeur médical Covid-19 au sein de Vivalia. Les équipes de médecins hospitaliers et d'infirmiers recevront aussi l'appui des médecins généralistes. "Nous pouvons constater que la consigne de se tourner d'abord vers son médecin généraliste par téléphone est très bien suivie en province de Luxembourg, région où la plupart des habitants ont un médecin traitant", constate le docteur Jobé. Le soutien des généralistes est prévu afin de pouvoir poser un diagnostic médical pour les personnes se rendant notamment directement aux urgences sans contact téléphonique préalable. Sur le plan opérationnel, Vivalia dit être être prête. "Nous ne sommes pas en manque de personnel et sommes à 100% opérationnels, déclare Olivier Binet, directeur général adjoint de l'intercommunale. Nous avons une cellule de crise au sein de Vivalia et une cellule sur chaque site. Des renforts sont également possibles d'un site à l'autre. Nous sommes autonomes avec nos laboratoires et nos scanners."

La direction de Vivalia estime également que la capacité hospitalière devrait permettre de pouvoir gérer les flux de patients, qui selon les prévisions devraient commencer à se présenter à partir de ce week-end, et ce grâce à 40 lits de soins intensifs répartis sur les quatre hôpitaux et pouvant être complétés par 7 ou 8 lits d'habitude réservés aux salles de réveil sur chaque site. Vivalia confirme avoir déjà admis des patients positifs au coronavirus mais ne donne aucun chiffre en vertu du secret médical.

La Louvière organise un centre de soins pour soutenir les hôpitaux et les généralistes

La Louvière met en place un centre local de soins en collaboration avec les médecins de première ligne. Le dispositif a pour objectif de libérer les services des urgences des deux hôpitaux locaux, ont indiqué jeudi les autorités de la ville. Le centre sera opérationnel dès le prochain week-end.

Les partenaires de la Cellule de Sécurité de La Louvière ont décidé de mettre leurs efforts en commun pour offrir les meilleures conditions d'accueil aux patients et permettre de libérer les services des urgences des deux hôpitaux pour les cas les plus critiques. Le centre local de soins sera opérationnel dès le week-end. Pour y accéder, il est impératif d'y être orienté soit par son médecin traitant, soit en appelant exclusivement le numéro spécial de crise 064 27 78 00 qui orientera le patient vers une consultation médicale téléphonique.

Les patients seront orientés en fonction de leurs symptômes vers une consultation générale ou vers une consultation Covid-19. Ce n'est qu'après ce dernier avis médical que le patient sera éventuellement, si son état le requiert, orienté vers l'un des hôpitaux régionaux du Tivoli ou de Jolimont.

