Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS), a insisté ce matin sur les ondes de Bel-RTL sur sa volonté de "trouver une solution" et "le juste milieu" pour permettre la tenue de cette manifestation tout en respectant les mesures sanitaires. Cependant, la tenue d'une "manifestation classique" sous forme de "marche" est exclue, selon lui. Mais le bourgmestre tient à autoriser un rassemblement. Il s'entretiendra ce vendredi après-midi avec les organisateurs de l'évènement.
...

Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS), a insisté ce matin sur les ondes de Bel-RTL sur sa volonté de "trouver une solution" et "le juste milieu" pour permettre la tenue de cette manifestation tout en respectant les mesures sanitaires. Cependant, la tenue d'une "manifestation classique" sous forme de "marche" est exclue, selon lui. Mais le bourgmestre tient à autoriser un rassemblement. Il s'entretiendra ce vendredi après-midi avec les organisateurs de l'évènement. Selon les "six règles d'or" édictées par la Première ministre Sophie Wilmès lors du dernier Conseil national de sécurité, la distanciation physique reste d'application dans les lieux publics et le port du masque est recommandé lorsque ce n'est pas possible. En fin de conférence, Sophie Wilmès avait d'ailleurs exprimé son opinion quant à l'organisation d'une manifestation. "Certains souhaitent organiser des manifestations en Belgique. Nous vous demandons de tenir compte de votre santé et de la santé des autres, de l'impact que ces rassemblements pourraient avoir sur la propagation de l'épidémie." Selon les spécialistes interrogés par le Guardian, la possibilité d'aller manifester pour une problématique aussi importante que le racisme ne devrait pas être remise en cause par le virus. Cela n'empêche pas néanmoins les participants d'appliquer quelques mesures de précautions pour eux-mêmes et pour les autres. Pour les manifestants Tout d'abord, les personnes à risque ne devraient pas se joindre aux rassemblements. Les manifestants devraient toujours porter un masque sur le nez et la bouche, avoir du gel désinfectant avec eux et ne pas avoir de contact physique avec les autres manifestants (poignées de main, etc.), selon le docteur Georges Benjamin, médecin et directeur de l'American Public Health Association, qui soutient les marches contre le racisme. Il est important de garder son masque tout au long de l'évènement, insiste Lauren Powell, épidémiologiste. "Je vois des manifestants qui enlèvent leur masque pour chanter. Or, c'est le moment où vous en avez le plus besoin à cause de la transmission potentielle de Covid par les gouttelettes", explique-t-elle.Le Covid se transmet facilement au sein des foyers. Donc si vous faites partie d'un ménage, chaque membre doit être en accord avec votre participation à une manifestation. Bien entendu, si vous êtes malade, restez chez vous. Pour la police Les policiers qui entourent les manifestations devraient également tous porter un masque. Ils ne devraient pas utiliser de gaz lacrymogènes. Ceux-ci provoquent de fortes toux et les manifestants risquent d'enlever leur masque.Dans le cas où des personnes devraient être arrêtées, le fait de mettre plusieurs personnes dans une petite voiture fermée constitue également une menace potentielle pour la propagation du Covid-19. "Il n'incombe pas seulement aux manifestants d'être en sécurité. Il incombe également aux forces de police et aux dirigeants locaux et nationaux d'assurer la sécurité des manifestants", rappelle Lauren Powell. Aux Etats-Unis, les experts de la santé publique mettent en garde contre une hausse probable des infections à Covid-19. Même s'ils soutiennent les manifestations, les spécialistes reconnaissent que de tels évènements propagent fortement le virus, y compris parmi des personnes asymptomatiques. Ils s'attendent d'ailleurs à de nouvelles infections ces prochaines semaines, suite aux nombreux rassemblements qui ont eu lieu partout dans le monde.