Près d'un an et demi après le début de la pandémie, les meilleurs et les pires endroits à l'ère post-Covid sont de plus en plus définis par une chose : la normalisation. C'est ce que Bloomberg a voulu classifier dans 53 pays à travers le monde. Le groupe américain a pris en compte des données très précises comme le taux de vaccination dans le pays, l'état sanitaire général, la qualité de vie, ou encore la sévérité des mesures de restriction.
...

Près d'un an et demi après le début de la pandémie, les meilleurs et les pires endroits à l'ère post-Covid sont de plus en plus définis par une chose : la normalisation. C'est ce que Bloomberg a voulu classifier dans 53 pays à travers le monde. Le groupe américain a pris en compte des données très précises comme le taux de vaccination dans le pays, l'état sanitaire général, la qualité de vie, ou encore la sévérité des mesures de restriction. "La plus grande campagne de vaccination de l'histoire permet à certaines parties du monde d'abolir le port du masque, d'assouplir les restrictions et de rouvrir les frontières, faisant du degré de réouverture la clé de la qualité de vie. Recenser les cas et les décès était autrefois primordial, tout en garantissant un système de santé solide. Maintenant, la capacité de revenir à l'époque pré-pandémique prend une importance plus grande", analyse Bloomberg. Le site américain a ainsi réalisé un classement de "résilience Covid", avec une clé centrale: le progrès de réouverture de chaque pays. Pour ce faire, les journalistes ont défini plusieurs aspects, comme la facilité pour entrer et sortir d'un endroit, la reprise du trafic aérien, les taux de mortalité liés au covid, le nombre d'infections, la liberté de mouvement ou encore la croissance économique du pays.Fin du suspense : les Etats-Unis occupent la première place de ce classement, "avec leur déploiement rapide et étendu de vaccins, dominé par les injections d'ARN Messenger très efficaces, mettant fin à ce qui était autrefois la pire épidémie au monde", explique Bloomberg. Les Américains peuvent profiter de restaurants pleins à craquer. Le port du masque n'est plus obligatoire pour les personnes vaccinées et les habitants repartent largement en vacances, encouragés par un taux de vaccination qui couvre la moitié de la population. Autre élément primordial qui a joué dans cette première place : les États-Unis devraient connaître une croissance économique fulgurante cette année grâce à un plan de relance de 1,9 billion de dollars. Le place de numéro 1 pour les États-Unis est aussi justifiée par une combinaison parfaite entre les vaccinations élevées, une épidémie en déclin, une capacité de vol proche du rétablissement complet et peu de restrictions de voyage pour les personnes vaccinées.Les USA dominent un top 5 composé de la Nouvelle-Zélande, la Suisse, Israël, et la France.Voici comment Bloomberg justifie les grandes lignes de ce classement :Des pays européens comme la Suisse, la France et l'Espagne sont dans le top 10 car ils ouvrent leurs frontières aux touristes vaccinés tandis que les hospitalisations chutent grâce à la vaccination.Certains pays de la région Asie-Pacifique ont bien performé dans le classement jusqu'à présent, comme l'Australie. Singapour et Hong-Kong chutent à cause des restrictions strictes aux frontières. Une tolérance zéro vis-à-vis des petites poussées virales limite leur capacité à rouvrir. Taïwan plonge dans la moitié inférieure du classement pour les mêmes raisons, accentuées par une campagne de vaccination à la traîne et une résurgence de l'épidémie, justifie Bloomberg.Les plus mauvais élèves sont l'Argentine, 53e et dernière de ce classement, devancée par les Philippines, la Malaisie, l'Inde et l'Indonésie. L'Inde, les Philippines et certains pays d'Amérique latine se classent au plus bas du classement, frappés par un cocktail composé les variants, une vaccination lente et un isolement par rapport au reste du monde."Alors que certaines parties du monde développé regorgent de vaccins, les approvisionnements sont limités et, dans certains cas, inexistants dans certaines parties de l'Amérique latine, de l'Afrique et de l'Asie du Sud-Est. Avec des infections qui continuent de flamber, des restrictions toujours en place et des déploiements de vaccination défaillants, l'Argentine est classée dernière des 53 économies, et les Philippines, la Malaisie et l'Inde complètent les quatre dernières places."Bloomberg note aussi, sur le long terme, l'échec des économies puissantes et développées à freiner la propagation du coronavirus, qui garderont une profonde cicatrice. Les États-Unis, le Royaume-Uni et certaines parties de l'Europe ont d'ailleurs certains des taux de mortalité par habitant les plus élevés au monde. Mais ces pays s'avèrent aussi être les plus rapides et les meilleurs pour sortir de l'ère Covid, "principalement grâce à la domination des approvisionnements en vaccins."La Belgique est classée 16ème de cette analyse. Elle devance des pays comme la Finlande, les Emirats, la Grèce, ou les