Evidemment, personne ne peut se prévaloir d'avoir inventé le genre : la Bible était déjà en soi un excellent polar historique (trépidant malgré quelques longueurs...), qui narrait un récit se déroulant plusieurs siècles en arrière. Soit à peu près la définition qu'en donnaient, il y a quelques années, Jean-Christophe Sarrot et Laurent Broche dans leur ouvrage Le Roman policier historique (éd. Nouveau monde), qui fait encore référence, soit " un récit policier imaginaire, situé dans un passé antérieur de la vie de l'auteur ". Un pli qu'avaient déjà pris de prestigieux précurseurs du roman noir ou policier comme Balzac (avec Une ténébreuse affaire écrit en 1841 mais se déroulant sous le Premier Empire), Conan Doyle (sa série du Brigadier Gérard parcourant l'époque napoléonienne) ou même Agatha Christie (avec La Mort n'est pas une fin, le seul de ses romans à ne pas se dérouler au xxe siècle mais en... Egypte antique). Pourtant, c'est bien Le Nom de la Rose, publié par Umberto Eco en 1980, qui fera du principe un genre en soi, avec ses lecteurs, ses classiques, ses séries phares et ses auteurs stars.
...