Les places Covid-19 sont loin d'être saturées dans les hôpitaux bruxellois, qui renforcent leur capacité d'accueil en prévision de l'arrivée massive de personnes gravement infectées par le coronavirus, selon un coup de sonde effectué jeudi dans plusieurs grands hôpitaux de la région.A l'hôpital Delta, cinq personnes testées positives au Covid-19 et 24 suspectées d'être affectées étaient dénombrées jeudi. Parmi ces patients, deux cas positifs et deux cas suspects sont pris en charge aux soins intensifs. "On a plusieurs centaines de lits disponibles étant donné que l'activité des hôpitaux a été drastiquement réduite, mais le problème se situe au niveau des places en soins intensifs", explique le directeur général administratif et financier du Centre Hospitalier Interrégional Edith Cavel (Chirec ), Dr Benoît Debande. "Il faut des respirateurs, mais aussi du personnel capable de les faire fonctionner. On est en train de faire des formations". Les places sont cependant loin d'être saturées à l'heure actuelle. "On a l'impression de connaître la mer calme avant le tsunami", continue le Dr Benoît Debande. "On voit le nombre de patients augmenter ces derniers jours. On doit être à l'aube du tsunami. On s'est organisés et on est prêts, mais on est un peu dans l'attente de la vague. L'inquiétude est de savoir quelle sera sa hauteur et il faudra tenir la longueur". Il remarque que le taux d'absentéisme monte également au sein du personnel, mais qu'il n'y a pas pour l'heure un problème de manque d'effectifs. Il précise encore que les masques sont réservés en priorité au personnel qui en ont le plus besoin en attendant que les commandes passées arrivent pour renflouer les stocks."Le nombre de patients positifs au coronavirus augmente progressivement, comme dans les autres hôpitaux, depuis quelques jours", estime Sylvain Bayet, chargé de communication aux cliniques universitaires Saint-Luc. "Comme le prévoit le plan PUH, le plan d'urgence hospitalier, mis en route samedi dernier, on renforce notre capacité d'accueil pour ces patients, mais la situation est sous contrôle et il n'y a pas de risque de saturation pour le moment". Jeudi, six patients étaient en soins intensifs sur quelque 50 places disponibles, auxquels s'ajoutent 15 patients dans les deux unités Covid-19". Au CHU Saint-Pierre, les patients affectés, ou suspectés de l'être, par le Covid-19 sont passés de 10 à 20 de mercredi à jeudi. Ils ont plus de 75 ans, sauf un senior un peu plus jeune qui souffre d'autres problèmes de santé. Jeudi, 11 d'entre eux étaient en soins intensifs et neufs étaient dans l'unité dédiée au virus qui dispose actuellement de 35 lits. Vendredi matin, 11 personnes confirmées pour le Covid-19 et 26 suspectées d'être infectées étaient hospitalisées à l'hôpital Erasme.Face au manque de matériel auquel sont confrontés les hôpitaux, le CHR de la Citadelle (Liège) et le Centre Hospitalier du Bois de l'Abbaye (Seraing) lancent un appel aux dons auprès de la population."Nous avons actuellement besoin de masques, de gants, de gels hydroalcooliques, de grands gants de vétérinaires et de coupons de papier pour s'essuyer les mains", précise-t-on au CHR de la Citadelle. "Tout ce qui peut améliorer le confort et le bien-être de nos équipes est également le bienvenu." Une cellule spéciale a été mise sur pied pour gérer les offres qui émaneront de la population ainsi que les besoins. Toute personne souhaitant apporter son aide est invitée à se manifester par téléphone au 04/321 55 60 ou via l'adresse e-mail conciergerie@chrcitadelle.be. Un appel à la solidarité a également été lancé du côté du Centre Hospitalier du Bois de l'Abbaye, à Seraing. La demande, ici, porte en priorité sur du matériel de protection, des masques (chirurgicaux, de soins et FFP2), des blouses d'isolement et lunettes de protection. L'appel s'adresse au secteur de l'industrie et à diverses professions (esthéticienne, tatoueur, peintre...) où l'on pourrait disposer de ce type de matériel qui ne serait pas utile dans l'immédiat. "Il s'agit d'assurer non seulement la meilleure prise en charge possible des patients mais aussi la protection du personnel de soins et des services supports exposés en première ligne", souligne-t-on au Centre Hospitalier du Bois de l'Abbaye. Infos: 0476/76 19 38 ou par mail v.lacroix@chba.be. L'intercommunale Vivalia, gestionnaire des quatre hôpitaux de la province de Luxembourg (Arlon, Bastogne, Libramont et Marche-en-Famenne), a pris les dispositions afin de pouvoir accueillir dès ce week-end les patients suspectés d'être infectés par le coronavirus et ce en les séparant des patients se présentant pour une autre pathologie. Un premier tri sera mis en place dès l'entrée aux urgences sur chaque site hospitalier. Le premier poste médical avancé de la province de Luxembourg, aménagé dans le cadre de la pandémie du coronavirus, est opérationnel depuis jeudi après-midi à la clinique de Bastogne où des tentes ont été installées afin de pouvoir accueillir les patients à l'entrée des urgences. Ces postes avancés sont en cours d'aménagement sur les sites hospitaliers d'Arlon, Libramont et Marche, et un premier "pré-tri" y sera organisé notamment dans des bus habituellement dédiés à des contrôles de la médecine du travail. "Il est important de pouvoir séparer directement les patients pris en charge pour le coronavirus des autres. Tout un protocole a déjà été établi", explique le docteur Jérôme Jobé, directeur médical Covid-19 au sein de Vivalia. Les équipes de médecins hospitaliers et d'infirmiers recevront aussi l'appui des médecins généralistes. "Nous pouvons constater que la consigne de se tourner d'abord vers son médecin généraliste par téléphone est très bien suivie en province de Luxembourg, région où la plupart des habitants ont un médecin traitant", constate le docteur Jobé. Le soutien des généralistes est prévu afin de pouvoir poser un diagnostic médical pour les personnes se rendant notamment directement aux urgences sans contact téléphonique préalable. Sur le plan opérationnel, Vivalia dit être être prête. "Nous ne sommes pas en manque de personnel et sommes à 100% opérationnels, déclare Olivier Binet, directeur général adjoint de l'intercommunale. Nous avons une cellule de crise au sein de Vivalia et une cellule sur chaque site. Des renforts sont également possibles d'un site à l'autre. Nous sommes autonomes avec nos laboratoires et nos scanners."La direction de Vivalia estime également que la capacité hospitalière devrait permettre de pouvoir gérer les flux de patients, qui selon les prévisions devraient commencer à se présenter à partir de ce week-end, et ce grâce à 40 lits de soins intensifs répartis sur les quatre hôpitaux et pouvant être complétés par 7 ou 8 lits d'habitude réservés aux salles de réveil sur chaque site. Vivalia confirme avoir déjà admis des patients positifs au coronavirus mais ne donne aucun chiffre en vertu du secret médical.La Louvière met en place un centre local de soins en collaboration avec les médecins de première ligne. Le dispositif a pour objectif de libérer les services des urgences des deux hôpitaux locaux, ont indiqué jeudi les autorités de la ville. Le centre sera opérationnel dès le prochain week-end.Les partenaires de la Cellule de Sécurité de La Louvière ont décidé de mettre leurs efforts en commun pour offrir les meilleures conditions d'accueil aux patients et permettre de libérer les services des urgences des deux hôpitaux pour les cas les plus critiques. Le centre local de soins sera opérationnel dès le week-end. Pour y accéder, il est impératif d'y être orienté soit par son médecin traitant, soit en appelant exclusivement le numéro spécial de crise 064 27 78 00 qui orientera le patient vers une consultation médicale téléphonique. Les patients seront orientés en fonction de leurs symptômes vers une consultation générale ou vers une consultation Covid-19. Ce n'est qu'après ce dernier avis médical que le patient sera éventuellement, si son état le requiert, orienté vers l'un des hôpitaux régionaux du Tivoli ou de Jolimont.