Le texte intitulé "On n'arrête pas le virus avec la panique mais avec l'intelligence" traduit de l'italien circule depuis quelques jours. Le texte relayé via Whats'app, Messenger ou Facebook indique des sources différentes dans son introduction au fur et à mesure qu'il est relayé, "une pharmacienne", "une amie pneumologue," un médecin, ou encore "un chercheur de Shenzhen transféré à Wuhan pour collaborer avec la task force contre l'épidémie de Coronavirus",...

Le texte donne différents conseils de bon sens à suivre, comme la recommandation de "social distancing" d'un mètre entre chaque personne. Il insiste aussi sur l'importance de bien se laver les mains après avoir touché une poignée de porte.

Pour se prémunir du coronavirus, il y est aussi conseillé de boire des boissons chaudes, comme du thé ou simplement de l'eau. Ou encore, de faire des gargarismes de solution désinfectante.

En voici quelques extraits : "Important à savoir : le virus ne résiste pas à la chaleur et il meurt s'il est exposé à des températures de 26, 27 degrés. Il est donc très important de consommer durant la journée toutes les boissons chaudes possibles, comme le thé, tisane, bouillon, soupes, ou simplement de l'eau chaude. Le liquide chaud neutralise le virus et il n'est pas difficile de les absorber."

Ces conseils pratiques simples très tentants mais qui n'ont en réalité aucun effet sur le nouveau virus.Ce qui étonne et sème le doute parmi les innombrables fake news relayées sur le COVID-19, c'est la source en apparence scientifique du texte. Il est en effet relayé par un médecin, la docteure italienne Lidia Rota Vender et a été publié sur un site italien sérieux trombosi.org, une association de lutte contre les maladies cardio-vasculaires présidée par le docteur Lidia Rota Vender elle-même.

"Cela ne sert à rien"

Même si boire un bon thé chaud ou faire un gargarisme n'est, en soi, pas néfastes pour la santé et peut même apporter un certain réconfort, ces conseils pour lutter contre le COVID-19 sont en réalité infondés, explique Les Décodeurs du Monde, dont l'équipe rédactionnelle a tenté de contacter la médecin à l'origine de la diffusion de ce texte sans réponse pour l'instant.

"Cela ne sert à rien", tranche Anne Goffard, virologue au centre hospitalier universitaire (CHU) de Lille, interviewée par le média français. Cette spécialiste des coronavirus concède que "certains virus sont sensibles à l'humidité et à certains niveaux de température", mais les connaissances sur le SARS-CoV-2 sont encore limitées à ce stade.

Rien ne permet donc d'affirmer qu'une température de 26 ou 27 degrés suffirait à "tuer" le virus. En Iran, au Qatar, aux Emirats arabes unis ou au Nigeria, on constate que le Covid-19 circule, se moquant visiblement des températures. Tout comme à Singapour, au climat tropical et chaud toute l'année, et à Hong Kong, territoire où la température reste stable. Le COVID-19 circule pour le moment aussi en Australie avec une centaine de cas confirmés. Les températures dépassent allègrement les 30 degrés dans la plupart des régions de ce pays. Les premières recherches, comparant des régions chinoises aux climats différents, indiquent pour leur part que la température et l'humidité ont peu d'impact sur la transmissibilité du virus.

Autre conseil simple, "s'assurer de garder la gorge humide, au moins la moins sèche possible. Buvez quelques gorgées d'eau au moins toutes les 15 à 20 minutes".

Boire de l'eau est important surtout en cas de fièvre, ce n'est un secret pour personne, mais la justification donnée dans les messages est, elle, complètement fausse : "Même si le virus pénètre dans votre bouche, l'eau ou d'autres liquides l'emporteront dans l'estomac (...), l'acide gastrique va tuer le virus". Un virus n'est pas un aliment : il se déplace de cellule en cellule. Boire de l'eau n'empêchera pas le coronavirus de se développer. Boire de l'alcool non plus, d'ailleurs, contrairement à ce qu'on a aussi pu lire sur certaines publications, explique le site de France Inter.

Il en va de même, poursuit le site de la radio française, sur la prétendue 'installation" du virus dans le corps, comme s'il était une bactérie qui se déplace seule. "Le virus s'installe d'abord dans la gorge, provoquant une inflammation et une sensation de sécheresse ; ce symptôme peut durer entre 3 et 4 jours ; le virus voyage à travers l'humidité présente dans les voies respiratoires, descend dans la trachée et s'installe dans les poumons, provoquant une pneumonie qui dure environ 5 ou 6 jours". Le virus peut bien entrer dans l'organisme par les yeux ou le nez, pas forcément par la gorge.

Quant à la durée de vie du virus sur les surfaces "pendant 12 heures", aucune étude n'a encore confirmé ou infirmé cette information. Selon la radio nationale américaine NPR, une étude évoque une durée de vie du virus plus importante, qui pourrait aller jusqu'à 72 heures sur le métal et le plastique, et 24 heures sur le papier et le carton.

Autre conseil évoqué dans ce texte : effectuer des gargarismes avec une solution désinfectante en cas de gorge irritée. "Cela relève de l'effet placebo", explique Anne Goffard. La spécialiste préconise plutôt de "se moucher pour éliminer les cellules infectées", et d'adopter les fameux "gestes barrières" qui visent à limiter la propagation du virus (voir ci-dessous). L'OMS répond aussi aux principales rumeurs sur le COVID-19.