Pays-Bas. Notre pays est par contre dépassé par l'Arabie saoudite, la Turquie, Singapour ou encore le Danemark. Bloomberg pointe également des "paradis du Covid", comme la Nouvelle-Zélande ou Singapour. Mais ces derniers utilisent des barrières frontalières et de longues quarantaines pour maintenir les niveaux de cas proches de zéro. "Alors que la vie en interne est en grande partie revenue à la normale, ils restent fermés au monde extérieur. Même une poignée de cas déclenche des restrictions que les pays hautement vaccinés abandonnent.""Alors que d'autres acceptent que le Covid soit endémique et avance, ces endroits risquent d'être bloqués dans des cycles de verrouillage, un coup dur pour les petites économies dépendantes des voyages. Pourtant, à part ces restrictions de libertés internes, ces pays (Australie, Chine, Nouvelle-Zélande) sont très avancés dans la lutte contre le virus, ce qui leur offre des places dans le top 10."Le classement de la "résilience Covid" capture un instantané dans le temps, souligne Bloomberg. Rien ne garantit que les redressements opérés par les États-Unis et l'Europe se maintiendront, alors que l'épidémie dans les pays en voie de développement continuent de provoquer des mutations redoutables. En raison de la propagation du variant delta, le Royaume-Uni a retardé d'un mois son plan de déconfinement, tandis qu'Israël, classé 4ème grâce à son taux de vaccination presque parfait, a rétabli le port du masque en intérieur, balance Bloomberg."Les États membres de l'Union européenne - où suffisamment de vaccins ont été administrés pour 40 % de la population - sont les plus rapides à adopter l'entrée sans quarantaine pour les voyageurs vaccinés." A cet égard, la Roumanie, la Suisse et l'Espagne sont les plus connectés au monde.Les économies qui ont largement gardé leurs frontières ouvertes tout au long de la pandémie, comme l'Égypte et le Mexique, obtiennent également des bons résultats dans la connectivité au monde extérieur.Dans les pays où la majorité de la population est vaccinée, le lien entre le nombre d'infections et les décès semble s'affaiblir. Mais la plupart des pays en développement n'ont même pas encore commencé à vacciner de manière significative."L'échec mondial du partage équitable des vaccins alimente une pandémie à deux vitesses qui fait maintenant des ravages chez certaines des personnes les plus pauvres et les plus vulnérables du monde", déclarait l'OMS.Les disparités en matière d'immunité constituent une menace pour le monde : plus le coronavirus se propage sans contrôle, plus il y a de chances que de nouvelles mutations dangereuses se développent, résume Bloomberg. "Des images d'Américains dans de joyeuses fêtes sont juxtaposées à des foules en Inde se bousculant pour n'importe quelle dose de vaccin."Selon le classement de la résilience Covid de Bloomberg, les démocraties, en opposition aux pays autoritaires, constituent la majorité du top 10 depuis novembre. "Le succès à contenir le Covid semble plus fonctionner avec des gouvernements favorisant un degré élevé de confiance et de conformité sociétale, que ceux qui ordonnent aux gens de se soumettre."Numéro 2 dans ce classement, la Nouvelle-Zélande a par exemple mis l'accent sur la communication dès le début, avec un système d'alerte à quatre niveaux qui donne aux gens une image claire de comment et pourquoi le gouvernement agit. L'investissement dans les infrastructures de santé publique est également primodial.Bloomberg conclut son analyse de la façon suivante : "Le classement de la résilience Covid de Bloomberg donne un aperçu de la façon dont la pandémie se déroule actuellement dans 53 grandes économies. En s'orientant davantage vers l'ouverture et la relance des voyages dans le monde, elle offre un regard sur la façon dont la fortune de ces économies pourrait évoluer à l'avenir alors que les pays sortent de la pandémie à des vitesses différentes. Ce n'est pas un verdict final - cela ne pourrait jamais l'être, étant donné les imperfections des données sur les virus et les vaccins et le rythme rapide de cette crise. Les circonstances et la chance pure jouent également un rôle, mais sont difficiles à quantifier." "De nouveaux variants préoccupants, qui continueront d'émerger alors que les épidémies font rage dans le monde en développement, sont également un point d'interrogation : les scientifiques craignent des mutations qui peuvent surmonter la vaccination existante et entraîner une nouvelle phase de la pandémie.""Pourtant, après avoir enduré un an et demi de lutte contre le Covid-19, les gouvernements et les populations ont désormais une meilleure compréhension du pathogène, comment atténuer les dégâts qu'il inflige et comment développer des inoculations contre ses différentes souches. Et même si certaines régions du monde profitent désormais du retour des voyages estivaux, un hiver crucial les attend.""L'hiver dans l'hémisphère nord sera le véritable prochain grand test pour voir à quel point les niveaux élevés de vaccination ont été efficaces.".