CESI
© CESI
Le texte intitulé "On n'arrête pas le virus avec la panique mais avec l'intelligence" traduit de l'italien circule depuis quelques jours. Le texte relayé via Whats'app, Messenger ou Facebook indique des sources différentes dans son introduction au fur et à mesure qu'il est relayé, "une pharmacienne", "une amie pneumologue," un médecin, ou encore "un chercheur de Shenzhen transféré à Wuhan pour collaborer avec la task force contre l'épidémie de Coronavirus",... Le texte donne différents conseils de bon sens à suivre, comme la recommandation de "social distancing" d'un mètre entre chaque personne. Il insiste aussi sur l'importance de bien se laver les mains après avoir touché une poignée de porte.Pour se prémunir du coronavirus, il y est aussi conseillé de boire des boissons chaudes, comme du thé ou simplement de l'eau. Ou encore, de faire des gargarismes de solution désinfectante. En voici quelques extraits : "Important à savoir : le virus ne résiste pas à la chaleur et il meurt s'il est exposé à des températures de 26, 27 degrés. Il est donc très important de consommer durant la journée toutes les boissons chaudes possibles, comme le thé, tisane, bouillon, soupes, ou simplement de l'eau chaude. Le liquide chaud neutralise le virus et il n'est pas difficile de les absorber." Ces conseils pratiques simples très tentants mais qui n'ont en réalité aucun effet sur le nouveau virus.Ce qui étonne et sème le doute parmi les innombrables fake news relayées sur le COVID-19, c'est la source en apparence scientifique du texte. Il est en effet relayé par un médecin, la docteure italienne Lidia Rota Vender et a été publié sur un site italien sérieux trombosi.org, une association de lutte contre les maladies cardio-vasculaires présidée par le docteur Lidia Rota Vender elle-même. "Cela ne sert à rien"Même si boire un bon thé chaud ou faire un gargarisme n'est, en soi, pas néfastes pour la santé et peut même apporter un certain réconfort, ces conseils pour lutter contre le COVID-19 sont en réalité infondés, explique Les Décodeurs du Monde, dont l'équipe rédactionnelle a tenté de contacter la médecin à l'origine de la diffusion de ce texte sans réponse pour l'instant. "Cela ne sert à rien", tranche Anne Goffard, virologue au centre hospitalier universitaire (CHU) de Lille, interviewée par le média français. Cette spécialiste des coronavirus concède que "certains virus sont sensibles à l'humidité et à certains niveaux de température", mais les connaissances sur le SARS-CoV-2 sont encore limitées à ce stade.Rien ne permet donc d'affirmer qu'une température de 26 ou 27 degrés suffirait à "tuer" le virus. En Iran, au Qatar, aux Emirats arabes unis ou au Nigeria, on constate que le Covid-19 circule, se moquant visiblement des températures. Tout comme à Singapour, au climat tropical et chaud toute l'année, et à Hong Kong, territoire où la température reste stable. Le COVID-19 circule pour le moment aussi en Australie avec une centaine de cas confirmés. Les températures dépassent allègrement les 30 degrés dans la plupart des régions de ce pays. Les premières recherches, comparant des régions chinoises aux climats différents, indiquent pour leur part que la température et l'humidité ont peu d'impact sur la transmissibilité du virus. Autre conseil simple, "s'assurer de garder la gorge humide, au moins la moins sèche possible. Buvez quelques gorgées d'eau au moins toutes les 15 à 20 minutes".Boire de l'eau est important surtout en cas de fièvre, ce n'est un secret pour personne, mais la justification donnée dans les messages est, elle, complètement fausse : "Même si le virus pénètre dans votre bouche, l'eau ou d'autres liquides l'emporteront dans l'estomac (...), l'acide gastrique va tuer le virus". Un virus n'est pas un aliment : il se déplace de cellule en cellule. Boire de l'eau n'empêchera pas le coronavirus de se développer. Boire de l'alcool non plus, d'ailleurs, contrairement à ce qu'on a aussi pu lire sur certaines publications, explique le site de France Inter.Il en va de même, poursuit le site de la radio française, sur la prétendue 'installation" du virus dans le corps, comme s'il était une bactérie qui se déplace seule. "Le virus s'installe d'abord dans la gorge, provoquant une inflammation et une sensation de sécheresse ; ce symptôme peut durer entre 3 et 4 jours ; le virus voyage à travers l'humidité présente dans les voies respiratoires, descend dans la trachée et s'installe dans les poumons, provoquant une pneumonie qui dure environ 5 ou 6 jours". Le virus peut bien entrer dans l'organisme par les yeux ou le nez, pas forcément par la gorge.Quant à la durée de vie du virus sur les surfaces "pendant 12 heures", aucune étude n'a encore confirmé ou infirmé cette information. Selon la radio nationale américaine NPR, une étude évoque une durée de vie du virus plus importante, qui pourrait aller jusqu'à 72 heures sur le métal et le plastique, et 24 heures sur le papier et le carton. Autre conseil évoqué dans ce texte : effectuer des gargarismes avec une solution désinfectante en cas de gorge irritée. "Cela relève de l'effet placebo", explique Anne Goffard. La spécialiste préconise plutôt de "se moucher pour éliminer les cellules infectées", et d'adopter les fameux "gestes barrières" qui visent à limiter la propagation du virus (voir ci-dessous). L'OMS répond aussi aux principales rumeurs sur le COVID-19.